Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Trump aurait-il, pour une fois, partiellement raison ?

Donald_Trump,_Mark_Milley_01-20-17_cropped

Donald Trump aux côtés du général Mark A. Milley.

Le président appose son veto au budget de la défense

Un budget de 740,5 milliards de dollars pour le Pentagone a été adopté début décembre à des majorités écrasantes par la Chambre des Représentants, à majorité démocrate, et par le Sénat, pourtant encore contrôlé par les Républicains. Il prévoit une hausse de 3 % (de plus que les hausses annuelles prévues) du salaire du personnel de défense.

Le 23 décembre, à la surprise générale, le président, encore en exercice jusqu’au 20 janvier, a décidé d’apporter son veto à un budget qui selon lui « place les intérêts de l’establishment de Washington au-dessus de ceux du peuple américain ». On ne peut qu’approuver Donald Trump de rejeter aussi des dispositions qui vont à l’encontre de ses « efforts pour ramener les troupes à la maison depuis l’Afghanistan, l’Allemagne et la Corée du Sud ».

Mais il reste incohérent et raciste en accusant le budget d’être trop favorable à la Chine et à la Russie et de contenir des mesures comme celle de renommer des bases militaires nommées en l’honneur de généraux sudistes combattant pour garder l’esclavage jugé par eux moteur indispensable de l’économie des états dépendant des champs de coton, notamment, d’où la Guerre de Sécession qui s’ensuivit.

Il a aussi réitéré son opposition à l’article 230 protégeant le statut juridique des plateformes Web des réseaux sociaux, qu’il accuse de « faciliter la propagation de la désinformation étrangère en ligne, ce qui constitue une menace grave pour notre sécurité nationale et l’intégrité de nos élections » et qui aurait dû, selon lui, faire l’objet d’une section du budget. Mais ses accusations proviendraient surtout de sa rancune d’avoir vu dans les derniers mois de sa campagne les GAFAs commenter ses fausses insinuations contre les frauduleux votes par la poste en les qualifiant de potentially misleading et en insérant des avertissements Get the facts…  qui retournèrent sa tactique de faked news contre lui.

Enfin, après des jours d’opposition, il a fini par approuver dimanche soir, loin des caméras, un projet de loi devant assurer le financement du gouvernement fédéral jusqu’en septembre 2021 en injectant 900 milliards de dollars dans l’économie américaine, alors que les prestations de chômage risquaient d’être supprimées par son obstination.

Le Sénat suivra-t-il le Congrès dans le contournement du veto présidentiel ?

D’après notre analyse, oui, car tous les bras de fer entre le complexe militaro-industriel et les hommes politiques se terminent par la victoire du premier. Élodie Cuzin avec Jérôme Cartillier de l’Agence France-Presse écrivent : la Chambre des représentants a rejeté le veto du président américain, ouvrant la voie à un vote final au Sénat qui pourrait permettre au Congrès de contourner pour la première fois un veto de Donald Trump. « Pour la première fois durant le mandat de Donald Trump, le Congrès est en passe de contourner un véto présidentiel, après le vote de la Chambre des représentants, le 28 décembre, à Washington, par 212 voix démocrates mais aussi 109 républicaines.» Le budget sera plus tard cette semaine soumis au vote du Sénat qui l’avait adopté par 84 voix contre 13 : le milliardaire aura donc une mission quasi-impossible (alors qu’il passe le plus clair de son temps en Floride) pour rallier plus d’un tiers des voix de la Chambre Haute qui permettraient à son veto de survivre.

Confusion du côté démocrate

La Presse du 28 décembre écrit pourtant qu’ « en parallèle, le président élu Joe Biden s’est entretenu lundi avec les prochains responsables de la diplomatie et de la sécurité de son administration. Lors d’une brève allocution à l’issue de de cette rencontre, il a déploré l’obstruction de certains responsables du Pentagone dans la transition en cours. Nous n’avons tout simplement pas toute l’information dont nous avons besoin, a-t-il affirmé, dénonçant une attitude irresponsable. Le Pentagone a rejeté ces accusations. »

CODEPINK juge inquiétante la nomination par Biden comme Secrétaire à la Défense de l’ancien général Lloyd Austin qui pendant un intérim comme civil, s’est lié au conseil d’administration de Raytheon, fabricant d’armes nucléaires et d’armes offensives en particulier destinées à l’Arabie saoudite qui les utilise pour infliger de nombreuses pertes humaines et des souffrances indicibles à la population civile du Yémen.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets