Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Syrie-Irak-Iran-Israël, nouveaux rapports

carte-syrie-irak

Les conséquences [positives] du retrait américain du Moyen-Orient

Par Lina Kennouche, doctorante en géopolitique à l’Université de Lorraine, publiés sur France-Irak Actualité : ICI. Édité par Pierre Jasmin.

La fin de la présence armée américaine

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis au Moyen-Orient.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obama, les Américains sont préoccupés par l’endiguement de la Chine, qu’ils exercent via le soutien à la sécurité et à la défense du Japon, de Taïwan, de la Corée du Sud, et aussi via le dialogue stratégique et diplomatique avec l’Inde et une partie de l’Asie du Sud-Est. Les États-Unis, de plus en plus mobilisés par ce front, ont aujourd’hui moins de capacités à consacrer au Moyen-Orient. Cette redéfinition des priorités stratégiques a précipité leur retrait d’Afghanistan.

D’un autre côté, la stratégie américaine au Moyen-Orient s’est soldée par une succession d’échecs. La « guerre au terrorisme » n’a pas permis de refaçonner le paysage régional conformément aux intérêts de Washington. Quant à la stratégie de pression maximale sur Téhéran employée par Donald Trump, elle s’est révélée politiquement inefficace voire contre-productive, le régime de Téhéran ayant fait la démonstration de sa résilience en poursuivant le développement de son potentiel militaire et balistique et en renforçant sa capacité de projection de forces selon un axe régional qui s’étend du sud du Pakistan à Gaza.

Washington a d’ores et déjà retiré d’Arabie saoudite certains matériels militaires lourds, notamment des batteries de missiles Patriot ainsi qu’un porte-avions, dans le but de redéployer ces équipements sur le front asiatique. Au Moyen-Orient, la plus grande base militaire américaine est la base aérienne d’Al-Udeid, au Qatar, qui accueille 11 000 membres des services américains et de la coalition anti-Daech agissant dans le cadre de l’opération Inherent Resolve. Aux installations militaires dans le Golfe s’ajoute une présence en Irak (où 2 500 soldats américains sont déployés dans le cadre d’un accord de sécurité avec le gouvernement de Bagdad), et en Syrie (où se trouveraient encore 900 militaires américains) dans le sud-est du pays, ainsi qu’au nord-est aux côtés des Forces démocratiques syriennes (coalition hétéroclite de forces sous la direction des Kurdes).

Les puissances régionales entament le dialogue

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des armées américaines.

Dans la perspective d’un désengagement inéluctable [de la US Army] de Syrie et d’Irak, et de l’allègement de la présence américaine dans le Golfe, les acteurs régionaux semblent appelés à se renforcer, car le « Grand jeu » des puissances internationales apparaît moins décisif qu’auparavant.

En septembre 2019, des forces yéménites alliées à Téhéran ont mené une attaque majeure contre les installations du géant pétrolier saoudien Aramco, sans que cet épisode n’entraîne de réaction de la part de Washington, ce qui a ébranlé la confiance que Riyad pouvait avoir dans la pérennité du soutien des États-Unis. Quelques jours plus tard, le ministre émirati des Affaires étrangères s’est rendu en Iran pour chercher l’apaisement, les Émirats étant alliés à l’Arabie saoudite.

Avec la distanciation de la nouvelle administration américaine face à la politique saoudienne, avec la fin de son appui à la guerre du Yémen et avec le réengagement des discussions avec l’Iran, Riyad a, à son tour, amorcé des négociations avec Téhéran.

Le retrait américain d’Afghanistan semble annoncer un retrait militaire plus général des États-Unis de la région – une idée qu’accréditent les développements récents et, notamment, la prise pour cible de la base américaine d’al-Tanf en Syrie par des forces alliées à l’Iran, ainsi que les attaques répétées contre les intérêts américains ces dernières années en Syrie et en Irak. La Syrie ne revêt en effet aujourd’hui qu’une importance limitée pour l’administration Biden, qui n’a pas nommé d’envoyé spécial dans ce pays. En conséquence, les pays arabes qui, depuis 2011, s’étaient montrés hostiles au régime syrien ont progressivement engagé un processus de normalisation.

Les Émirats arabes unis avaient rouvert une ambassade à Damas dès 2018 ; le 27 septembre dernier, Amman a rouvert le principal poste-frontière entre la Jordanie et la Syrie ; un accord a été trouvé entre l’Égypte, la Jordanie, la Syrie et le Liban pour acheminer du gaz égyptien vers Beyrouth via Damas ; et l’Égypte se dit désormais favorable à la réintégration de la Syrie au sein de la Ligue arabe, dont elle avait été suspendue en 2011. Ces convergences avec Damas doivent permettre aux acteurs régionaux de préserver leurs intérêts et de jouer un rôle dans la phase post-conflit en cas de retrait américain de Syrie. Quant à la Turquie, si elle demeure hostile au régime d’Assad, Ankara ne nourrit cependant plus, dans un contexte où le rapport de forces a significativement évolué en faveur de Damas et ses alliés, d’ambition de changement politique en Syrie.

L’Irak (…) ne veut plus être un champ de confrontation entre l’Iran et l’Arabie saoudite et cherche au contraire à jouer un rôle de médiation dans le processus de négociations entre ces deux acteurs. Les discussions bilatérales en cours pourraient aboutir à une entente, le ministre saoudien des Affaires étrangères ayant récemment qualifié la relation avec l’Iran d’« amicale », signe que l’Arabie se montre moins encline à poursuivre une politique régionale offensive à présent qu’elle ne bénéficie plus d’un soutien américain. Le processus de négociations n’est cependant pas exempt de contradictions, comme l’illustre la récente crise diplomatique entre Riyad et Beyrouth, Riyad rejetant le poids grandissant du Hezbollah, allié organique de l’Iran, au Liban. Un accord aurait toutefois inéluctablement des implications sur la solution politique au Yémen et pourrait favoriser une stabilisation au Liban.

L’ambivalence des Émirats arabes unis face à Israël

En un an, Abu Dhabi a développé des relations de coopération très avancées avec Israël. Depuis la signature des accords d’Abraham le 15 septembre 2020, les échanges ont été croissants, comme l’illustre la rencontre trilatérale du 13 octobre dernier entre Américains, Israéliens et Émiratis pour aborder les progrès accomplis depuis un an et les perspectives de collaboration économique et politique à venir, réunion au cours de laquelle Tel-Aviv et Abu Dhabi ont affiché une convergence de vues sur la question du nucléaire iranien.

Pour autant, les Émirats restent pragmatiques et soucieux de maintenir un dialogue avec l’Iran. En effet, l’action d’Abu Dhabi n’est pas inféodée à son partenariat avec l’Arabie saoudite, ni même à sa coopération plus récente avec Israël. Rappelons que les Émirats ont retiré la plupart de leurs troupes terrestres du Yémen en 2019 et réengagé un dialogue avec l’Iran la même année à la suite des attaques attribuées à Téhéran contre des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, décision motivée par la crainte d’une offensive militaire iranienne et par un doute sur une implication américaine à leurs côtés en cas de concrétisation d’un tel scénario. Cette tendance à la coopération s’est poursuivie notamment à travers le déblocage de fonds iraniens qui étaient gelés dans les banques émiraties et la fourniture à plusieurs reprises d’une aide médicale à l’Iran durant la crise sanitaire. Les observateurs avertis notent que la volonté d’Abu Dhabi d’augmenter son implication et ses investissements dans la bande de Gaza est une orientation qui résulte également du changement d’administration aux États-Unis et de la politique adoptée par le président Joe Biden sur des questions d’importance stratégique, au premier rang desquelles l’Iran.

Les commentaires politiques qui ont accompagné la tenue de la réunion trilatérale du 13 octobre dernier témoignent de l’amplitude de la divergence entre Israéliens et Américains au sujet de l’Iran. Le reflux de l’influence américaine a donc des conséquences inévitables sur Israël en tant qu’acteur organiquement lié aux États-Unis, qui doit à la fois composer avec les nouvelles orientations stratégiques américaines, éloignées de ses préoccupations sécuritaires immédiates, et avec les nouvelles dynamiques régionales qui confortent la position de l’Iran.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets