Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Burkina Faso : victimes héroïques

Pour lire la version de cet article destinée à l’Europe, cliquez ici.

Nos condoléances vont aux familles Carrier-Talbot-Chamberland-Bernier terriblement éprouvées : les assassinats par des djihadistes de travailleurs humanitaires exemplaires construisant une école ont révolté les Artistes pour la Paix, comme tous les Québécois.

Des commentateurs déclarèrent dès dimanche matin à Radio-Canada « la lune de miel Trudeau des selfies » terminée : il est grand temps, dirent-ils, qu’il dirige son gouvernement du côté de l’ordre et de la sécurité, dossier qu’ils identifièrent sans vergogne au gouvernement Harper. Le député conservateur Pol-Hus et une meute d’éditorialistes se sont ensuite employés à entretenir les mêmes préjugés.

Photo: Le Devoir

Photo: Le Devoir

Une absence de mise en perspective politique perdure hélas depuis 2011, au sujet de l’expédition de bombardements menée par l’OTAN de mars à septembre 2011 sur la Libye : commandée par le général canadien Charles Bouchard, son mandat était de protéger les insurgés islamistes à Benghazi [1]. Au lieu de quoi, le général [2], sans nul doute influencé par Harper, a choisi de bombarder le gouvernement Kadhafi jusqu’à son anéantissement. Il a trahi, ce faisant, le mandat qui lui avait été confié par le Conseil de Sécurité de l’ONU, causant une totale perte de confiance de la part de la Chine et de la Russie.

L’unanimité du Conseil de sécurité n’est hélas pas la seule victime de ces bombardements : les armes de la Libye se sont toutes retrouvées dans les mains des groupes islamistes nord-africains, se frayant un chemin à travers le Niger et le Mali jusqu’au Burkina Faso limitrophe (et aussi en Tunisie, en Égypte, au Soudan, au Yémen en guerre civile etc.).

Constatant ces quatre derniers jours les massacres perpétrés par les djihadistes en Indonésie (Djakarta), en Syrie (de 143 à 300 morts), au Pakistan (plus de 20 morts dans une attaque contre une université) et au Burkina Faso, l’opinion publique canadienne volatile réclame le lynchage des terroristes et met la pression sur le gouvernement Trudeau pour réagir militairement, favorisant ainsi l’achat de cent milliards de $ des bombardiers F-35 contre lequel notre premier ministre s’était prononcé en campagne électorale : voir notre dossier sur http://www.artistespourlapaix.org/?p=8859.

En mai dernier, les Artistes pour la Paix imprimaient à leurs frais cinq mille cartes postales représentant Gaza détruite par les bombardements israéliens bénis par le premier ministre Harper. Nous y posions la question : « Que reste-t-il à bombarder ? ». Après Ouagadougou, la question perdure, entière. Nous demandons au député Pol-Hus et au premier ministre Couillard d’ajuster leurs selfies d’indignation militariste avec l’analyse ci-haut et les conséquences funestes des bombardements massifs en Afghanistan, en Irak, en Syrie et en Libye : des millions de morts et de réfugiés (sur ce sujet, l’accueil du premier ministre québécois, comme celui du premier ministre Trudeau, est méritoire). La guerre aux terroristes ne peut pas être menée comme une guerre traditionnelle : les bombardements du haut des airs sur des populations ne font que créer davantage de terroristes vengeurs.

Enfin, nous adressons la prière suivante aux familles québécoises éprouvées : plutôt que de recourir aux armes, vos enfants ont préféré prendre en mains des outils de paix. Ils sont nos héros, qu’aucune guerre ne vengera. Car construire des écoles reste la meilleure réponse à apporter contre le fanatisme destructeur des islamistes.

bombarder_rev3

[1] de beaux serpents qui allaient un an plus tard assassiner l’ambassadeur américain et provoquer les attaques incessantes des Républicains militaristes contre Hillary Clinton

[2] Rappelons que la carrière militaire de 38 ans du général Bouchard a vu son aboutissement un an après sa retraite de la Royal Canadian Air Force, par sa nomination comme représentant en chef au Canada pour Lockheed Martin, la firme principale avec Northrop Grumman qui construit F-35, drones et bombes. À l’UQAM, les deux principales plateformes d’interventions politiques, l’Institut d’Études Internationales de Montréal et la Chaire Raôul-Dandurand, sont respectivement commanditées par la Banque Scotia et par Power Corporation Financial, les deux plus grands investisseurs canadiens dans les industries d’armement citées + Honeywell et General Dynamics, après SUN Life Financial qui leur a accordé 9 milliards de $ canadiens depuis janvier 2012 (voir www.dontbankonthebomb.com ) . Bien sûr, plusieurs chercheurs de ces plateformes clameront leur indépendance et ils auront raison : nous respectons par exemple les avis équilibrés de Donald Cuccioletta, membre de la Chaire. Par contre, les avis de M. Vincent Marissal, employé de La Presse propriété de Power Corporation, nous semblent teintés par son affiliation. Bombarder est une action très rentable pour ces compagnies militaires, certains missiles coûtant un million de $ pièce et l’armée canadienne influencée par ces industries peut devenir le marteau qui voit en chaque situation internationale tendue un clou qu’il faut frapper en vue de la solutionner.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets