Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Pourquoi s’attaquer à des statues ?

« Le passé est de l’argile que le présent sculpte à volonté. Sans fin »
Jorge Luis Borges

John A. Macdonald est dans notre mémoire collective non pas pour les politiques autochtones qu’on lui reproche, mais bien parce que c’était un des fondateurs du Canada moderne.
Frédéric Bastien, professeur d’histoire au Collège Dawson

macdonaldPermettez-nous de nous objecter : fondateur d’un Canada raciste qui plus est anti-francophone ! D’ailleurs, on a pourtant bien renommé le square Dominion où se situe la statue plusieurs fois vandalisée, en Place du Canada !

Pourquoi devrait-on se laisser impressionner par le discours conservateur (on n’en attendait pas moins de lui !) du président Macron qui a assuré hier son soutien aux forces policières face aux manifestants contre le racisme et les violences policières en France ? Il s’est de plus prononcé sur le sujet de cette chronique en affirmant : « La République n’effacera aucun nom ni aucune trace de son histoire », en référence aux monuments liés à l’histoire coloniale ou à la traite esclavagiste récemment dégradés ou déboulonnés par des manifestants. La France « ne déboulonnera pas de statues », a renchéri Emmanuel Macron.

Un autre cas difficile à régler

L’initiatrice autochtone d’une nouvelle pétition, Hannah Wallace, rappelle que la statue du fondateur de l’Université McGill, propriétaire d’esclaves noirs et autochtones, n’a pas sa place sur le campus. Si James McGill a effectivement un sombre passé colonial, l’université elle-même est déjà passablement confuse dans sa volonté de rebaptiser ses équipes de football et de hockey, les Redmen, compromise pour ce qui est de la première dans des initiations dégradantes qu’elle tente de faire oublier en s’enorgueillissant d’avoir « produit » Laurent Duvernay-Tardif. Mais une fois la bataille de la statue gagnée, ira-t-on jusqu’à débaptiser la plus célèbre des universités canadiennes ?

S’inspirer de cas faciles

On sympathise totalement avec la logique qui entraîne les mouvements mondiaux de contestation de figures historiques d’autorités compromises dans des actes racistes dégueulasses. C’est ce qui a motivé les Artistes pour la Paix à réclamer depuis des années qu’on rebaptise la rue Amherst en rue « Atateken », un nom mohawk en hommage à l’héritage autochtone de la ville de Montréal : sa mairesse Valérie Plante a inauguré le nouveau nom de rue dans la joie générale, assurée qu’on oubliera vite le général Jeffery Amherst s’étant « illustré » en offrant aux Autochtones des couvertes infestées par la variole, se méritant le surnom de « père de la guerre bactériologique canadienne ».

Une solution

Devant les cas de vandalisme ou « corrections de l’histoire » qui se multiplient

1- en Grande-Bretagne à Bristol, un bronze du marchand d’esclaves E. Colston et à Londres une sculpture de Winston Churchill (aussi celle à Prague) qui selon The Guardian voulait utiliser un gaz extrêmement toxique, le diphénylaminechloroarsine, contre les tribus rebelles du nord de l’Inde : “Je suis fermement en faveur de l’utilisation de gaz toxiques contre les tribus non civilisées”, avait-il déclaré ;

2- en Belgique, la statue de Léopold II brûlée et aspergée de peinture rouge en symbole du sang des Congolais versé par les armées du roi colonialiste;

3- aux États-Unis, les statues de Christophe Colomb à Boston, à Miami et à Richmond, de même que celles de Jefferson Davis, président des États confédérés, en divers lieux.

4- en France, des milliers de cas depuis 1789 !!

Quelle serait donc notre solution ? Des musées pourraient ouvrir les portes de sections baptisées « les dinosaures de l’histoire » où ces œuvres d’art, représentant des personnages infâmes, seraient exposées avec des textes explicatifs ou même des vidéos historiques reconstituant leurs méfaits, apportant ainsi un enseignement vivant de l’histoire.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    19 juin 2020    

    Voici un article américain qui relate le nouveau combat d’Elizabeth Warren qui pourrait utiliser notre idée exprimée dans cet article:
    Un Noir très subalterne, dont on ne peut révéler le nom, a eu le courage de s’en prendre à une opinion exprimée dans son instance juridique par un juge très sénior, Laurence Silberman. Nommé par Reagan, ce dernier s’est opposé à « la folie d’un amendement proposé par la Sénatrice Elizabeth Warren » au National Defense Authorization Act qui autoriserait le déplacement de monuments honorant des Confédérés. Contre l’ire patriotique du juge qui n’hésite pas à parler en faveur d’un oncle confédéré, ce Noir loue habilement l’opinion de 2005 du juge en faveur de retirer le nom J. Edgar Hoover de l’édifice du FBI à Washington mais doit lui rappeler l’évidence (niée par le juge!) que les Confédérés luttaient contre l’abolition de l’esclavage en faveur du suprématisme blanc. L’amendement Warren a fait du chemin cette semaine, puisqu’une commission se penchera sur la possibilité de rebaptiser dix bases militaires nommées de noms de Confédérés, y compris Fort Pickett, du nom de la charge confédérée qui a occasionné à Gettysburg le plus grand nombre de morts dans quelque conflit que ce soit de toute l’histoire nord-américaine.
    https://theintercept.com/2020/06/15/dc-circuit-confederate-bases-federal-judge/?utm_medium=email&utm_source=The%20Intercept%20Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets