Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Racismes et religions 2 – missions, pape et hockey

statue-ryerson

Statue d’Egerton Ryerson déboulonnée par les étudiants autochtones de l’université éponyme.

Fanatismes missionnaires au grand cœur et petite tête

Au lendemain de mon article dans l’Aut’Journal [1], Émilie Nicolas écrivait dans le Devoir les précisions historiques suivantes: « Les porte-parole de la Nation Tk’emlúps te Secwépemc s’appellent notamment Baptiste, Jules, Casimir, Michel, Gosselin, Antoine, Lampreau. Pourquoi ? (…) C’est que les Sœurs de Sainte-Anne, originaires de Lanaudière, avaient pris la charge de l’école de Kamloops. (…) Le chanoine Lionel Groulx vantait le rôle des Oblates de Marie-Immaculée qui ont géré 57 des 139 pensionnats » canadiens et se sont livrés aux missions catholiques indiennes, avec la même fougue évangélique et le même racisme condescendant que les évangélistes d’aujourd’hui; avec leur gras financement par les Billy Graham américains, ces derniers ont assuré la désorganisation politique de tant de pays africains aux gauches socialisantes démonisées par eux, ainsi que l’élection de Bolsonaro au Brésil, dont le fanatisme antiscientifique à la Donald Trump, son héros, se solde aujourd’hui par des centaines de milliers de morts évitables.

Le fanatisme religieux attaché sans nuances aux textes fondamentaux n’est pas exclusif aux islamistes, alors qu’on lit dans Le Canada français missionnaire (1962) du chanoine (défendu par Mathieu Bock-Côté) : « Le Sauvage reste encore sauvage, ou peu s’en faut : homme-enfant, léger, fantasque, incapable d’efforts soutenus, mal débarrassé de son vieux paganisme (…). Comme aux temps anciens, l’alcool le fascine; le concubinage sévit, (…) mais infanticides et cannibalisme souvent provoqués par la misère, disparaissent. »

La saga historique Une colonne de feu du Britannique Ken Follett consiste en 923 pages de guerres de religions du 16e siècle, persécutions et chasses aux sorcières (voilées) entre protestants et catholiques. Contre les religions misogynes et doctrinaires (le sont-elles toutes ?), le credo pacifiste indique une marche à suivre : les dénoncer par écrit, mais les laisser vivre sans les victimiser puisque leurs croyances le font déjà. Débarrassons-nous du racisme patriotique qui idolâtrait Dollard pour avoir tué des sauvages et qui incitait le gouvernement canadien à proposer au Vatican d’honorer l’évêque Vital Grondin (1829-1902), effectivement qualifié de vénérable par le Saint-Siège infaillible, pour avoir encouragé la politique raciste coloniale anti-autochtones par les mots suivants:

« Nous leur inculquons un dégoût prononcé pour la vie autochtone afin qu’ils soient humiliés quand on leur rappellera leur origine. À l’obtention de leurs diplômes de nos institutions [pensionnats résidentiels], les enfants auront perdu toute caractéristique autochtone, sauf leur sang ».

Ryerson, le pape et les méthodistes racistes

Le racisme d’Egerton Ryerson (1803-1882) et de John A. MacDonald (1815-1891) est à condamner, au-delà de toute nuance de relativisme historique : du second, on connaît la perversité; quant au premier, dont une célèbre université torontoise porte le nom [2], ce protestant méthodiste a non seulement institué le système des pensionnats autochtones, mais s’est aussi opposé à l’éducation des femmes au-delà du cours élémentaire, croyant que leur rôle consistait à être épouses, mères ou bonnes sœurs. On doit hélas constater que ce racisme, sexiste de surcroît, est présent chez les Catholiques, qui ont refusé le chemin de réconciliation parcouru par l’Église anglicane, la United Church et la Presbyterian Church qui ont offert des réparations rassemblées par les fidèles selon un protocole accepté par les autochtones [3] : l’Église anglicane avait effectué les premiers pas vers la réconciliation dès 1993 lorsque son primat, Michael Peers, avait livré « ses profondes excuses pour la cruauté et les abus infligés aux enfants autochtones résultant de l’idéologie blasphématoire de supériorité blanche ». Où en est l’église catholique, 28 ans plus tard ?

Carey Price vs le racisme de l’Ouest

Nous devons lutter de toutes nos forces particulièrement aux côtés de nos frères et sœurs autochtones contre les ravages causés par les réactionnaires, encore aujourd’hui. D’autant plus que le racisme anti-métis au Manitoba sévit encore, ce qui augmente notre admiration pour les créateurs Gabrielle Roy et Daniel Lavoie, notre tout premier artiste pour la paix de l’année 1988. Le référendum sur la péréquation de Jason Kenney ravive la haine anti-Trudeau de 1982 et celle anti-Québec, province qu’il prétend favorisée. Et que dire de la une haineuse du Winnipeg Sun qui, à la veille du 3e match entre les Habs et les Jets, visait le Canadien français Pierre-Luc Dubois (hélas couvreur attitré de Toffoli lors du but vainqueur de la série dans le 4e match): Dubois DU or DIE, avait écrit le quotidien en grosses lettres.

Avant le 2e match vendredi à Winnipeg, Carey Price s’était arrêté au kiosque des femmes autochtones habillées en orange, en solidarité avec les 215 victimes de la mission St Joseph. En centrant mon article[1] sur lui principalement, – et sur Philipp Danault payé à moins du tiers du salaire des deux grandes vedettes de Toronto qu’il avait limitées à un seul but par un jeu défensif toujours trop peu glorifié, – je désirais avant tout offrir aux lecteurs un extraordinaire exemple de noblesse autochtone (pensons à Lynda Price), ce qui me semble un moyen pour contrer le racisme plus efficace que les dénonciations antiracistes, qui risquent toujours de déraper en règlements de comptes.

Parlant de dérapage, on pourra l’éviter en ne démonisant pas les bonnes sœurs qui agissaient par compassion et sans les moyens financiers réels que les évêques réservaient à leur faste personnel ou à des architectures ostentatoires : combien d’enfants morts de faim et de tuberculose à Kamloops l’auraient été aussi s’ils étaient restés dans leurs familles ? Au moins, auraient-ils souffert, bercés par les soins attentifs de leurs pères et mères…


[1] https://lautjournal.info/20210602/carey-price-porte-le-numero-215 Rappelons qu’à titre d’Artistes pour la Paix, nous avons récompensé à travers les années les métis Chloé Sainte-Marie, Marie-Claire et Richard Séguin, les autochtones Florent et Stanley Vollant, ainsi que Samian, de même que les honorables Alanis Obomsawin et Myra Cree.

[2] On n’imputera pas à l’Université Ryerson les défauts d’Egerton du même nom, puisqu’elle a accordé le mois dernier deux doctorats honorifiques, le premier à la journaliste Anishinaabe Tanya Talaga, le second à Malala Yousufzai que nous avions glorifiée dès 2013 – lire http://www.artistespourlapaix.org/?p=3673.

[3] Merci à ma collègue de Pugwash Phyllis Creighton pour ces informations.

 

1 Commentaire

  1. Alice La Flèche Alice La Flèche
    1 juillet 2021    

    Bravo PIerre Jasmin pour cet article et pour Les artistes pour la paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets