Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Victoire collective arrachée à Québec

Mashteuiatsch

Mashteuiatsch au Lac Saint-Jean

Au Québec, depuis des générations, on travaille COLLECTIVEMENT pour résoudre les problèmes, la plupart d’entre eux étant politiques à la source. Au Canada, dont on salue les experts du ministère fédéral de l’Environnement concluant récemment que le projet pour l’exportation de gaz naturel liquéfié pouvait nuire aux objectifs climatiques du Canada, on semble encore prôner le salut environnemental par des actions individuelles. Sans vouloir nier le sage principe optimiste de l’accumulation des gouttes d’eau, l’achat individuel de véhicules électriques n’a convaincu que 220 000 personnes au Canada à ce jour, montrant à quel point il nous faut persévérer dans cet effort .

Sachant que le projet GNL-Québec représentait une pollution équivalant à celle de trois millions de véhicules à essence, nous félicitions il y a quelques jours le nombre et la qualité des articles publiés par DES UNIVERSITAIRES pour dénoncer l’absurdité de ce projet de gazoduc nocif pour le Saguenay et la planète entière; n’oublions pas le Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste et les enjeux énergétiques au Québec (CSQGDS), animé par nos collègues uqamiens Lucie Sauvé et Marie Saint-Arnaud.

Aurions-nous réussi à convaincre le représentant des hommes d’affaires et des Chambres du commerce, François Legault, seulement avec des arguments scientifiques, aussi logiques et probants soient-ils? Félicitons-le tout de même de cette décision difficile à laquelle a dû contribuer son éloignement de l’influence de Pierre Fitzgibbon et de celle des réseaux sociaux qui minent la vérité en fractionnant les questions de société en opinions individuelles.

La victoire a plutôt été remportée par la jonction heureuse…

– de trois partis d’opposition démocrates : bravo particulier au député péquiste Sylvain Gaudreault, à Ruba Ghazal de Québec Solidaire et même au parti libéral de Dominique Anglade, revenu de l’époque toxique de Jean Charest;

– de jeunes écologistes réunis en diverses coalitions étudiantes ou travaillant chez Nature Québec (où était donc le Parti Vert canadien ?);

– de journalistes honnêtes tel Alexandre Schields;

– d’Artistes pour la Paix pour qui la paix ne se résume pas à l’absence de guerre mais à un monde libéré d’industries polluantes qui empêchent de goûter la nature;

– et de la probité remarquable et constante du peuple Innu qui non seulement a refusé les avantages financiers qu’on lui faisait miroiter mais s’est prononcé contre GNL-Québec avec force la semaine dernière, plantant ainsi un dernier clou dans le cercueil du projet. Ils ont écrit : « Le conseil de la Première Nation des Innus Essipit, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan (Première Nation des Pekuakamiulnuatsh) et le conseil des Innus de Pessamit émettent un avis fortement défavorable face au projet de construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay par GNL Québec. Essipit et Pessamit sont situées sur la Côte-Nord et Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean. Le projet, par le tracé de son gazoduc et par l’exportation du gaz naturel liquéfié par le Saguenay, se trouve sur leur territoire ancestral commun. »

Parlant de travail collectif, soulignons à quel point le Québec peut s’enorgueillir du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), « une importante institution de démocratie participative, enviée partout dans le monde », dont on rappellera le travail remarquable fourni par un de ses vice-présidents d’autrefois, le disciple de Pierre Dansereau et journaliste du DEVOIR Louis-Gilles Francoeur, entre autres contre les pollutions par l’uranium et l’amiante. Malgré les efforts gouvernementaux (et auparavant ceux de Philippe Couillard) de saper sa nature démocratique lors des audiences de l’automne dernier, le BAPE a tenu bon en démontrant l’inanité d’un projet voulant offrir un débouché au gaz de l’Ouest canadien produit essentiellement par fracturation dangereuse pour les nappes phréatiques et acheminé à l’étranger par un gazoduc mettant en péril les rivières traversées.

Enfin, cette énergie frauduleusement qualifiée « de transition » mettait en danger les bélugas du Saguenay : qui chantera l’utilité indéniable des photos de ces animaux paisibles, tout blancs comme les bébés phoques, sur la psyché et la valeur poético-artistique d’une grande campagne qui a vaincu maires et chambres de commerce…?

La beauté vaincra !

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    25 juillet 2021    

    NATURE – QUÉBEC
    « Le gouvernement Legault rejette enfin le projet GNL Québec! C’est une belle victoire pour la protection du climat, de la vie maritime dans le fjord du Saguenay et tout particulièrement pour le béluga du Saint-Laurent.

    Grâce à vous, nous avons été plus de 120 000 Québécois-e-s à signer une pétition contre ce projet. Nos voix se sont ajoutées à celles des 54 associations étudiantes, représentant près de 360 000 étudiant-e-s, à celles de plus de 648 scientifiques, incluant 250 médecins et professionnel-le-s de la santé, de 40 économistes, de plus de 60 groupes de la société civile, de trois communautés innues et de tous les partis d’opposition du Québec.

    Cet effort collectif sans précédent a culminé lors des consultations publiques du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui ont connu une participation historique avec le dépôt de plus de 2500 mémoires, dont plus de 90% s’opposaient au projet. Le tout a mené à un rapport dévastateur du BAPE que le gouvernement ne pouvait tout simplement pas ignorer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets