Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Nous exigeons la démission immédiate du ministre de la Défense

Ce midi à la télévision de Radio-Canada, les trois intervenants de l’émission Mordus de politique se moquaient sans réserve de la réaction insignifiante du Premier ministre Trudeau, à la suite du rapport dévastateur de l’Ombudsman de la Défense nationale et des Forces Canadiennes. Ce rapport accuse la politique libérale de non-intervention de favoriser des haut-gradés accusés d’agressions sexuelles contre des victimes à qui on nie les possibilités de se voir accorder des mesures de justice.

Nous réclamons donc encore une fois la démission du ministre de la Défense Harjit S. Sajjan et aussi une réaction immédiate de la juge Louise Arbour qui par son silence donne raison aux contrevenants et mine le travail accompli par la juge Marie Deschamps.

Pierre Jasmin,
au nom du Conseil d’Administration des Artistes pour la Paix

sajjan

Harjit S. Sajjan

En 2016, nous avions produit un document réclamant que le ministère de la Défense soit remplacé par Un Ministère de la Paix et de la Sécurité, conformément à la recommandation unanime de l’Enquête populaire sur la paix et la sécurité d’avril 1992, dont une grande partie des audiences avait été organisée dans nos locaux à Montréal.

Quant au mémoire de 2016, il s’intitulait :

À l’heure des grands changements dans le monde, pour une nouvelle conception de la sécurité

Mémoire des Artistes pour la Paix
à l’intention du Ministère de la Défense

À l’occasion de ses consultations pour une nouvelle politique de défense du Canada
3 août 2016

Ottawa – Défense nationale / Forces armées canadiennes

Le ministre de la Défense Harjit S. Sajjan a annoncé le 6 avril 2016 « le lancement de consultations publiques dans le cadre d’un dialogue ouvert et transparent avec les Canadiens et d’autres intervenants clés visant à éclairer l’élaboration d’une nouvelle politique de défense pour le Canada. Il s’agit de la première consultation publique … en plus de vingt ans. »

Plusieurs doutes se sont exprimés publiquement sur la transparence de cette démarche, la décrivant plutôt comme une manœuvre politicienne biaisée, avec l’intention d’écarter autant que possible toute critique de la Défense [1]. Cette impression ne s’est pas dissipée en recevant une lettre du secrétaire à la Défense bizarrement libellée suite à une bévue qui montrait le mépris dans lequel nous tient le ministère : « Permettez-moi d’abord de vous présenter mes excuses pour la regrettable erreur commise dans l’accusé de réception que vous a envoyé l’Unité de la correspondance du ministre. »

Ce mépris ne s’est pas démenti et depuis août 2016, le ministère de la Défense par ses décisions aberrantes nous a offert l’occasion de réclamer une trentaine de fois la démission du ministre de la Défense Harjit S. Sajjan. Le nouveau rapport de l’ombudsman des Forces Armées nous en offre aujourd’hui 22 juin une trente-et-unième.

Rappelons que notre rapport débutait avec quatorze recommandations dont les trois suivantes, jugées applicables dans l’immédiat, étaient jugées prioritaires à nos yeux :

11- Abroger les cours martiales (vu le jugement par la Cour Suprême du 22 juillet 2016), instaurer une politique de justice selon les recommandations du colonel Drapeau [rédacteur en chef de la revue Esprit de corps] et surtout protéger les femmes et les membres LGBT, avec comme priorité des politiques internes de l’Armée canadienne, l’application rigoureuse des recommandations du rapport Marie Deschamps;

13- Respecter inconditionnellement les recommandations de l’ombudsman (…);

14– Augmenter de façon significative la présence de femmes et de membres des Premières Nations à l’emploi de l’armée et du ministère.

Cinq ans presque jour pour jour après que nous ayons écrit ces recommandations pressantes, RIEN N’A ÉTÉ FAIT et là-dessus, il ne peut pas accuser les conservateurs d’obstruction. Il y a une limite à l’incompétence quand elle brise des vies.


[1] “Conservative defence critic James Bezan said voters he has spoken with expressed concern that the Liberal government will ignore responses from the ongoing public consultations on defence policy that run counter to its stated views, while his NDP counterpart Randall Garrison worries that the Trudeau government used the process to make it easier to selectively choose responses that suit its needs. Hill TIMES, Ottawa, 27th of July

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets