Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Grondements militaristes qui s’en vont et s’en viennent

L’annonce aujourd’hui que le Canada rapatriera ses CF-18 conformément à la promesse électorale de Justin Trudeau (que nous lui avons rappelée dès son élection; voir http://www.artistespourlapaix.org/?p=7866 ) nous satisfait, surtout en considérant sa réallocation de ressources humaines enlevées aux militaires vers un effort humanitaire au secours de réfugiés qui en ont grand besoin, en particulier au Liban et en Jordanie.

Saluons le courage de Justin Trudeau d’avoir su résister à la pression énorme du complexe militaro-industriel, des médias et de la population éprouvée (à Paris et à Québec, suite au 13 novembre et au massacre à Ouagadougou : http://www.artistespourlapaix.org/?p=9209) et d’avoir annulé à partir du 22 février les bombardements du haut des airs : on sait que « ces bombardements de précision » sont en réalité responsables de destructions innommables, de morts et de blessés atroces et de fuites de réfugiés par millions. Et sans pouvoir présenter de statistiques fiables à ce sujet, on imagine aisément combien de vocations djihadistes ils suscitent dans les populations qui les subissent.

Kobané

Kobané (photo Daily Telegraph)

Comme l’énonce courageusement dans l’Ottawa Citizen d’aujourd’hui ma collègue Peggy Mason de Ceasefire.ca (Institut Rideau), force nous est de constater avec elle l’aveuglement (volontaire?) des médias à reconnaître les effets désastreux des bombardements, comme nous le rapportions dans le point 4 de notre article précédent paix en danger sur http://www.artistespourlapaix.org/p=9670. Kobané et Sinjar, en Syrie, ont été réduites en cendres par ces bombardements qu’Américains et Russes, égaux en barbarie impérialiste, veulent aussi appliquer à Raqqa, Mossoul et Fallujah. Désastre est un mot faible pour décrire la puissance de destruction des bombes et des missiles vantés par les rodomontades patriotiques de François Hollande qui a dépêché son porte-avions.

Mon analyse diffère toutefois de celle de Peggy [1] qui voit les Peshmerga kurdes comme des séparatistes pratiquant le nettoyage ethnique (!). Pourtant Trudeau lui-même a la largeur d’esprit de les reconnaître comme acteurs incontournables, dans la tâche numéro un que le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a identifiée aujourd’hui: débarrasser en priorité le Moyen-Orient de l’État islamique, reniant ainsi l’objectif principal de M. Harper qui était de démettre du pouvoir le tyran Bachar al-Assad : la pauvre Rona Ambrose s’époumonait donc en conférence de presse, qualifiant de honte nationale le changement de cap de la politique du Canada !

Hélas des nuages sombres que les Libéraux font semblant d’ignorer s’amoncellent à l’horizon avec l’annonce par le Secrétaire américain Ash Carter que les États-Unis s’apprêtent à quadrupler leur budget d’activités militaires à travers l’OTAN. Salué par le Secrétaire général de l’organisme militaire, Jens Stoltenberg, l’effort américain destiné à l’Europe passerait de 800 millions de $ (2015) à 3.4 milliards de $ (2017). La cible de cette orgie de dépenses serait évidemment la Russie. Quand, dans l’histoire contemporaine, a-t-on annoncé le quadruplement des efforts diplomatiques, s’est plainte avec raison Bev Delong, directrice du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire?

[1] Je me permets cette familiarité, vu nos discussions annuelles lors de nos réunions de Pugwash et du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire. Incidemment, il y a eu une réunion Pugwash à Doha au Qatar les 23 et 24 janvier derniers portant sur l’Afghanistan, avec une participation des Taliban, des adversaires qu’on ne doit pas refuser d’écouter (c’était la formule souriante du ministre Dion en entrevue aujourd’hui à Radio-Canada : ne jamais refuser d’écouter nos adversaires, ce qui ne veut pas dire les approuver!)


 

Voici maintenant l’opinion de Peggy Mason, avec sa solide conclusion que nous endossons pleinement : le Canada aurait davantage d’impact en se retirant complètement de la mission militaire, en concentrant ses efforts sur une stabilisation régionale, sur des mesures humanitaires et surtout, en agissant comme catalyseur d’une nouvelle stratégie qui enverrait des missions diplomatiques de paix en Syrie, en Libye et au profit de réformes de gouvernance en Irak.

Published in the Ottawa Citizen online, February 8, 2016

The U.S.-led coalition against Islamic State (ISIL) is in utter disarray. Things are going so badly that some Arab members of the coalition who left the bombing campaign in Iraq and Syria to focus on Yemen now say they are ready to come back and provide ground forces. In the meantime, believing that President Bashar Assad is the best bulwark against ISIL, Russian air strikes are decimating coalition allies on the ground, blowing up the fragile UN-backed peace talks at the same time.

ISIL is proving so difficult to dislodge that the U.S., under cover of outrage over the November Paris attacks, has relaxed its targeting restrictions. And ISIL advances in Libya have the U.S. and U.K. openly musing about extending the war into that country. An urgent course correction is long overdue.

Relaxe! Ces bombes viennent nous aider… elles proviennent de l’OTAN

Relaxe! Ces bombes viennent nous aider… elles proviennent de l’OTAN

The non-military aspects of the new Liberal plan, including diplomatic peacemaking in Syria, and promoting regional stability and improving Iraqi governance, are important steps in the right direction. However, the military components of the Liberal response, which involve not only an expanded training role but continued participation in the air campaign through reconnaissance and refuelling, will only heighten Canadian involvement in an ever-deepening quagmire.

Since the announcement by Justin Trudeau that Canada would be withdrawing its CF-18s from the coalition bombing campaign, there has been an incessant media drumbeat demanding that he rethink this decision. The demand only intensified after the Paris attacks, as if the decision to change Canada’s role in the coalition was based on a misunderstanding of the threat and not on a desire to be more effective.

The federal government can be rightly castigated for not articulating more forcefully its reasons for wanting to adjust the role. But this does not excuse the failure of the Canadian media to consider the actual effect on the ground of the bombing campaign.

The so-called coalition “victories,” in which cities such as Kobane and Sinjar in Syria, and Ramadi in Iraq, are “liberated” with the help of massive air strikes, have resulted in the destruction of these cities. They are reduced to rubble, leaving nothing to house or sustain returning populations. Yet the American secretary of defence has made clear that this is his plan for cities such as Raqqa in Syria and Mosul and Fallujah in Iraq. If this plan is carried out, then the almost certain result will be far fewer habitable cities and far greater numbers of displaced, destitute populations.

But what about Canada’s intention to increase its training of local Iraqi forces? Surely that is another step in the right direction. Unfortunately, the devil is in the detail. Training the Peshmerga, which Canada is already doing, puts us in the position of helping fighters whose goal is not to liberate Iraq from ISIL but to create an independent Kurdistan. Particularly troubling are credible allegations from Amnesty International that Kurdish forces are engaged in “ethnic cleansing” of areas they retake from ISIL.

And we still have precious few Iraqi Sunnis to train since, in their stronghold of Anbar province, Sunni tribes have largely chosen what they see as the lesser of two evils, ISIL, over a corrupt and sectarian Iraqi government. In other words, our training should take a back seat to that part of the Canadian plan intended to focus on Iraqi governance.

As for Syria, as long as the civil war continues unabated, ISIL cannot be effectively contained.

Canada would have far greater impact if we pulled out of the military mission altogether and concentrated on regional stabilization, humanitarian measures and, above all, acting as a catalyst for a new strategy that puts diplomatic peacemaking in Syria and Libya and governance reforms in Iraq at the heart of coalition efforts.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets