Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Ordem e progresso Brésil et Iran

brasilia-emeutes

Photo de Brasilia le 8 janvier 2023 par REUTERS

Une unanimité internationale très bienvenue

COURRIER INTERNATIONAL « La plus grande attaque contre la démocratie brésilienne depuis la fin de la dictature militaire », en 1985. C’est ainsi que le journal Estado de São Paulo qualifie, dans son éditorial, l’invasion du Congrès, du palais présidentiel du Planalto et de la Cour suprême à Brasília, par des partisans de l’ex-président Jair Bolsonaro, dimanche le 8 janvier. Pendant de longues heures, des centaines de manifestants ont protesté contre le retour au pouvoir du dirigeant de gauche Lula. Pour le quotidien de la mégalopole brésilienne, « la facilité avec laquelle les émeutiers, qui n’acceptent pas la défaite de Jair Bolsonaro au dernier scrutin, ont envahi et saccagé les sièges des trois pouvoirs […] est effrayante. »

Ce fut un remake du 6 janvier américain 2021, alors que des émeutiers d’extrême-droite excités par le président vaincu Donald Trump avaient envahi le Capitole américain pour tenter d’invalider le résultat démocratique des élections ayant porté au pouvoir Joe Biden. Le 8 janvier 2022, au Brésil, des partisans de l’ancien président d’extrême-droite, défait par le modéré Luiz Inácio Lula, ont tenté une opération semblable, mais beaucoup moins violente (0 mort, contre sept en 2021). Affligeant tout de même de voir des vandales, armés du drapeau brésilien arborant la devise nationale ordem e progresso, saccager les trois principaux bâtiments du pouvoir fédéral, vides en ce dimanche d’été et laissés sans protection par une police qui aurait été paralysée par les ordres d’un gouverneur local, ancien ministre de Bolsonaro, tous deux se trouvant aujourd’hui hors d’atteinte à Miami.

Au Canada, une manifestation de camionneurs avait duré beaucoup plus longtemps, sans toutefois mettre leurs menaces de déloger Trudeau du pouvoir par une opération semblable d’invasion du Parlement : ils se sont contentés d’occuper la rue et de terroriser les citoyens du centre-ville d’Ottawa.

Il est aujourd’hui rassurant de voir l’unanimité internationale à laquelle M. Trudeau se joint pour dénoncer ce matin cette manifestation contre la démocratie, avec Xi Jinping, Biden, Macron et… Poutine. Même François Brousseau – Le Devoir – utilise des mots bien choisis : « Une minorité agissante et révoltée, modeste pour la mobilisation directe (quelques milliers de personnes dans les deux cas), mais représentative d’une importante fraction de la société, refuse les codes démocratiques, vomit la classe politique et ne peut concevoir la défaite que comme la tricherie d’un adversaire devenu ennemi. »

Dérapages inquiétants de Trudeau/Joly

Malgré cette sagesse, on est en bon droit de s’inquiéter des nombreux dérapages de M. Trudeau qui semble avoir adopté, de concert avec Mélanie Joly, une tactique de paroles à tendance autoritaire et xénophobe, afin de garder leur pouvoir hors d’atteinte de M. Poilièvre, le chef conservateur qui avait fraternisé avec les manifestants d’Ottawa : depuis des mois, on ne compte plus leurs discours musclés appelant le Canada à s’unir par la haine des Talibans afghans, de Moscou, de Peijing et hier, des Iraniens. On ne défend ni les Ayatollahs ni les Gardes Révolutionnaires coupables de féminicides [1] qui avaient descendu le 8 janvier 2020 le vol 752 d’Ukraine International Airlines, reliant Téhéran à Kyiv.

Mais Wikipedia nous informe qu’au Canada, ayant perdu soixante-trois ressortissants dans la catastrophe, le Premier ministre Justin Trudeau se disait alors « furieux » et appelait Téhéran à en « assumer l’entière responsabilité », y compris financière (l’Iran n’annoncera que fin 2020 le versement de 150 000 dollars à chacune des familles des 176 victimes). Trudeau avait alors le courage d’interpeller avec autorité le gouvernement iranien : « Nous avons des informations de sources multiples, notamment de nos alliés et de nos propres services [qui] indiquent que l’avion a été abattu par un missile sol-air iranien. Ce n’était peut-être pas intentionnel ». Le 10 janvier, le président de l’Organisation de l’aviation civile iranienne, Ali Abedzadeh, déclarait encore « une chose est sûre, cet avion n’a pas été touché par un missile ». Oups ! Le 11 janvier, le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, commandant de la Force aérospatiale de l’armée des Gardiens de la révolution islamique déclare endosser « la responsabilité » de cette erreur en précisant que « l’opérateur chargé de tirer les deux missiles Tor-M1 a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d’un ordre de tir à cause d’un « brouillage » des télécommunications. « Le soldat a pris l’avion pour un missile de croisière, a eu 10 secondes pour décider » mais « a pris la mauvaise décision ». Malgré ces explications de leur gouvernement, le 11 janvier à l’université Amir-Kabir de Téhéran, des Iraniens expriment avec vivacité leur sympathie avec les victimes du Boeing et leur colère envers leurs dirigeants se répandra en manifestations à travers le pays (Ispahan, Chiraz, Tabriz etc.). Notre article du 20 janvier 2020 [2] jouissait d’informations du grand connaisseur de l’Iran, Jean-Daniel Lafond.

Trudeau n’avait pas seulement ce courage, mais celui alors encore plus grand d’« accuser les États-Unis d’avoir envenimé la situation avec la frappe qui a éliminé le général Soleimani et d’estimer que sans ce regain de tension, l’accident n’aurait pas eu lieu. »

Aucune trace de ce courage, onusien et indépendant par rapport à Israël très anti-iranien et à Trump qui pourtant n’est plus au pouvoir, dans le long discours agressif hier de M. Trudeau (du moins dans les extraits présentés à la télévision de Radio-Canada). D’où notre inquiétude que son mauvais choix d’armer l’Ukraine et de refuser nos appels à la négociation est en train de transformer Trudeau en général irascible de guerres impérialistes sur plusieurs continents.


[1] http://www.artistespourlapaix.org/violences-anti-femmes-iran-israel/ avec quatre commentaires

[2] http://www.artistespourlapaix.org/laffrontement-de-deux-grands-satans/ 14 janvier 2020

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    11 janvier 2023    

    Ce fut extrêmement émouvant d’entendre ce matin du 11 janvier lors d’une réunion de l’Agora des Habitants de la Terre animée par notre ami Riccardo Petrella, un sobre exposé par le Brésilien Marcos Arruda dénoncer courageusement les discours haineux de Bolsonaro et la destruction par l’extrême-droite du tissu social du pays et de son environnement. Il a remercié l’AHT comme rempart solidaire contre l’extrême-droite et voit le Brésil jouer désormais un rôle mondial pour fédérer une démocratie s’appuyant sur une préoccupation pour les sans-logis et les affamés et pour l’Amazonie persécutée. Il nous a parlé avec émotion des 50 comités populaires de Rio qui ont court-circuité l’influence perverse des médias officiels en solidarisant les gens autour d’une justice sociale et pour un renversement du dictateur sans foi ni loi..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets