Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Où va le Canada après 41 ans d’ONU et 21 ans d’OTAN ?

L’auteur est membre des Artistes pour la Paix, de Pugwash Canada et jusqu’en 2019 du comité de direction du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire (CNANW).

 

otan_canada

De 1957 à 1998, le Canada avec l’ONU tourne le dos au militarisme et au colonialisme :

– Prix Nobel de la Paix 1957, Lester B. Pearson fonde les Casques bleus de l’ONU tandis qu’en Nouvelle-Écosse, le Canadien Cyrus Eaton accueille les Conférences mondiales Pugwash pour la science et les affaires mondiales qui recevront le prix Nobel de la Paix en 1995 pour leurs efforts à contrer la menace globale nucléaire;

– En 1963, Diefenbaker s’oppose à l’acquisition d’armes nucléaires par le Canada;

– Le 27 avril 1967 : grâce à des fonds généreux en faveur de la science et des arts, EXPO67 Terre des Hommes fait rayonner de Montréal une vision mondiale de solidarité;

– En 1975, la Charte des droits et libertés de la personne du Québec (Jacques-Yvan Morin, co-auteur) suit de 27 ans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme;

– En 1978, Pierre-Elliott Trudeau entreprend sa stratégie de « suffocation des armes nucléaires » à l’ONU, avec SALT II, responsable de la réduction du nombre de 70 000 bombes américaines et russes, aux 15 000 actuelles;

– En 1984, partant des Performing Artists for Nuclear Disarmament (Harry Belafonte & Liv Ullman, co-présidents), les Artistes pour la Paix sont fondés avec Yvon Deschamps, Raoûl Duguay, Antonine Maillet et Jean-Louis Roux;

– En 1990, contre l’avis des Thatcher et Reagan, Brian Mulroney obtient la libération de Nelson Mandela, symbole de résistance populaire emprisonné depuis 27 ans. Le futur président de l’Afrique du Sud vaincra l’apartheid, pendant qu’un massacre encore non élucidé engloutit le Rwanda et les Casques bleus de Roméo Dallaire;

– En 1995, le général canadien De Chastelain entreprend en Irlande du Nord le désarmement des milices paramilitaires (Ian Paisley/Gerry Adams) et avec l’aide de Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix 1976, obtient la paix à un coût mille fois inférieur aux expéditions guerrières canadiennes envoyées en Afghanistan en pure perte;

– En 1997-8, Jean Chrétien instaure le traité d’Ottawa contre les mines anti-personnel (Prix Nobel de la Paix 1997), fait émerger la Cour Pénale Internationale de La Haye (1998) grâce à son fondateur et premier juge, le diplomate canadien Philippe Kirsch. Encouragé par deux manifestations d’un quart de million de personnes à Montréal, Chrétien s’opposera en 2003, à la guerre d’Irak [1] où Bush et Blair veulent l’entraîner.

18 ans avec l’OTAN

Paul Martin et Stephen Harper sabotent l’ONU en endossant les guerres (et les bombes atomiques) de l’OTAN. La société civile proteste avec un printemps érable en 2012, la même année que démarre le mouvement idle no more des Premières Nations. Les bombardements de l’OTAN, commandés par le général canadien Charles Bouchard [2] sur la Libye en 2011, provoquent la tombée des armes du tyran Kadhafi entre les mains de milices islamistes qui ont l’appui de l’Arabie Saoudite salafiste, armée par Harper de véhicules blindés. Toutes ces guerres commanditées par le complexe militaro-industriel de Toronto déchirent encore non seulement l’Afghanistan, l’Irak, la Turquie contre les Kurdes [3] et tout le Moyen-Orient, mais aussi l’Occident désemparé qui réagit face à la marée de malheureux réfugiés de guerre par du populisme et un rejet raciste islamophobe.

Valse-hésitation de Justin Trudeau

Les premiers gestes de Justin Trudeau au pouvoir seront de confiner les bombardiers canadiens au sol en Irak, d’accueillir généreusement des milliers de réfugiés syriens et de surfer sur les plans écologiques viables offerts par l’Élan global.org au Québec et le Leap manifesto de Naomi Klein en vue de la Conférence de Paris sur le climat (COP21). Plus de mille membres de l’Ordre du Canada (Canadiens pour une convention sur les armes nucléaires), rassemblés par feu Murray Thomson, demandent au gouvernement canadien de se joindre à 122 pays, à 7000 Maires pour la Paix et au Secrétaire général de l’ONU Antonio Gutterres qui appuient l’abolition de l’arme nucléaire à partir du 7 juillet 2017 à New York.

Mais inféodé à l’OTAN, le Premier ministre Trudeau :

  • [4] laisse le ministre Sajjan refuser le mémoire à la Défense des Artistes pour la Paix présenté lors de la consultation pseudo démocratique de juillet 2016 ;
  • boude le processus de négociation d’un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires;
  • laisse les pipelines canadiens envahir des territoires autochtones avec du pétrole de sables bitumineux, qu’il subventionne scandaleusement à coups de milliards de $, même s’il aggrave le réchauffement climatique ;
  • se laisse manipuler par sa ministre russophobe des Affaires extérieures Chrystia Freeland et son ministre de la Défense Harjit Sajjan influencé par Donald Trump qui l’engagent dans de coûteuses dépenses militaires, malgré nos interventions le 10 avril 2018 lors d’une réunion convoquée à Ottawa par la Direction de la non-prolifération et du désarmement des Affaires mondiales.
Pierre Jasmin (APLP et Pugwash Canada), Debbie Grisdale (Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire) et Steven Staples (Institut Rideau et ceasefire.ca) encadrent l’ambassadrice Elayne Whyte du Costa Rica, le 25 septembre 2017, à Ottawa.

Pierre Jasmin (APLP et Pugwash Canada), Debbie Grisdale (Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire) et Steven Staples (Institut Rideau et ceasefire.ca) encadrent l’ambassadrice Elayne Whyte du Costa Rica, le 25 septembre 2017, à Ottawa.

L’ambassadrice qui nous visite à Ottawa ne recevra même pas la visite de la ministre des Affaires étrangères Freeland, selon Pierre Jasmin (à gauche) qui salue par contre les nombreux députés néo-démocrates qui viendront signer la copie du Traité sur la photo.


[1] George W. Bush (v-p Dick Cheney) et Blair ont envahi l’Irak, ayant transgressé les conclusions de l’ONU (Hans Blix) à savoir que le despote Saddam Hussein n’avait pas d’armes de destruction massive

[2] Devenu jusqu’en 2019 représentant de Lockheed Martin (Canada), fabricant canadien de bateaux de guerre avec Irving et fabricant américain de bombes nucléaires et de F-35.

[3] http://www.artistespourlapaix.org/?p=12725 Pétition à la ministre des Affaires extérieures. Site de la conférence : https://www.un.org/disarmament/ptnw/

[4] Ministère de la Paix et de la Sécurité 2016 http://www.artistespourlapaix.org/?p=11183

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets