Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Mike Ward et la liberté d’expression

Originalement publié le 20 mars 2020,
augmenté d’un commentaire le 29 octobre 2021.

Une cause, une seule victime, plusieurs responsables

gabriel

Jérémy Gabriel, dont je préfère utiliser la photo plutôt que celle de son tourmenteur, a le droit de vivre, contrairement à ce que suggérait l’escalade d’expressions abusives utilisées par Mike Ward dans ses numéros sur le « pas tuable » jeune homme il y a huit ans.

Karine Tremblay écrit dans La Tribune du 9 mars : la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a intenté une poursuite au nom de la famille Gabriel, après que celle-ci eut déposé une plainte en 2012. En 2016, le Tribunal des droits de la personne du Québec a statué que les propos de Mike Ward pendant ses spectacles avaient été discriminatoires à l’endroit de Jérémy, atteint du syndrome de Treacher Collins. L’humoriste ayant porté sa cause en appel, la Cour d’appel a, l’automne dernier, rejeté une part de sa demande, le sommant de payer 35 000 $ en dommages moraux et punitifs.

Quand l’humour se trompe de cible

Ward a récolté trois trophées au dernier Gala des Olivier où la foule s’est levée pour applaudir celui qu’elle a érigé en martyre de la libre expression, appuyé par Me Julius Grey qui défend son client jusqu’à porter sa cause devant la Cour suprême. L’humoriste Ward ne devrait-il pas plutôt jeter l’éponge, assumer le ton violent de ses débordements antérieurs – notons que son discours au gala sur la liberté d’expression était irréprochable, parce qu’il évitait la spécificité de son propre cas litigieux – et payer les 35 000$ dus à la personne blessée par ses injures antérieures ? En 2012, vu l’âge du jeune « handicapé » (car ses blagues ont réduit Jérémy à cette condition), n’aurait-il pas été plus avisé de sa part de se moquer des parents de Jérémy (la mère a d’ailleurs perdu sa cause réclamant 7000$) ? Car ils ont instrumentalisé le handicap de leur fils, en le filmant en train de chanter devant le pape Benoît XVI, un pianiste raffiné qui ne méritait pas une telle agression artistique. Le jeune homme a mûri et semble avoir plus d’avenir dans la musique punk, quoique sa pathétique volonté de se présenter dans n’importe quel parti politique à l’automne dernier montrait plutôt que le fils persiste à faire ce que ses parents lui ont inculqué, tenter à tout prix de profiter de la gloire ($$) des feux de la télévision…

L’École nationale de l’humour

Directrice de l’École nationale de l’humour, Louise Richer appuie Mike Ward, car elle craint le précédent d’une poursuite victorieuse contre les humoristes, vu l’autocensure que les gens du métier pourraient s’infliger à la suite d’un tel jugement. Mais son appui ne fait-il pas durer le suspense d’une cause dont l’acharnement provoque déjà des échecs juridiques successifs qui desservent la liberté d’expression, à cause de la frontière non respectée par Ward entre la liberté de se moquer d’une œuvre – le chant devant le pape – et ridiculiser son auteur (on revient toujours à cette distinction, comme pour J’accuse de Polanski) ? Encore une fois, ne serait-il pas plus sage de tirer la plogue et ainsi d’éviter d’entraîner le précieux droit à l’expression libre dans une série d’échecs dommageables ? En assumant l’agressivité débordante de ses propos contre Jérémy Gabriel, comme a fini par le faire l’animateur Normand Brathwaite à Piment fort face aux pertinentes accusations d’homophobie par le digne Daniel Pinard (qui n’a pas eu besoin des tribunaux), Mike Ward offrirait en outre un effet bénéfique calmant, utile aux agressifs réseaux sociaux : on peut consulter des exemples de propos « lénifiants » adressés à M. Gabriel sur sa page facebook, tels que « pitche-toi en bas d’un pont ! »

Deux humoristes artistes pour la paix

L’ex-trésorier des Artistes pour la paix Luc Boily enseigne à l’École nationale de l’humour un cours d’écriture humoristique et partage, avec Christian Vanasse, le cours Humour et société : ils y véhiculent des réflexions nécessaires sur la responsabilité venant avec la prise de parole. Rendons-leur grâce, ainsi qu’à la sagesse de Louise Richer, d’avoir évité des cas semblables dans les dernières huit années, ce qui vu la prolifération sur nos ondes radiophoniques et télévisuelles d’humoristes, représente un sacré tour de force.

Enfin, on revient toujours à lui, Yvon Deschamps n’a jamais craint de s’attaquer à l’establishment très riche et à sa bien-pensance vaguement raciste, sexiste, militariste et anti-classe ouvrière et anti-syndicaliste. Si on m’objecte que l’époque actuelle est trop politically correct pour allouer une telle licence, voici un débat intéressant à entreprendre, à la condition de ne pas être mené dans nos médias par les adeptes de RadioX qui évoquent le principe de la liberté d’expression à tort et à travers, alors que les pacifistes sont censurés.


Commentaire du 29 octobre 2021

Comme Artistes pour la Paix, nous voilà ambivalents face à ce cas résolu par la Cour Suprême qui s’est elle-même divisée 5 à 4 aujourd’hui.

Notre côté « artiste » se réjouit de la victoire de la liberté d’expression défendue par Julius Grey qui comme le Premier ministre Legault l’affirme, va permettre aux caricaturistes de dormir, « malgré leurs attaques parfois très dures » à la Mike Ward.

Notre côté « pour la paix » va continuer à s’engager du côté des plus faibles contre les puissances militaires et autres. Faible n’est pas un mot qui s’applique à M. Gabriel qui a affirmé en conférence de presse que ce combat pour sa dignité ainsi que les épreuves subies l’ont rendu plus fort, même si ce débat judiciaire l’a un peu amoché, a-t-il avoué.

En conséquence, ne faut-il pas défendre la liberté des nations opprimées par les puissances occidentales, contre les croisades humanitaires de type Right to Protect qui prétendent dicter les droits humains en faisant la guerre ? D’où notre ambivalence face aux dénonciations du genre « génocide ouïghour »: elles ne règlent rien aux possibles infractions et surtout elles reportent sur L’ENNEMI les actions de plus grande justice que nous pourrions entreprendre envers les autochtones des Premières Nations, en reconnaissant les infanticides de nos vieux pensionnats et les trop nombreuses disparitions de jeunes filles autochtones mal enquêtées par nos polices actuelles, GRC et SQ.

Désolé de déborder du sujet : nous sommes ouverts bien sûr à d’autres opinions.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    30 octobre 2021    

    Voici un passage très éclairant de l’éditorial de Brian Myles Le DEVOIR:
    « Le passage le plus intéressant de l’opinion majoritaire réside dans le coup de semonce à l’égard de la CDPDJQ et du Tribunal des droits de la personne. Ces deux instances interprètent leur loi constitutive, la Charte québécoise des droits et libertés, d’une manière telle qu’elles s’accordent une compétence à l’égard des propos supposément « discriminatoires » prononcés par des citoyens en privé ou en public. Le Tribunal condamne des particuliers à verser des indemnités considérables même quand le préjudice subi est « relatif » et que les effets sociaux de la discrimination (perpétuation des préjugés ou des désavantages) sont « absents ». Or, cette façon de faire s’éloigne des enseignements de la Cour suprême, tranchent les juges majoritaires. La Charte n’a pas été édictée pour encourager la censure ni transformer les moindres expressions d’incivilité en actes de discrimination.
    Il y a de quoi faire réfléchir la CDPDJQ et le Tribunal des droits puisque ce courant de pensée fait abstraction de la pondération entre le droit à la liberté d’expression et le droit à la sauvegarde de la dignité. Mais ne comptez pas sur la CDPDJQ pour faire ce nécessaire examen de conscience. Le président de la CDPDJQ, Philippe-André Tessier, accompagnait vendredi Jérémy Gabriel pour réagir à l’arrêt de la Cour suprême. M. Tessier a renchéri sur l’intention de la Commission de soutenir le droit à la dignité. Aussi bien dire qu’il jette aux poubelles la décision majoritaire pour s’accrocher à l’opinion dissidente. C’est une incitation directe et désolante pour que le Tribunal des droits continue d’étirer l’élastique de la discrimination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets