Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Retours sur l’appel au gouvernement Trudeau face à la Russie au sujet de l’Ukraine

  1. https://www.pressenza.com/fr/2022/01/appel-national-au-gouvernement-trudeau et https://www.pressenza.com/2022/01/national-coalition-releases-statement-and-petition-calling-on-trudeau-government-to-stop-arming-ukraine-end-operation-unifier-and-demilitarize-ukraine-crisis/ Merci à PRESSENZA qui a compris l’urgence d’alerter ses milliers de lecteurs à travers le monde de cette grave menace de guerre.
  2. En date d’aujourd’hui midi, 526 personnes selon Rachel de World Beyond War ont envoyé un courriel-appel de notre pétition à Madame Joly et M. Trudeau.
  3. Merci à Pierre Dubuc et à l’Aut’Journal, pour avoir publié notre appel contre un Canada guerrier acoquiné avec l’OTAN https://lautjournal.info/20220119/un-appel-au-gouvernement-trudeau-propos-de-lukraine
  4. Merci à la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, de résister encore (20 janvier) aux hideuses pressions du complexe militaro-industriel qui lui demande d’envoyer des armes en Ukraine : nous avons pu lui acheminer notre opinion contraire dès mardi matin.
  5. Notre demande endossée par de nombreux signataires est ignorée par les journaux main-stream et même par LE DEVOIR corseté par son appartenance à Bilderberg.
  6. CBC 18th of January : Murray Brewster wrote that “on a statement, a coalition of groups that includes the Canadian Foreign Policy Institute said it was concerned about « Canada’s role in fomenting the dangerous, escalating conflict in Ukraine. » It urged the Liberals to end arms sales to Ukraine and call a halt to the military training project.”
  7. Un merci à La Presse, pour avoir relayé l’opinion de Jocelyn Coulon, très proche de la nôtre mais sans doute plus avalable diplomatiquement par le gouvernement canadien (voir supplément ci-dessous).

 

Enfin, 3 documents pour comprendre

a ) notre ressentiment face au gouvernement canadien :

http://lautjournal.info/20201005/le-programme-liberal-553-milliards-darmements-en-20-ans

b) notre tristesse de voir les médias enchaînés selon notre article sur l’Institut suisse de recherche sur les médias : « la fabrication du consentement » de Noam Chomsky (MIT).

http://www.artistespourlapaix.org/?p=18492

c) La Presse a publié l’opinion suivante de M. Coulon, ex-adjoint du ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion, très proche de la philosophie diplomatique de notre appel :

CRISE ENTRE L’OCCIDENT ET LA RUSSIE L’UKRAINE DOIT FAIRE UN GESTE

Jocelyn Coulon, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CERIUM)

Alors que le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken arrive vendredi à Genève pour une rencontre avec son homologue russe Sergei Lavrov sur la crise ukrainienne, la plupart des commentateurs et des experts se demandent ce que la Russie désire réellement en Ukraine. La semaine dernière, en éditorial, le Globe and Mail se demandait plutôt ce que l’Occident voulait en Ukraine et suggérait une solution tout à fait raisonnable au différend qui l’oppose à la Russie sur le statut international de la République ukrainienne.

L’Occident veut une Ukraine indépendante, écrit le journal. Voilà une évidence, et même la Russie est d’accord avec ce principe. Mais comment atteindre cet objectif lorsque les intérêts de sécurité des uns et des autres sont aussi divergents ? À Kiev, on pense que le seul moyen d’y parvenir est d’adhérer à l’OTAN et à l’Union européenne et de placer la Russie devant le fait accompli. L’Ukraine bénéficierait des garanties de sécurité offertes par l’article 5 de la Charte de l’OTAN et des généreuses subventions de l’Union destinées à renforcer son économie. L’ancrage à l’Ouest serait le bouclier par lequel l’Ukraine assurerait sa liberté et son développement.

La Russie ne voit pas les choses ainsi. Au cours des 30 dernières années, plus d’une quinzaine d’ex-pays d’Europe de l’Est et de l’Union soviétique ont « fui » la dictature soviétique en rejoignant l’Ouest. Personne ne veut vivre dans l’empire russe, et c’est bien normal. En même temps, l’OTAN s’est dangereusement rapprochée de ses frontières aux yeux de Moscou. Nul ne peut ignorer sa géographie, et la Russie a subi trop d’invasions catastrophiques pour l’oublier.

LE MODÈLE AUTRICHIEN

Pour Moscou, le basculement de l’Ukraine à l’Ouest est une ligne rouge à ne pas franchir, d’où son comportement agressif envers Kiev, qui a vu la Crimée être annexée et certains territoires ukrainiens à l’est tomber sous la coupe de « séparatistes ». Il faut trouver une solution à la crise actuelle. Le Globe and Mail en propose une : négocier pour l’Ukraine un statut de pays neutre sur le modèle qui fut accordé à l’Autriche en 1955 afin de faire tomber la pression qui montait à cette époque entre l’Est et l’Ouest. L’Autriche était occupée par les quatre vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale (États-Unis, Royaume-Uni, France et Union soviétique). Il a fallu une dizaine d’années pour aboutir à un compromis convenu par tous : en échange du retrait de ses troupes, l’Union soviétique a reçu l’assurance que l’Autriche serait neutre tout en préservant ses institutions démocratiques et son système économique occidentaux. L’Autriche est restée neutre depuis et n’a pas l’intention de devenir membre de l’OTAN. Ce qui est bon pour l’Autriche devrait l’être aussi pour l’Ukraine. Le statut de pays neutre n’exclut en rien des relations étroites avec les Occidentaux et même l’approfondissement des liens avec l’Europe et les États-Unis. La Finlande, la Suède, la Suisse et l’Irlande, les autres pays neutres européens, vivent très bien ce statut et ont des institutions démocratiques tout aussi solides, sinon plus, que plusieurs de nos démocraties membres de l’OTAN.

UN GESTE DE L’UKRAINE

Mais pour que la négociation s’ouvre sur un statut de neutralité, il est indispensable que l’Ukraine retire sa demande d’adhésion à l’OTAN. Ce geste, fort, ne sera pas facile à faire. Depuis une quinzaine d’années, tous les gouvernements ukrainiens ont fait de l’adhésion à l’Alliance atlantique un des piliers de leur politique étrangère. Ils ont même réussi à entraîner presque la moitié des Ukrainiens, d’abord très réticents, dans leur sillage. En même temps, ils ont berné leur opinion publique, car si l’OTAN a effectivement adopté une politique de la porte ouverte à qui veut entrer, l’Alliance a pris un soin particulier à multiplier les obstacles sur le chemin de l’adhésion de l’Ukraine. Au lieu de vivre dans l’illusion, l’Ukraine doit revenir sur terre. Elle partage une longue frontière avec la Russie. L’armée russe est à ses portes. Elle sait pertinemment qu’aucun pays de l’OTAN ne viendra à son secours si la Russie décide d’une intervention militaire. Elle en subira toutes les dévastations propres à un conflit militaire. Le temps du compromis est arrivé. Et l’OTAN doit cesser d’entretenir un discours public démagogique sur l’adhésion de l’Ukraine et aider Kiev à prendre une décision difficile.Malheureusement, l’heure ne semble pas être au réalisme à Kiev. Dans une tribune publiée par Le Figaro lundi, le ministre ukrainien des Affaires étrangères n’a rien trouvé de plus intelligent à écrire que de se moquer des conceptions « fantaisistes » des élites françaises (une allusion à Emmanuel Macron) envers la Russie, tout en suppliant Paris de venir à son aide. Cela ne laisse présager rien de bon.

Le Canada est-il prêt à revoir sa politique étrangère ?

2 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    24 janvier 2022    

    Le Canada a de concert avec les États-Unis persuadé l’Ukraine à demander son adhésion à la militariste Organisation du Traité d’Atlantique-Nord. Nous croyons, tout comme Jocelyn Coulon que la ministre des Affaires étrangères canadienne Mélanie Joly devrait conseiller à l’Ukraine de retirer sa demande, afin de lui assurer un avenir de paix comme l’Autriche en a obtenu un en 1955. Même si la Russie a réagi militairement face aux incursions terroristes tchétchènes, il n’y a pas d’autre exemple historique d’invasions de sa part depuis plus de cent ans (celles de Hongrie – 1956, de Tchécoslovaquie – 1968 et d’Afghanistan -1979 répondaient à des appels à l’aide militaire de collabos locaux), alors que l’invasion nazie dont elle a souffert a provoqué vingt millions de morts chez ses propres concitoyens-nes: on les comprend d’être encore traumatisés.

    • daniel daniel
      10 février 2022    

      Vous oubliez de mentionner l’occupation illégale, ou pour le moins contestée, de la Russie de différents territoires de pays comme le Japon, l’Estonie, la Finlande, la Chine et la Géorgie.
      L’exclave de Kaliningrad (anciennement Königsberg en Prusse orientale) entre la Pologne et la Lituanie est un autre exemple d’accaparement par la force de territoire par la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets