Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Serge Lavoie, artiste pacifiste

Serge Lavoie, recevant son prix, photographié devant une œuvre de Dominique Blain.

Serge Lavoie, recevant son prix, photographié devant une œuvre de Dominique Blain.

Le collectif des Artistes pour la paix avait désigné Serge Lavoie comme artiste pour la paix 2013, honorant ainsi sa réaction pacifiste dans les mois qui suivirent son arrestation brutale par le matricule 728. Suite à une longue et pénible procédure judiciaire, cette dernière vient d’être condamnée par le juge Daniel Bédard. Agressé à l’automne 2012, Serge Lavoie avait, grâce à une invitation de Jocelyne Bilodeau, directrice du Gésu qui lui ouvrit ses portes, répondu le 8 octobre 2013 par une exposition et un concert organisés par son collectif d’artistes de la Casa Obscura (l’Amicale de la culture indépendante). Dans une entrevue à l’émission du matin de Catherine Perrin à Radio-Canada, Serge avait expliqué avec douceur que profondément traumatisé par cette agression, réunir une quarantaine de guitaristes en spectacle l’avait aidé en quelque sorte à sa propre thérapie par l’art.

«Serge, c’est un réel agent de la paix», a mentionné avec ironie et affection son collègue musicien Martin Léon, lors de la cérémonie des Artistes pour la Paix à la Chapelle Historique du Bon-Pasteur (14/02/2014). «Il y a toujours un projet social qui implique le monde et brise la solitude dans la poche arrière de Serge Lavoie», a-t-il ajouté, en rendant hommage au sens de la solidarité de son ami, à son humanisme, à son talent à la guitare jazz et à sa perpétuelle bonne humeur, hélas solidement éprouvée pendant un an. «Serge a été le premier à pardonner à la policière et à dire qu’il s’agissait d’une femme qui avait besoin d’aide, de ressources». S’il a décidé d’entreprendre des actions en justice contre le matricule 728, Serge Lavoie a trouvé le processus très difficile: «J’aurais préféré ne pas avoir à le faire, mais je l’ai fait pour que ce genre d’événement ne se reproduise plus», a mentionné le musicien. Pour se faire pardonner de Stéfanie Trudeau, l’auteur-compositeur-interprète a choisi la voie musicale: «J’ai transposé les trois chiffres de son matricule en notes de musique et j’en ai fait une mélodie aux vertus pacificatrices».

Pour les APLP, il s’agissait en nommant Serge Lavoie Artiste pour la paix de l’année 2013, d’affirmer que l’art peut être là aussi pour nous aider à traverser des traumatismes individuels et collectifs. Les APLP ont ainsi voulu célébrer, comme source de paix, cette magnifique union de l’art et de l’amitié.

De gauche à droite,(14/02/2014), le militant irano-québécois Amir Maasoumi, l’artiste Dominique Blain, Brigitte DesRosiers, l’artiste multidisciplinaire Hervé Fischer, madame Nathalie Gressin veuve d’Arthur Lamothe, la présidente Guylaine Maroist au centre, les musiciens Martin Léon, Serge Lavoie et Pierre Jasmin, Fabienne Larouche et le maître de cérémonie domlebo.

De gauche à droite,(14/02/2014), le militant irano-québécois Amir Maasoumi, l’artiste Dominique Blain, Brigitte DesRosiers, l’artiste multidisciplinaire Hervé Fischer, madame Nathalie Gressin veuve d’Arthur Lamothe, la présidente Guylaine Maroist au centre, les musiciens Martin Léon, Serge Lavoie et Pierre Jasmin, Fabienne Larouche et le maître de cérémonie domlebo.

2 Commentaires

  1. judi judi
    29 février 2016    

    Très bon article. Serge a vraiment payé pour la paix en étant si juste et pacifiste tout au long de l’histoire. Le matricule 728, malheureusement est une femme dérangée, qui n’aurais jamais du être dans une position de pouvoir, enfin condamnée. Serge va respirer mieux.

    Petite précision: En haut de page on lit: Serge Lavoie, recevant son prix, photographié devant une œuvre de Dominique Blain. Nous ne voyons pas l’oeuvre.

  2. Izabella Marengo Izabella Marengo
    16 mars 2016    

    Un bel exemple de « vivre concrètement la paix » démontré par notre ami Serge… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets