Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

XVIe Festival international de poésie : vos contributions

neruda-fip-entete

Voici les contributions reçues des membres et sympatisants des APLP dans le cadre du XVe Festival International de Poésie Parole dans le monde. Merci à tous et toutes ! Nous les publions à mesure que nous les recevons. Vous pouvez aussi voir la page du XVe Festival de 2021 en cliquant ici. Mis à jour le 8 juin.

 

Claudine Bertrand

Images de paix

Je note en mon grimoire
Impressions du matin

Paix fleurissant aux arbres
Espoir à tout vent

Le poème murit
Sur la table de cuisine
Les fruits sommeillent
Sous l’odeur de café

Mes yeux embrumés tentent
D’éloigner les ténèbres
En cette demeure ancestrale

Mêmes gestes de quiétude
Depuis toujours
J’écris d’un œil complice
Images de paix à venir

J’entrevois une lueur
Toujours interminable
Comme Marco Polo
Explorant un nouveau monde

Pour que la paix survive
Se bâtir une chaumière

Portes et fenêtres ouvertes
Souffle humain
Se répandant en toutes choses
Où la parole devient poésie

 

Claudine Bertrand, Chevalière de l’Ordre de la Pléiade de la Francophonie, a publié une vingtaine de recueils poétiques dont Rouge assoiffée (Hexagone) et Le corps en tête. Son œuvre a été plusieurs fois récompensée :  le prix Tristan-Tzara, le prix des Écrivains francophones d’Amérique et le prix européen Virgile 2017.

Par ses livres et par son engagement, elle contribue activement à la diffusion de la poésie. Dernières parutions : Fleurs d’orage et
Émoi Afrique (s), Édit. Henry, France.

Bella Clara Ventura

Desde el pecho de mi madre

Desde el pecho de mi madre mamé un lema que me ha servido para la vida y para mi manera de obrar; haz bien y no mires a quien. En el tetero se reforzó el credo. Y desde entonces, sigo persiguiendo la misma idea de que hacer el bien sin mirar a quien me ha traído grandes satisfacciones. Puedo inclusive recalcar que ha sido el secreto de mis horas para conquistar esa paz interna, que nos permite vivir mejor y en armonía con los semejantes, sin importar su color, su fe ni su procedencia como tampoco sus inclinaciones o posiciones frente a la existencia. Todo se presta al respeto y a la tolerancia, elementos vitales para convivir en Paz. Esa paz tan anhelada que nos resulta esquiva por no saber entregar lo mejor de nosotros al vivirnos casi siempre en sombras, en vez de alcanzar La Luz que todo trabajo en nuestro jardín interior prende. Es la imagen que Platón nos entrega en la caverna… hay que saber salir de ella para conquistar el mundo de modo sabio e iluminado. Respuestas que nos da la madurez y el anhelo de ser cada vez mejores personas, al recordar en permanencia que no existe entierro con bolsillos llenos.  El alma se entrega con sus buenas o malas acciones. Por lo menos es lo que nos ha demostrado la creencia que lo material al polvo retorna.  Respeto cada idea que se tenga sobre un mundo por venir, pero insisto que en este plano podemos sentirnos mejor a medida que nos damos a los demás. Por ello, cada mañana mi plan se cumple al arribar con mi saludo mañanero para mis cumpleañeros en su día… y vengo cargada de abrazos y de mis mejores deseos para una celebración en paz y con mucho amor. Feliz cumple cumple.

Myrna Lafare Michalon

Paix

Imaginez
Une société loin de la tourmente,
Imaginez
Plus de guerre et de pauvreté,
Imaginez
Que tous les êtres se tiennent la main,
Imaginez
Qu’une réflexion se transforme en rire,

Imaginez que
Le racisme,
La discrimination,
L’antisémitisme,
L’islamophobie
Disparaissent
Et se changent en une lumière de joie,

Imaginez
Que la différence entre individu
Soit acceptée par un trait de certitude,

Imaginez
Que nous soyons tous
Sur un même pied d’égalité et d’entraide,

Imaginez
Que nous ayons confiance en nous, en eux,

Imaginez tout ça…
Imaginez que certains êtres ne soient plus
Imaginez un sourire
Universel pour chaque
Être,

Imaginez que certains êtres ne soient plus
Égoïstes,
Égocentriques,
Narcissiques,

Imaginez
Que plus aucun être ne décèdent du covid…
Imaginez tous les soutiens
Pour les personnes atteintes de maladies,

Imaginez l’espoir que
L’on peut apporter.
Imaginez cette paix qui
Coule dans chaque être,

Imaginez,
Que chaque visage dans le monde
Soit dessiné dans la solidarité,

Imaginez
Que tous les êtres tiennent une bougie,

Imaginez tout cela…
Et…

Fermez les yeux.

Que voyez-vous ?

Un arc-en-ciel,
Une naissance
Une rose,

Que voyez-vous ?…

Des lumières brillantes et apaisantes,
Symboles de bonheur,
D’avenir et de paix.

Dante

Pax Vexillum

Paradoxes parant nos erres d’aller
Affadi bonheur de succédanés
Maints bien inaptes à prédire
Bon port au louvoyant navire

Ignescence au lit de nos sangs
Du bal d’obsédés belligérants
Flèches fichées aux muettes pétales
Latents vœux d’asiles hadales

Conscience soufflée tel un fétu
L’importance du signe des cieux
Entends l’appel de l’empyrée bleu
Carrefour de l’impétueux et du ténu

Désarmante que cette main armée !
Rouge avancée doit reculer
Levée des fardeaux à la légèreté
Lotis aux souhaits de la fraternité

Blanc-seing conféré aux ego habiles
Pourquoi donc escus et ogives futiles ?
Reconnais que ta chair est météore
Improbable miracle au gîte d’or

De faux maux et panacées de silicone
Éclosent vives promesses en l’aube jaune
Trouve sereine joie en sa tonique rosée
Réfraction diurnale de ton éternité

Lézardes aux briques de la dictature
Enfin l’Histoire consignée en lège opuscule
Pérennes amarres nichées sous sa reliure
Larmes de joie perlant aux riantes ridules

Surnage en mer céleste insondable
Flots battant nos littoraux impatients
Combien prodigue cette source purifiante !
Ablutions transcendant l’irréconciliable

Nul moi sera sans autrui
Égaré qui décime la vie !
Couve plutôt la précaire rose
Rempart à ton apoptose

Au ber des malaimés écorchés
Débroussaillons les voies oubliées
Voix en chœur touchons aux cœurs
Mœurs afin que demain ne meure

S’arroger maître artisan des merveilles
Croyais-tu pouvoir éteindre le soleil ?
Qui daigne vénérer par-delà les héliopauses
Verra du feu et de l’eau l’achevée symbiose

Fuseront de l’indivise nation vibrante
Paroles et actions bienveillantes
Mortels des céans en transhumance
Reconquérons la furtive quintessence

Extinction des brasiers in petto
Providentiel repos aux âmes en étau
Aux absolus peinant à toucher cible
S’ébauche l’intégrale vérité indicible

Genèse d’une coalescente plèbe
Moissons de bonté transmuant la glèbe
Rideau sur les dissidentes ivraies
Corvées altruistes en l’unanime projet

Aux sillons semés de saine bravoure
Tolérants feront florès à l’entour
Sanctifie le magnanime labour
Alchimie du jour pour que soit toujours

Corps d’esprit affranchi de toutes les faims
Hume la brise curative éparpillant neuvaines
Deniers abolis sous l’alliance souveraine
Heure jubilatoire en patrie des hominiens

Enfant de l’ubiquiste poussière astrale
La danse terrienne mérite humble révérence
Au natif écho de ta pure essence fractale
Baume de bienfaisance sur ta rémanence

Tous les faits défaits
Le mépris repris
Les acquis remis
Au socle de paix

Jeanne Forest

La paix dans le monde

Peuple du monde entier,
Renforçons notre amitié,
Pour aller dans un endroit,
Où la paix règnera,
Où justice sera faite,
Où l’amour sera prophète,
Tendons-nous les mains,
Sinon la différence n’aura pas de fin.
Si elle engendre la haine,
Pourra-t-elle soulager la peine !
Tout le monde a besoin de tout le monde
Si l’un est frappé par la maladie
L’autre saura tenir compagnie
Quelqu’un possède le savoir
D’autre saura promouvoir
La beauté, le pouvoir, le bonheur
Parfois nous font peur
Mais, ce sont des merveilles multicolores
Des arc-en-ciel qui valent de l’or
C’est à chacun de saisir
Et de les découvrir
L’arc-en ciel est un miroir
Multi-color aux multiples pouvoir
Donnons-nous les mains
Sinon la différence n’aura pas de fin
Libérons les colombes, pour faire la paix dans le monde

Sylvie Mondou

L’énergie du coeur

Tant de mots pour la paix proclamés
En d’innombrables années
Tant de vœux exprimés
De gestes déployés

POUR L’AMOUR UNIVERSEL INTENSÉMENT SOUHAITÉ

Tant de douceur à propager
Pour l’humanité
Difficile équilibre à cultiver
Entre la noirceur et la lumineuse clarté
Tel une âme élevée
Et les sombres pulsions d’un être de bonté

Est-il permis d’espérer
Toute quête de vil pouvoir abandonnée ?

VIVEMENT QUE L’HUMAIN CESSE DE TUER
DE TORTURER
DE VIOLER
DE RAVAGER…

Pour contrer l’angoisse de sa propre finalité

Que disparaissent les forces armées
Puisse l’énergie pure du cœur être libérée
Pour une harmonie enfin révélée
Grâce aux nobles sentiments animés

En ce monde plusieurs langues sont parlées
Longuement expérimentées
Avant d’être maîtrisées
Or, le langage du cœur inné
Des nouveaux nés
Se perd dans les dédales de la vie débridée
Au rythme effréné
Alors, faut-il désespérer ?

ENTRE NOS MAINS LA CARTE DE LA FATALITÉ…

Ayons foi en l’humanité
En la sagesse immortelle de l’âme incarnée
Afin qu’un jour il soit possible de créer
Une vie sur terre sans cruauté

Une vie foisonnante de générosité
Honorant les valeurs sacrées

LA VOIX DU COEUR ENFIN PRIVILÉGIÉE
ALLÈGREMENT CÉLÉBRÉE !

Marie Crépeau

Accueillir la paix

Mon amie me murmure,
angoissée :

* « Tu te souviens de la Guerre froide,
de la peur des avions et des envahisseurs,
de l’horreur des bombes après Hiroshima ? »

Pour la rassurer ou me protéger,
je lui réponds :

– « Je me souviens de la joie de mes parents
face à l’espoir du progressisme de John « John »,
leur désir d’un monde libre ! »

* « Ressens-tu encore l’incrédule tristesse
de la pauvreté et de la misère
des pays du Tiers-monde ? »

– « Je me souviens de l’euphorie de la chute du mur de Berlin,
des danses et des cris
ressentis jusque dans ma chair.»

* « Te rappelles-tu le foulard d’Arafat,
le conflit israélo-palestinien,
le régime de terreur
des talibans en Afghanistan ? »

– « Je me rappelle le travail de Jimmy Carter,
la démocratie qui semblait vouloir
s’étendre et prospérer ! »

* « Où étais-tu, toi, en septembre 2001,
quand notre monde s’est effondré
en même temps que des milliers de vies ? »

– « Je me rappelle la vague Obama,
l’écume de tous les rêves non réalisés
qui revenait lécher nos vies
et dans laquelle je m’abandonnais ! »

* « T’es-tu remise, toi, de l’élection de Trump,
de ses tromperies, ses mensonges et son mépris,
de la guerre invisible infligée à l’humanité ? »

* « Réalises-tu la montée de la droite,
le retour des talibans, l’expansion de la Chine,
la radicalisation de la Corée du Nord ?
La pauvreté, la fragilisation des conditions des femmes,
les pandémies,
le retour sauvage de la guerre ? »

Je ne suis plus protégée
devant la vulnérabilité de mon amie,
devant sa dévastation,
qui est mienne aussi,
et celle de milliers de gens
dans un monde sans paix.

Elle me tend la main et me dit :

* « J’ai trouvé une méditation
qui a modifié ma perspective :

Je m’imagine assise au pied d’un lac,
sur une colline, dans un paysage lumineux,
un lieu calme et joyeux.
Je vois alors arriver tous les hommes
à la source de tant de souffrances.
Ils s’assoient à mes côtés et nous sommes paisibles,
heureux d’être ensemble dans ce lieu enchanteur.
Puis surviennent toutes les personnes
victimes de toutes les injustices,
qui se posent à nos côtés
légères et comblées.

Cette méditation permet
d’apaiser avec humanité
cette énergie de violence et de haine.
Je n’oublie pas toute cette douleur,
cependant que je suis davantage unie
à tous les êtres et à la vie. »

À mon amie, je souris avec bonheur,
j’ai une porte d’entrée pour la paix !

Alain Chaput

Chaque nuit

Mon émerveillement pleure,
Chagriné par le monde et ses douleurs
Déferle en moi l’inquiétude
Chaque nuit,
Les atrocités élaguent ma paix
Être me meurtrit

Mon âme gémit
Ma candeur s’étonne
À toutes ces terreurs
Chaque nuit,
Un ressac saumâtre de peines
Être me meurtrit

J’attends l’aube
Sa lumière étincelante
Espérance de jours sereins
Chaque nuit,
Toute cette haine me flagelle,
Être me meurtrit

Tous ces éclats tonitruants
Ébranlent les colonnes
De l’humanité, de la paix
Chaque nuit,
J’en suis transpercé,
Être me meurtrit

Amorçons un regard tolérant
De bienveillance, de clémence
Comme une douce musique
Chaque nuit ,
Écoutons les murmures consolants,
Appelant l’allégement de la vie

Propageons haut et fort
La beauté, la diversité
Les musiques du monde
Pour qu’enfin, l’humanité et moi,
Chaque nuit,
Vivions à nouveau la paix
Et l’accalmie.

Suzanne Charrand

Un pas de plus

Le cœur du monde est en guerre.
Tout explose.
Frontières dépassées, repères égarés
Le cœur à vive allure dans la peur du lendemain

Bien au chaud, je n’ose à peine m’imaginer
Être enfouie dans un tunnel froid au milieu de nulle part.
Et pourtant, dans mon quotidien,
La guerre trouve place dans mon cœur,
Par le jugement, et la peur de l’autre.
Je dissimule tout ce qui peut m’atteindre
Et me cache à moi-même.

Tenir la main de l’inconnu,
Écouter sa voix, sonder son cœur,
Faire place aux silences
M’ouvrir à la différence
Bondir pour dire, pour dénoncer.

Forcer un pas de plus dans l’ouverture à l’inconnu
Sourire pour inspirer la confiance,
Que pour chacun,
Un sentier se dessine
Et qu’ainsi, un pas de plus marquera
L’empreinte de la paix
Dans le sol de l’humanité retrouvé.

Laurent Orsucci

Train de vie

« Bonjour à toi qui me lira , j’aimerais tant te donner mon Nom …
J’étais si petite ! Au point de pas pouvoir monter dans le train .
Le gentil monsieur en gris m’à aidé à grimper,
Je lui ai tendu les bras… Et dans ses yeux.., ses yeux….!….. tant de Tourments… de Souffrances……!
Pourquoi.. ? On va en voyage , comme FANNY !

C’est dommage, j’aurais bien aimé aller au ZOO de la ville avant de partir .
Le voyage était pas très rigolo , on était trop serré , y faisait très chaud, et y avait pas de wagon bar …… .!
À l’arrivée ; comme on avait beaucoup transpiré, on à été se laver et après je sais plus….

mmmmMaintenant, j’habite dans la maison bleue ……. Mais je vais pas vous embêter avec mes histoires …..
Je me suis fait une super copine, ANNE, elle habitait au pays des fleurs . Ça doit être trop beau …!
mmmmEn plus , elle écrit trop bleu !
en vrai, c’est elle Qui fait , mais chchchtth… hihihi….!
mmmmVoilà, on vous envoi notre prose,
mmmmVous en avez plus besoin que nous ! »

XOXO
Fillettes de l’éphémère.

Alain Gravel

Paix à l’improviste

Allez en paix
le cœur sémillant
mmmmen allée du pardon

La beauté sans poids
mmmmsidérale dans l’atmosphère
tout du jour en admiration
mmmmpour entendre battre la vie

***

Un jour
mmmmne fait pas la vie
le courant de la respiration

Le souffle éparpillé
l’haleine imprègne le paysage
mmmmet la synergie des corps truffés de soi
dans l’air moissonne en silence

***

La main large de se défendre
traverse soudainement l’esprit
parce qu’un jour n’en finit plus
d’enlacer le cœur meurtri
mmmmsans bon sens

Les mots choisis
de la bonne parole
mmmmpour ce qu’elle vaut
à l’équilibre de la paix
pour que les racines communiquent

***

La paix ne date pas d’hier
la guerre non plus
mmmmLes extrêmes s’embrassent

L’élément du feu imprévisible
mmmmla terre glisse sous nos pieds
avec le vent que l’eau n’atteint pas

mmmmPourtant règne le vivant

***

Simone Philpot

La paix

Elle est mille choses
Par-dessus et en dessous
Ici, là-bas, derrière, dedans

Elle est en soi et entre nous
Même au-delà

Elle est dans les sons, les formes, la terre et la marche des collectivités
Dans tout ce qui fait musique, qui fait d’accord, qui fait oui, tout alentour
Et entre les craques de la raison

Elle est dans la chair qui se met au travail lorsqu’y résonne le son de la naissance
De la vibrante origine

Elle est dans le cri de celui qui vient rejoindre
Dans un appel puissant l’autre

Elle est dans l’immobilité
L’avènement silencieux
La sagesse si pleine que les mots n’en sont qu’ornements

Elle est dans le calme mais aussi dans la force
Celle de la résistance
Rester droit devant ce qui doit être fait

Elle est dans le souffle commun des êtres
Plus loin que la peau plus creux que la voix
Le murmure chaud qui circule, qui reconnaît tout de la rage au flottement

Je suis l’autre et l’autre est moi
Rien, non rien n’est étranger
Je marche vers, avec
Nous avançons la paix

Edwige Vinet

Au Cœur

Cœur si chaud si vivant, tu n’as qu’une heure à vivre
Applique ton effort à la bien employer
Des maux qu’on se créa le tombeau nous délivre
Il ne respectera ni l’or, ni le laurier
Ainsi qu’Hamlet mourant il fait dire à Silence
Du plaisir de la gloire il ne restera rien.
Seul le bien qu’on sema, pèse dans la balance
Tâche avant ton départ de faire un peu de bien
Sois indulgent à tous et tâche de comprendre…
Heureux le cœur naïf qui n’aura point compté
Être héroïque est beau, vois-tu, – mais être tendre
vaut mieux. et le seul mot de la vie est : bonté

Pierre Mondou

Finit la guerre

Vouloir pays
Quel qu’en soit le prix
Vaincre ou mourir
Servir ou périr

Chevalier de l’ombre
Le cœur de bronze
Bruits de combat
Victoire ou trépas

Solstice d’été
Fleur de papier
Le temps venu
L’âme à demi nue

Puis finit la guerre
Et ses misères
Finit l’enfer
Paix sur cette terre

Le Pierrot 2022

Alain Stritt

La paix

Je reste confondu devant l’inanité
D’une telle entreprise et devant l’incurie
De nos gouvernements. Une course à l’unité,
A nettoyer, d’Augias, toutes ces écuries.

Défi insurmontable ? Une capitulation
En face de l’innommable et de l’oligarchie,
Des multinationales et de leurs ambitions,
Des lobbys en tous genres, de toute cette anarchie

Qui gouverne le monde ! Face à ces sept milliards,
Ce troupeau gigantesque de moutons de Panurge,
Prêts à gober en chœur toutes sortes de canulars
Dont ce monde les abreuve. Réagissons, ça urge !

Mais comment réagir devant ce cataclysme ?
Le citoyen moyen, dont je suis, impuissant,
Peut crier à tue-tête, faire preuve de charisme,
Protester, tempêter, mais personne ne l’entend !

Toutes ces guerres larvées, tous ces conflits sanglants
Qui inondent la Terre, enrichissent derechef
Tous ces marchands de canons. On est là, « comme des glands »,
A compter tous nos morts, ou à « branler du chef »,

Accepter tout en vrac : Les versions farfelues,
Les promesses non tenues, la délation en boucle,
Les « fake  news » à la pelle, corruption des élus,
Une liste non exhaustive, un immuable cycle.

L’ONU est censé assurer le maintien de la paix,
Protéger les civils et réduire l’armement,
Protéger les droits de l’Homme et le respect
Des peuples. Mais qu’en est-il vraiment ?

Voilà donc rassemblés près de deux cents états,
Mais seuls cinq de ces membres ont le droit de veto!
Un droit qui leur permet de bloquer tout contrat,
Toute résolution ! Ca n’est pas de sitôt

Que ces cinq membres-là voteront à l’unisson,
Surtout si l’un des leurs viole volontairement
Les principes sacrés de cette institution.
Un vrai panier de crabes qui pincent honteusement.

L’égalité des droits et la paix sauveront l’Humanité.
Dépenses militaires : Deux mille milliards de dollars,
Dont les USA, la Chine et l’Inde totalisent la moitié…
Il suffirait de deux cent soixante-sept milliards,

Pour enfin mettre fin… à la faim dans le monde,
Soit 0,3% du PIB mondial !
Quand, ceux qui nous gouvernent, à mille lieues à la ronde,
Oseront ils gérer cette misère abyssale ?

Que la paix soit avec vous !

Monique Pagé

Une histoire de Mer Rouge

Mon histoire débute par le vent et la poussière affolée. D’ailleurs une histoire débute toujours par un feeling de vent. Ici le vent s’est tu quand il a vu que l’enfant portait une arme plus longue que l’envergure de ses bras en croix. Mon histoire refuse de tourner la page jusqu’à ce que l’enfant décharge sa haine à bout portant dans le cri d’une volée de corneilles.

Quelques haïkus de la Société littéraire de Laval

Félix-Antoine Allard

l’envol
au milieu du vacarme
mourir m’arrive

Haïku construit par empilage de 3 livres de Marie-Sœurette Mathieu, Stéphane Despatie et Fernand Durepos

Carole Tremblay

la porte grand ouverte
avant la chute
mourir m’arrive

Haïku construit par empilage de 3 livres de France Bonneau, Christian Violy et Fernand Durepos

Diane Mainville

la porte grand ouverte
au milieu du vacarme
l’intimité du désastre

Haïku construit par empilage de 3 livres de France Bonneau, Stéphane Despatie et Dominic Gagné

Lise Chevrier

Mon grand-père

En politique, il croyait qu’il fallait mettre au pouvoir un dictateur bienveillant, un tyran éclairé sur la démocratie politique des anciens Grecs. Seulement, on ne sait jamais quand l’ampoule s’éteint. Les dictatures naissent d’un besoin d’ordre, de sécurité et de prévisibilité rigides. Il y a toujours une montée en puissance, une apogée, un déclin, puis une transformation. La vie s’infiltre partout et digère les époques. Je sais qu’elle me digèrera aussi.

Carole Tremblay

Fragments de paix

accumuler des fragments épars
petits bouts d’histoire par-ci par-là
finir par en faire un pâte résistante
sans trous ni fissures ni protubérances
qui ressemble de plus en plus à soi

laisser mûrir ce qu’on étouffait
étaler au grand jour ce qui nous ombrageait
à nouveau dire, sentir, faire confiance
briser le cycle de la dysfonction
se sentir de plus en plus solide

faire tout ça en collectivité
raconter ses histoires à d’autres
étreindre les blessures des amis
au plus profond de soi trouver l’empathie pour l’ennemi
et encore au plus profond trouver son enfant enfoui

reconnaître qu’on est tous connectés
que la vague du tsunami apporte la mort à notre grève aussi
que le missile étranger saccage aussi nos villes et nos vies
que la démocratie qui meurt ailleurs entraîne la nôtre dans son sillon

observer que l’inverse est aussi possible
contaminer par l’esprit de communauté
distribuer l’espoir comme de l’eau
parler de paix, agir pour la paix, penser la paix

mais bien avant
avant les promesses d’un monde meilleur et d’aubes bénies
trouver la paix en soi
pour enfin pouvoir l’étendre dans le monde
ce monde fait pour le moment de milliards de petits fragments

Patrick Coppens

Guerre ou paix    

Le sol avait le droit du sang
toute récolte se mérite
disent-ils l’air important
échos d’échos
véritables déserts
de carnages en moissons
bouches sinueuses
et rires en quinte
couleurs rompues
vies sacrifiées

Dans la serrure interloquée
l’œil a tourné
pauvre mystère
l’absent arrête de respirer

Lise Chevrier

En mode baveux

Quand t’es en mode baveux, tu recherches le maximum d’effets de tes actions sur les autres, qui sont déshumanisés, comme des personnages de jeux vidéo. Tu ne te soucies pas des conséquences de tes actions sur les autres ou dans l’environnement. L’étendue de ta conscience est centrée sur ton monde.

En mode baveux mineur, tu voles le journal de ton voisin un matin sur trois, tu t’empares d’une pancarte interdisant le stationnement et tu la mets dans ton salon, tu fais des rots excessifs et tu bailles aux corneilles en pleine séance de négociation de convention collective, tu te présentes à une rencontre syndicale sans ton soutien-gorge, tu fais semblant de te réveiller quand on te parle, tu sacres en claquant la langue longtemps au palais pour bien exploiter la consonne explosive, tu fumes le cigare devant un auditoire pour montrer ta virilité, etc.

En mode baveux majeur, tu bloques les portes de l’université en temps de grève, tu manifestes jours et nuits devant les parlements avec ton gros truck et tes klaxons, tu fonces sur une foule avec ton camion-bélier, tu te pointes à la mosquée avec ton arme de combat, etc.

Quand t’es en mode baveux, tu me fais peur.

Harry Metellus

L’épreuve du réel

Peine à me retrouver     j’ai perdu mon langage

Mémoire,
reviendras-tu me raconter ce que je ne sais plus de moi ?

Dans la profondeur de mon armoire
je te retrouve     en demi-teintes
des photos me poursuivent
entre mon passé et mon présent
se jouent de mes émotions

Un soleil de plomb
des maisons en tôles     en tissus     en cartons délavés
un enfant dans une rue crevassée

Un décor de terre sinistrée
l’ombre d’un homme blessé     un chien hagard
une femme aux yeux d’acajou     sans identité

Chaque jour     une voiture passe
dans mon tunnel sans fin
et fait tembler mon âme

Société littéraire de Laval

Odile Brunet et al.
Monique Pagé, André Jacob, Alain Chaput, Carole Tremblay, Danielle Shelton

La chair des familles ukrainiennes

Je pleure
pour panser une blessure
qui ne fend pas ma peau
qui traverse la chair
de ces familles là-bas

au loin
des éclats
un fracas
qu’on n’entend pas
chez nous

là-bas
des univers quotidiens
s’écroulent
dans un théâtre
de guerre

comment émerger
de cette nuit lugubre
après la colère
malgré la douleur crue
les cendres sur la rosée

combien de temps
avant que s’émoussent
les contours
et la béance
des plaies

élancées vers la mer Noire
mes mains impuissantes
cherchent la lumière
de l’humanité

André Jacob

Pour la paix (haïsha japonais)
Mot subversif


Un vieil érable
Мир (paix) inscrit au canif
dénonce
subversion
dans la forêt

André-Guy Robert
Société littéraire de Laval

Adagio

Je suis descendu angle Saint-Laurent et Mont-Royal. J’ai marché calmement, à un rythme lent, paisible, observant les passants dont les rues étaient pleines. De part et d’autre de ces rues, n’était-il pas réconfortant de constater que les maisons avaient gardé leur aspect de la veille ? On n’entendait pas le tremblement des bombes, on ne trouvait pas de cadavres sur le trottoir. Tout paraissait normal, et pourtant, mon pas s’était ralenti. Au-dessus, pas de chasseurs pressés de fendre l’air, juste un ciel blanchâtre, couleur de lait maternel. C’était Montréal en avril. Un petit air de printemps.

Les édifices d’habitation qui se dressent au-dessus des maisons basses, je ne pouvais m’empêcher de les voir tels qu’ils apparaitraient, noircis par le feu, éventrés par les missiles. Comme c’est fragile, tout ça ! pensais-je. Aurions-nous le courage de défendre nos quartiers avec des armes ? notre ville jusqu’à la mort ? Notre indignation déboucherait-elle sur la colère si des obus tombaient, tombaient ?

Un assaillant qui détruit des villes entières et s’attaque aux civils en prétendant les libérer, on trouverait ça comique au théâtre, mais le théâtre est détruit et les morts gisent. Quel cynisme ! Quelle atroce arrogance ! Le mensonge noircit nos vies comme une nappe de pétrole. Il s’étale, il progresse. Qui l’arrêtera ? Il sourd de partout. Des oiseaux s’y engluent, qui l’ont pris pour vérité, un mot qu’il faudrait écrire avec un Z (1).

Je marche à pas lents par les rues de Montréal, et malgré mon téléjournal, tout continue de paraitre normal autour de moi, semblable à hier. À croire que demain sera pareil : mouvements de la vie quotidienne, trafic, passants… On s’affaire même à réparer un tronçon de la rue Saint-Denis, à rénover la façade d’une maison. On croit en l’avenir. On croit qu’on aura le temps d’achever les travaux. Les magasins sont ouverts, on peut y entrer, acheter le nécessaire. Si la paix était un signe, on se signerait de la paix à deux mains tellement c’est bon.

Angle Rachel et Rivard, le petit parc de la Bolduc est si mignon, avec ses jeux et ses enfants dedans, qu’il faudrait le défendre bec et ongles, me semble-t-il, en cas d’attaque. Le monsieur au parapluie, qui attend le feu vert en conversant avec le brigadier, il faudrait aussi le défendre bec et ongles au milieu des ruines. Et ce cycliste qui joue à ne pas mettre de pied à terre durant toute la durée du feu rouge, il faudrait le défendre, le défendre ! s’il n’était pas à Montréal PQ, mais derrière ces nuages de kérosène si opaques, si noirs, que personne ne peut les voir d’ici.

Voilà comment je marchais : incliné par en-dedans, à la pensée que la vie ne résiste pas au métal, que le moindre bourgeon a besoin qu’on lui fiche la paix. La paix, cette petite chose terriblement naïve et faible qui n’a pas les muscles de Rambo, mais ceux d’un enfant qui court vers des bras ouverts, je me réjouissais qu’elle existe encore ici, entrelacée à des lambeaux de vérité.

La vérité se reconnait à la joie qu’elle donne. Il n’y a pas un mensonge qui va m’enlever ça.

Je marchais en me demandant comment j’allais dire à la fois la paix et la guerre, la joie et la tristesse. Ainsi, peut-être :

J’éprouvais la nostalgie de ce que j’avais sous les yeux.

(1) La lettre Z peinte sur les blindés et les hélicoptères militaires engagés dans l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022, absente de l’alphabet cyrillique, désignerait le district militaire de l’Ouest (Zapadny). Pour un Occidental, elle évoque la lettre V pour victoire, mais victoire de l’agresseur, de la désinformation. Pour André-Guy Robert, ce Z rappelle les Zogmes, ces prédateurs qu’il a décrits en 1992 dans un texte prémonitoire publié l’année suivante dans la revue Le Sabord : https://andreguyrobert.com/2018/05/22/les-zogmes/.

Liliana Escanes

La claridad del ocaso…

« Vuelve, vuelve, vuelve, vida, que la noche tiene un fin.
Vuelve, vuelve, mi alegría, que me niego a morir ».
Del tema: « Vuelve, vida ». Alex Campos.

La claridad del ocaso contrasta con la lentitud de mis días…
Lentitud y cercanía… Lentitud y alegría…
Lentitud y oración… Y fe… Y esperanza… Y canto… Y Poesía…
Lentitud del alma, en realidad…
La actividad física me sobra…  La actividad mental me sobra…
La plegaria, el crecimiento espiritual, me invaden…
Me sobran, también, me alcanzan y me sobran…
Creciendo, siempre creciendo… En lo emocional y en lo espiritual…
En lo profundo… En lo hondo, en lo que verdaderamente vale e importa…

Sí: hoy la claridad transparente del ocaso me asombra…
Me admira y me asombra… Me alcanza… Me atrapa… Me inunda…
Encinas, juncos, capulis…
Mirtos, cipreses, pinos, eucaliptos… Aromos, retamas…
Tilos, girasoles, lavandas y claveles…
Frescos aromas a flores silvestres…
Racimos, ramos multicolores… Fragantes…
Anaranjados, celestes, rosados, blancos, verdes, amarillos…
Azulados, violáceos, dorados…
Todos los colores caben en mi jardín bellamente cuidado… Todos…
Sólo la claridad impertinente del ocaso los acaba…
Los oculta… Los cubre… Los envuelve… Los abarca…
Hasta volver a encontrarlos en las primeras horas del alba…
Sí: la claridad insólita e inesperada del ocaso…

Las aves, huidizas, fugaces, esquivas, lejanas… pasaron
temprano hoy, por la tarde… Veloces, velocísimas…
Como huyendo hacia remotos lugares…
La claridad insolente del ocaso no las alcanzó…
Huyeron antes, como atemorizadas, como espantadas…
Seguramente, de la crueldad del humano…
Seguramente, por no encontrar LA PAZ
que anhelarían descubrir en su vuelo…
Sí: seguramente las aves desearían hallar LA PAZ
que aún no logran vislumbrar en su vuelo…

¡Lástima!… ¡Si se quedaran… anidarían para siempre
en la claridad inusitada del ocaso!…
¡¡¡Claro, si LA PAZ encontraran en su vuelo!!!…

* LILIANA ESCANES, desde mi humilde rincón de « LA CASA AZUL DE LA
POESÍA », 8/5/2022, Bahía Blanca, Argentina  *

André Jacob

Pour la paix… le regard de l’enfant

J’ai peur des tremblements du monde
Je me terre
Dans les bras de minashkuat
Comme au temps
De mon innocence
Natasha Kanapé-Fontaine. N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures.

Poème de type japonais (haïsha)

À l’horizon

Blindés à l’horizon
vers le point de fuite
sans retour

L’horreur s’estompe
crépuscule

Aspasia Worlitzky

En quête de paix

J’erre
non pas de mon propre gré
mais parce qu’on m’a montré la porte
me fueron* dirait ce pèlerin
écorchant l’espagnol.

Expatriée dans un oiseau argenté
méfiant sinistre
jusqu’à me déverser
sur de vastes étendues blanches
sans les étroitesses du terroir sacré.

Je suis demeurée immobile muette
même mon crayon s’est figé
mes élans se sont épuisés.

Dans une de ces soirées poétiques
que nous reproduisons ici les sans-frontières
sur une scène dangereusement bien mise
nous parlons Neruda nous parlons Miron.

Gabriela Mistral et ses sonnets
je continue dans la brèche
j’écris.

Le condor traverse les hauteurs
depuis les temps immémoriaux.

* Expression populaire signifiant que l’on s’est débarrassé de quelqu’un.

 Livre (2020) : Quand votre guerre a-t-elle pris fin ? (p.54)

Poésie japonisante sous la direction de Maxianne Berger

Ukraine

André Jacob

convoi de blindés
la vie s’agrippe
aux racines du cep

André Jacob

sifflements d’obus
le fanion blanc
inutile

Monique Pagé

abri minuscule
que cet espoir entre deux
bombardements

Luce Pelletier

antagonistes
chacun blanc comme neige
chacun rouge sang
je me demande
comment naissent les monstres

Louise Vachon

ciel de printemps
rempli d’oiseaux – en Ukraine
les oiseaux d’acier

Louise Vachon

résistance à Kharkiv
un mariage sous les bombes
au milieu des ruines

Marie Beaulieu

une mère de Marioupol
en silence trémule
un drap blanc à ses pieds

Maxianne Berger

jeune famille
réfugiée au Québec
l’important, c’est
le bambin au bord de l’eau
riant des bernaches (1)

(1) Adaptation d’un tanka paru en anglais dans Red Lights 16:1 (janvier 2020) p. 11.

Monique Pagé

Un oiseau      

Le regard tourné vers les oiseaux du matin, les oiseaux de l’hiver, les oiseaux querelleurs, les oiseaux solitaires, j’avais plongé les mains dans la terre humide. J’avais utilisé peu d’outils : les ongles, les doigts, une mirette et un linge mouillé pour recouvrir l’œuvre en ébauche.

À sa sortie du four, j’ai posé mon oiseau de grès près du petit ampli qui reçoit les nouvelles nationales et internationales. Pour qu’il écoute les misères du monde.

Pierre Keable

Un printemps contrasté

Le fond de l’air est frais
Un peu de glace persiste encore
Dans des recoins ombragés
Mais le printemps m’appelle

Les deux mains dans la noire terre
En arrachant racines de l’an d’avant
Pour que de nouvelles prennent pied
Je prépare la verte saison

À genou devant la nature
Mon horizon est infini
J’anticipe les semis à venir
Et les récoltes qui suivront

Pendant ce temps là-bas
On sème la mort et la désolation
Les grandes plaines sont dévastées
Les petits potagers désertés

Des jardiniers se terrent
Ou meurent pour la nation
Certains cultiveront des terres ailleurs
Tout en pleurant longtemps la leur

Aspasia Worlitzky

Le chant qui respire

Je me demande
s’il en sera toujours ainsi
ton image douloureuse qui ressurgit
avec ce vent coriace pénétrant.

Une larme solitaire se mêle à la brume
à la fumée
dans ton lit des imprécations et des présages.

J’endure ta souffrance
le jour où nous espérions sans répit
je te lie aux fusils
que nous n’avons jamais eus
te pousse vers les gémissements du peuple abasourdi.

Lève-toi et regarde tes mains
pour grandir, tends-les à ton frère.
nous irons ensemble, unis dans le sang,
aujourd’hui est le temps qui peut être demain*.

Dans l’écran cathodique
des hymnes martiaux
le dernier discours du président.

Sans défense
nos camarades se sont rendus
à l’appel souverain absolu.

Parfois j’entends
le chant qui respire
lointain tel un murmure.

Me séduira-t-il indéfiniment ?

Livre (2020) : Quand votre guerre a-t-elle pris fin ? (p.28 et 29)
* Victor Jara, auteur-compositeur-interprète chilien, Plegaria a un labrador, 1969.

Paule Tremblay

Le général
Album « Turbulence, Le général  » (2019)

Paroles  et musique : Paule Tremblay

Tant de morts dans la mare
Spirale de désespoir
Tant de nœuds dans mon coeur
Ma mission a échoué
Basculé dans l’horreur
Et mes hantises me suivent
Me font peur

La terre paradisiaque
N’est plus que cendre et feu
Les enfants n’ont pas d’âge
Ils ont fermé les yeux
Quel carnage inutile
Des cadavres en série
Qui s’empilent sous les cieux

Déposez vos prières au tombeau
Du soldat inconnu
Mes blessures se fracassent
Au fond de ma poitrine
Que des oiseaux voraces
Qui me picorent l’âme
Sous les ruines
J’ai peur, j’ai peur

Abandonner ma vie
N’est pas la solution
Le mal me ronge la nuit
Et je perds la raison
Ma mission a failli dans la dévastation

Abandonner ma vie
N’est pas la solution
Je combats mon esprit
Et la désolation
Je reviens pour la vie
Loin de la mort

Je combats mon esprit
Et toutes les ombres aussi
Je reviens pour la vie, loin de la mort Loin de la mort
Je reviens pour la vie
Pour la vie

 

 

Pierre Keable

Futur réfugié

Tu ressens la ville qui gronde
Barricadé dans ton abri
Tu reconnais le son des bombes
Comme un orage dans la nuit

Par beaux discours grandiloquents
Ils se donnent consciences
En fourbissant leur armement
C’est toujours l’autre qui commence

Tu ne sais même pas si demain
Sera encore là ta maison
Hier sont morts quatre voisins
Une mère sa fille ses deux garçons

On parlait de la der des der [1]
Bien avant que tu sois enfant
Mais toujours se rejoue la guerre
Déracinant plein d’innocents

Si tu survis il te faudra
Te refaire un espoir ailleurs
Il y a peu d’avenir pour toi
Dans ce pays cher à ton cœur

[1] Nom donné par certains à la première guerre mondiale

Anna Louise E. Fontaine

En ce nouveau matin

Ceci n’est pas un poème, ni un manifeste, ni rien qui se complairait dans sa forme ou dans sa visée. C’est juste pour dire, avec les mots trop étroits ce qui jaillit de mon cœur. Découvrir les manœuvres de la peur qui nous retient amarrés au quai. Sinon, ne partirions-nous pas à la nage ou, sans bagage, sur des chemins inconnus ? Qu’est-ce qui nous écrase au sol, quel poids, quelle croix portée sur nos épaules ? Quel plaisir usé ou quel rêve désabusé ?

Il nous faut des preuves, des garanties, des guides pour la plus petite aventure. Au retour, nous regardons les photos pour nous rappeler que nous avons vécu sans chaîne pendant le court répit qu’on nous a accordé. Et, sur cet aperçu de liberté, nous soupirons jusqu’à l’année prochaine.

N’entendons-nous pas notre cœur pleurer ? Qui se languit d’un plus grand festin ? Ne voyons-nous pas que nos jours sont volés ? Notre force sucée par des vampires qui n’ont jamais assez de zéros dans leur compte en banque ? Que leur importe, pour satisfaire leur boulimie, s’il faut tuer, saccager la beauté, trahir la parole donnée.

Qui s’étonnera que nous voulions changer de jeu ? Nous nous sommes trop longtemps pliés à vos règles. Alors, vous qui avez été si gourmands, ne soyez pas mauvais perdants.

Nous revenons à la case départ. Les instructions sont changées du tout au tout. Ce sont maintenant les enfants qui mènent le jeu et quelques aînés devenus sages au cours de leur long voyage. Il s’agit de répandre l’amour, de le respirer, de s’en enivrer, de le cultiver. La terre devient un immense jardin et plus personne n’a faim. On y console tous les chagrins. Et le message s’étend jusqu’aux confins : le temps est venu enfin de nous aimer les uns, les unes, les autres, en toute liberté. L’ancien monde s’éteint. Comme un cauchemar. Et il fait bon en ce nouveau matin.

Francine Allard

Poème pour la Paix

Je n’attendrai pas les explications lustrales
pour reprendre mon exode
j’ai quitté ma fœtale caverne
pour marcher en tête du peloton
brandir le poing
piétiner le terroir
je ne cesserai pas d’invoquer les stryges affolées
et les fantômes évanescents
je serai chevalière de la Paix
tant que soufflera la brise d’octobre
tant que persistera la lumière
nul ne peut éteindre ma voix
personne
tant que le bonheur   l’équilibre   la Paix
ne seront pas révélés
à l’œil du Monde

in Vocalises sur un sanglot, éditions TROIS, 2003

Pierre Keable

Printemps 2022
5 Haïkus

Y a un beau soleil
Malgré le froid qui s’étire
Près de ma demeure

Autour de chez moi
Mon petit monde est en paix
Mais je sais qu’ailleurs

Dans d’autres contrées
Le printemps qui se profile
Est chargés de pleurs

Trop de gens se lèvent
Dans le fracas de la guerre
Et dans ses horreurs

Viendra-t ’il un temps
Où au canon des fusils
Pousseront des fleurs

Raôul Duguay

Pour l’amour de la vie

Depuis que le monde est monde
Y’a même pas eu cent jours de paix
Et à toutes les cent secondes
Pendant qu’on se beurre le portrait

Ailleurs des milliers d’enfants
Impatients d’accoucher d’la mort
Ailleurs au bout de leurs seins
Des mamans font du lait de leur sang

Mais ici maman la Nature
A les seins en crême un peu sûre
Et pour le Tiers-Monde nos ordures
Feraient encore de la bonne confiture

Ailleurs des milliers d’enfants
Se font putains pour un peu de pain
Ailleurs des petits conquérants
Tirent du fusil dans des vagins

Mais ici à peine 200 humains
Assistés de 500,000 savants
Font du pain dont nous sommes le levain
Et leur vin est le fleuve de notre sang

Deux milliards de dollars par jour
Pour faire manger la mort à l’amour
Trente millions de militaires
Avec leurs gueules en canons sur la Terre

Paix ! La seule victoire c’est la paix
Pour l’amour de nous pour l’amour de la vie

Assez de morts et de blessés
L’arme suprême c’est l’amour
La force d’aimer est une force désarmée

Mais que puis-je faire pour la paix
Je me sens bien souvent impuissant
Devant les missiles des puissants
Mon arme n’est qu’une chanson d’amour

Que peuvent changer les mots
Même les plus forts même les plus beaux
Quand d’autres disent que la paix
Ce n’est que mort qu’on la connaît

La mort commence par l’indifférence
Mais l’espoir c’est toute la différence
J’entends toutes les nations de la Terre
Chanter chacune son hymne à la paix

À l’oreille des actionnaires de la guerre
La voix des peuples
Plus forte que leurs canons
Six milliards de voix
Dans un grand cri du cœur
Chantant en chœur
Pour l’amour de la vie sur Terre

Paix ! Paix ! Paix !
La seule victoire c’est la paix
Pour l’amour de nous pour l’amour de la vie

Assez de morts et de blessés
L’arme suprême c’est l’amour
La force d’aimer est une force désarmée

Paix ! Paix ! Paix !
La seule victoire c’est la paix
Si je rêve seul de paix la paix ne sera qu’un rêve
Paix ! Paix ! Paix !
La seule victoire c’est la paix
Si Toulmond rêve de paix elle deviendra vraie

Paroles et musique : Raôul Duguay, membre honoraire des Artistes pour la paix
In Kébèk à la porte, Éditions Stanké, p 166, 1993

Pour voir les contributions à la XVe édition du FIP, cliquez ici.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets