Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Retrouver l’espérance

logo_devoir

josee_blanchette16 décembre 2022
Chronique
Josée Blanchette

fernand_dansereau

Le cinéaste Fernand Dansereau, 94 ans, n’a pas encore dit son dernier mot. Entre convocation et conscience, il en appelle à une redéfinition du vieil âge et à la mobilisation des aînés. Le naufrage des rides attendra. Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Le vieil âge, il l’a saisi à bras-le-corps par le rire, l’érotisme et l’espérance. De sa trilogie sur le vieillissement des années 2010, le cinéaste Fernand Dansereau a fait une quête personnelle, mais il a offert un legs important à une société qui détourne les yeux lâchement devant cet événement à la fois inéluctable et inattendu. Nous condamnons la vieillesse par peur, faute de compréhension, de temps et d’humilité.

Dans un texte récent, l’inspirant nonagénaire à la charpente décatie souligne que cette expérience d’apprendre à mourir est la plus incroyable et la plus fascinante de toute son existence. Venant d’un artiste qui médite et s’est intéressé au zen Soto durant 40 ans, il convient de marquer une pause. J’ai eu envie de l’écouter, une rencontre ponctuée de silences profonds, habités philosophiquement et spirituellement, dans son salon de Saint-Bruno.

Dansereau, issu de la génération silencieuse, mesure pourtant bien la portée des mots, lui qui en a fait son assise de création. Mais il faut savoir entendre les silences des patriarches ; ce sont leurs ultimes conseils.

À 94 ans, le corps tyrannise le vieil homme, un an de souffrances plurielles, la COVID récemment. « Je suis dans le dernier droit, il ne me reste plus grand temps. » Même pas peur. Les testaments de l’esprit se multiplient, s’y ajoutent sept enfants (le dernier a 29 ans), 12 petits-enfants, 4 arrières… et une oeuvre, un fil conducteur, une capacité à contourner les obstacles. Ou pas.

Le rire de mon arrière-petit-fils saluera ce soleil levant qui chasse mes angoisses. Ne reste qu’à dire merci au soir de la vie !
— Fernand Dansereau

Journaliste chargé des relations de travail au Devoir, il est mis à la porte en 1955 pour avoir refusé de franchirla ligne de piquetagedurant la grève des typographes, métier plombé par la technologie. Qu’à cela ne tienne, il devient le père de l’équipe française de l’ONF dans les années 1960, produisant les plus grands noms de l’époque (Carle, Brault, Lamothe, Jutra, etc.), tantôt réalisateur, tantôt directeur photo, scénariste de plusieurs séries québécoises, dont Les filles de Caleb et Le parc des Braves. Il s’est remis à la peinture il y a cinq ans, a publié un premier roman à 75 ans, s’estime chanceux de ne jamais avoir « travaillé ». « Le karma m’a convoqué à vivre des affaires. Ma vie est faite de convocations. »

Engagement et espérance

Le mot « convocation », Dansereau le chérit. « Il faut écouter l’appel du karma. C’est une morale exigeante. Il faut se rendre docile à cette convocation. » Même si la canne s’impose parfois, la vieillesse nous rend plus libres intérieurement tout en nous varlopant l’ego malgré les nombreux honneurs (notamment, le Prix du Gouverneur général cette année).

« La souffrance nous éduque, elle est inévitable », constate l’homme qui coiffera 95 ans en avril prochain tout en trouvant la mort nécessaire. « La vie charrie la mort ! »

Le cinéaste prépare un autre documentaire pour le printemps — le dernier ? —, un autre testament. Pour sa trilogie documentaire, il voulait tourner un film sur l’engagement politique indispensable des vieux : « Les personnes âgées doivent se réveiller, s’occuper de leurs affaires, rester mobilisées. Nous sommes dans une culture mortifère. Les RPA sont des prisons, on veut tout sécuriser. On ne peut priver les gens du risque de vivre. La vie est un risque. »

Il n’a pas réussià vendre cette idée et il est passé par l’érotisme pour continuer à défendre la peau des vieux. Le sexe passe mieux que l’indignation.

La vieillesse bien comprise est l’âge de l’espérance
— Victor Hugo

Dansereau est à l’âge où l’on multiplie les deuils, qui lui font moins mal du fait de leur accumulation. « L’artiste que j’aurai été se trouve convoqué à une dernière et très exigeante création : apprendre à tirer sa révérence avec grâce », écrit-il.

Malgré l’à vau-l’eau collectif et planétaire, Dansereau demeure dans l’espérance, frappé par le dévouement et la bonté des gens au naturel. « L’optimisme n’est pas une lecture qu’on fait de ce qui se passe. C’est une décision qu’on prend. Ce qui permet de se mettre en action. »

Optimistes ou non, ceux qu’on appelle pudiquement « les aînés » devront faire partie de la solution et être entendus, entre autres parce qu’ils composeront 25 % de la population en 2031 au Québec. À la fin de son documentaire Le vieil âge et le rire, Dansereau confie : « J’aurai surtout appris à m’incliner avec révérence devant l’immense mystère de la vie et des défis qu’elle nous propose. »

La conscience des heures qui s’égrènent

Fernand Dansereau aurait pu écrire cette phrase de Victor Hugo : « Il y a on ne sait quelle aurore dans une vieillesse épanouie. »

« Je comprends tellement de choses que je n’avais pas comprises. Ce n’est pas disable. Ça ferait scandale. Ça ne se négocie pas socialement », avance-t-il mystérieusement. Silence. Ce sera tout au chapitre des confessions. L’énergie louvoie aussi dans la noirceur. « On n’est pas des saints, une chance ! »

Vieillir, un acte de vie
— Fernand Dansereau

Tout au long de notre échange, le mot « conscience » émerge, s’entête, comme une lucidité aiguisée, à cheval entre une intelligence supérieure, l’Amour en lettres majuscules et une spiritualité pudique. « La conscience semble avoir une direction dans son évolution que les religions ont attribuée à Dieu, mais que les mécréants comme moi n’arrivent qu’à renoncer à élucider. » Il m’explique qu’elle a pris des dimensions chez l’hominidé telles que la morale, la science, la philosophie.

Et l’ascèse de la vieillesse permet, lorsqu’elle est vécue en pleine conscience, de descendre en soi, à la verticale, d’ajouter des couches de conscience.

Entre ce qu’il perçoit de la brutalité infinie de la vie et la poésie des répercussions du battement d’ailes du papillon, le vieil homme contemple le monde tout en intégrant une vérité difficile à exprimer en mots. C’est la grande solitude à laquelle est parfois condamné l’ancien, clairvoyant au pays des aveugles.

Avant de nous quitter, il m’offre le livre de ses peintures et poèmes Raconter les heures, qu’il vient de publier à compte d’auteur. Sous une toile naïve, Hier mon jardin pleurait, ces mots :

« Jamais nous n’aurons eu le temps,
de murmurer l’ineffable !
Reste à cultiver dans
un columbarium secret
un deuil sans avenir. »

JOBLOG | TRANSMETTRE «LES FILLES DE CALEB»

Récemment, mon B de 19 ans est venu rester chez moi quelques semaines et j’avais posé une ou deux conditions, dont celle-ci : « On regarde Les filles de Caleb ensemble. » Transmettre par le plaisir. J’en suis à mon 4e visionnement (à vie) et je ne m’en lasse pas. Mon fils a découvert les Noëls de mon enfance, la mâchoire à terre, médusé, grâce à l’épisode des fiançailles d’Ovila et Émilie chez ses parents. Le violon, le calleux « pis tords-y le corps Oscar, montres-y que t’es pas mort », le party et la joie. J’ai eu un pincement. Ces temps révolus appartiennent au folklore. Il a aussi mieux saisi la misère, les rudesses du climat, la simplicité, la survie, la vie des femmes, l’enfance de mes grands-parents.

Fernand Dansereau a scénarisé la série la plus populaire de la télévision québécoise avec des pointes de 3 millions de téléspectateurs en 1990. Le roman d’Arlette Cousture, la truculence des dialogues de Dansereau, la caméra amoureuse de Jean Beaudin, la musique inoubliable de Richard Grégoire, la chimie entre Marina et Roy, la magie s’est installée.

À propos de l’épisode du blackface effacé par Netflix, Dansereau se dit « achalé par le wokisme » : « Ce sont des modes qui se déploient, c’est normal, ce sont des explorations. On coupe à la source au lieu d’essayer de comprendre. » Sur Tou.tv Extra (en intégral mais pas gratuit, un scandale) et Netflix.

J’ai retrouvé ce document d’archives de Radio-Canada d’un Bernard Derome qui rassure les téléspectateurs lors de la guerre du Golfe en janvier 1991 : « Vous ne raterez rien des Filles de Caleb ! » bit.ly/3BANz6B

Aimé ce texte de Fernand Dansereau publié dans Le Devoir au début de la pandémie sur l’art de vieillir : « Et cela commence par rejeter — pour nous-mêmes — ce lieu commun qui présente toute vieillesse comme un naufrage, alors que c’est en réalité une convocation à un surplus d’être. » bit.ly/3WiHUd7. À lire !

Pour lire aussi son superbe testament philosophique, c’est ici : fdansereau.wixsite.com/fdansereau/post/testament-philosophique. Et écouter Le vieil âge et l’espérance (le dernier de la trilogie), sur Tou.tv : bit.ly/3Wc6lsC. Quelques films signés à l’ONF ici, dont le documentaire avec son cousin, l’écologiste Pierre Dansereau. bit.ly/3Fw0HuP

Retenu mes larmes en visionnant le court métrage Being 97 avec le philosophe Herbert Fingarette, décédé en 2018 à l’âge de 97 ans. Il a enseigné à UCLA et écrit de nombreux ouvrages, dont un sur la mort. À la question « Quel est le sens de tout cela ? », il répond « C’est une question sans issue. » Un documentaire de 17 minutes, très touchant, où il parle de la mort, de la vieillesse, de l’amour, de la contemplation qui le gagne et du regret d’être passé à côté du merveilleux qui nous entoure. Bref, « le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard » (Aragon). Un film pour tous les âges (en anglais). bit.ly/2TV4Mno

Écouté Sean Connery lire la chanson In my Life des Beatles. Cadeau, à visionner sur YouTube. bit.ly/3HSBPQT

Commentaires

Marie Nobert – Abonnée 16 décembre 2022
Qu’est-ce que la paix?

C’est la courte période entre deux guerres. Qu’est-ce que la vie ? C’est la courte période entre Éros et Thanatos. Carpe.

JHS Baril
Ps. Vivement la fin de cette année de…

Jacques Lamarche – Abonné 16 décembre 2022

Impressionnan! témoignage ! Aussi touchant qu’éclairant ! À 82 ans, j’ai appris beaucoup de ce grand homme! Tellement qu’il m’invite à recommencer ma vieillesse, à la refaire dans une autre direction, plus positive, plus active, plus productive ! Merci et à bientôt !

Guy Archambault – Abonné 16 décembre 2022

Fernand Dansereau

J’ai rencontré plusieurs fois Fernand Dansereau dans les années 70. Je ne l’ai pas vraiment connu mais nous nous sommes rencontrés assez souvent pour être en mesure de le reconnaitre par la suite dans ce qu’il était essentiellement, authentique et à l’écoute. Il a vécu sa vie comme chacun vit sa vie, toujours inexplicable, et à la recherche de la créativité. Sa vie ne pouvait être que sentie et accompagnée comme lui-même a toujours senti la vie de ceux qu’il rencontrait. Comme on regarde les fleurs. Comme on les sent l’espace d’un instant. À chaque étape de leur vie. De création en création. Toujours accueillant en restant intimement et silencieusement lucide.

Pierre Jasmin – Abonné 16 décembre 2022

Un homme essentiellement de paix, comme son frère Pierre

Merci, J B, de partager vos réflexions sur la vieillesse alors que je reçois le dernier numéro d’ AGIR, revue du 3e âge qui publie un court article sur les Artistes pour la Paix où Pierre D. militait. Vos références youtube sont précieuses, en particulier sur les FILLES DE CALEB, ranimant mon souvenir d’avoir partagé un repas à Sainte-Adèle avec Arlette Cousture, créatrice de ce chef d’oeuvre féministe qui allait changer le Québec, ainsi qu’avec Jean-Pierre Ferland et notre hôte Pierre Péladeau (dont nous commémorerons le 25e anniversaire de la mort dans quelques jours).

Claude Gélinas – Abonné 16 décembre 2022

À Méditer !

Que de paroles de ce sage à méditer puisque la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Combien de vie faudrait-il pour apprendre à mieux vivre ?

Alain Gaumond – Abonné 16 décembre 2022

C’est de l’entrainement mental…

Merci beaucoup de nous partager ces propos de Fernand Dansereau. J’ai 64 ans, à la « retraite » dans un an (en fait, pour moi, je vois cela comme un changement de carrière…) et je pratique la Pleine conscience…et ces mots me venaient en tête à la lecture de votre texte :  » Une grande gratitude que j’ai, c’est d’être de moins en moins esclave de mon conditionnement, d’être plus conscient de quoi est fait mon présent. Je ne suis pas complètement libre de ces influences mais j’en suis un peu plus conscient, et j’y travaille un peu chaque jour. C’est de l’entrainement mental comme disait le Dalaï Lama. Même si c’est dur d’y faire face, c’est pour moi la meilleure place pour « être ». J’aurai dû commencer ça à 25 ans…mais bon, c’est OK ! » Merci pour votre texte et toutes les ressources que vous nous offrez !

Réjean Martin – Abonné 16 décembre 2022

le mot du Romain généreux ?

quel est le mot (légendaire!) du Romain généreux à l’agonie ? «Ce qui me reste, c’est ce que j’ai donné !» Voilà ce qui m’anime! Merci Josée Blanchette pour ce papier d’aujourd’hui et pour tous ceux des années passées et à venir.

Alain Laramée – Abonné 16 décembre 2022

Merci pour cet article et la référence au vidéo également.

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets