Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Nipatau la nature : aux arbres, citoyens !

Impression

 

L’ouverture officielle de l’exposition Nipatau la nature – L’art de tuer la nature aura lieu dimanche 14 avril à 14 heures, sous la présidence d’honneur de Dominic Champagne, homme de théâtre, instigateur du Pacte pour la transition et APLP de l’année 2011. Cette exposition collective d’artistes engagés porte un regard sur l’importance de la préservation de la nature. On pourra voir les oeuvres des artistes Réal Calder, René Derouin (APLP de l’année 2017), Jocelyn Fiset, Jacques Newashish et André Michel (président national des APLP).

L’événement aura lieu à la Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. À cette occasion, le rapport du Comité scientifique de protection et revitalisation du Parc de l’érablière, cet écosystème unique, sera dévoilé – une érablière qui a été désigné par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada comme lieu de référence nationale pour l’origine de l’acériculture.

On pourra également assister à la projection en première du court-métrage Tout faire pour ceux qu’on aime, de la réalisatrice Louise Marie Beauchamp et du directeur photo Sylvain Brault.

Veuillez confirmer votre présence au 450-464-2500, et cliquer ici pour télécharger l’invitation. La Maison amérindienne est située au 510, Montée des Trente, Mont-Saint-Hilaire.

L’exposition se poursuivra jusqu’au 9 juin.

Aux arbres, citoyens !

Tel pourrait aussi être le titre de cette exposition qui vise la protection et la revitalisation du Parc de l’érablière de Mont-Saint-Hilaire.

La mise en place, il y a plus d’un an, d’un Comité Scientifique sous la présidence de M. Pierre Bourque, ancien directeur du Jardin Botanique et ex-maire de Montréal est une réaction au laxisme de la ville pour protéger cette érablière urbaine désignée par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada comme lieu de référence, avec La Maison amérindienne, pour l’origine de l’acériculture.

Ces dernières années, le développement urbain de la rue Ducharme et celui de la rue de L’Heure Mauve n’ont fait qu’accentuer la pression sur ce boisé patrimonial dans lequel on a trouvé des artéfacts amérindiens.

Le fait que la municipalité, pour plaire aux entrepreneurs, afin qu’ils puissent vendre les terrains riverains plus chers, ne s’est pas donné les moyens physiques de la protéger en clôturant, accentue sa détérioration avec la naissance de plusieurs « sentiers privés ». Les promoteurs peuvent donc dormir tranquilles. Le festival de la coupe pourra évidemment continuer ! Le bar est ouvert, l’environnement prend l’bord ! Pire, alors qu’on parle de plus en plus de mobilité active, la ville a fait un raccourci, construit un trottoir à grand frais dans un nouveau développement à partir du Chemin Ozias Leduc jusqu’à l’érablière, et ouvert une entrée latérale, sans tenir compte du trottoir et des deux immenses entrées de la montée des Trente. Depuis, plus aucun contrôle !

Le squattage de l’érablière, qui est devenue un dépotoir et un parc à chien, s’accentue. Nous perdons notre couvert vert… En effet, dans les dernières années, un voisin de la rue Ducharme a fait couper huit érables matures, certains sans autorisation et d’autres en passant par Hydro-Québec, avec la complicité du Service d’urbanisme de la ville ! S’il avait peur qu’un arbre tombe sur sa maison, pourquoi être venu se coller au boisé…

Il n’est pas question de couper l’accès du « public » à la nature. Au contraire : mieux protéger et contrôler les accès du Parc de l’érablière ne veut pas dire empêcher un quelconque visiteur de s’y promener dans le respect de l’environnement.

La ville accorde une grande importance à son image de ville « verte » puisque cela contribue à attirer de nouveaux résidents. Nous sommes conscients de cet enjeu. Si dans son Plan directeur des milieux naturels, la ville a de belles intentions, dans sa pratique il y a plusieurs contradictions ! En fait la ville de Mont-Saint-Hilaire a un double discours. D’un côté de la bouche elle prône le développement durable et se vante de l’achat des boisés au piémont de la montagne, avec le Centre de conservation de la nature, pour créer une zone tampon, et de l’autre elle ne se préoccupe pas d’épauler de façon efficace un autre organisme comme La Maison amérindienne, en prenant des mesures tangibles pour protéger efficacement un boisé urbain unique au Québec, qui devrait être classé comme Réserve naturelle protégée.

Maison_amerindienne

La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire

 

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets