Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Les Artistes pour la Paix épinglent le carré blanc à côté de leur carré rouge.

MORATOIRE

Les Artistes pour la Paix épinglent le carré blanc à côté de leur carré rouge

—Position officielle des Artistes pour la Paix.

Nous avons appuyé, en portant le carré rouge, la marche de 200 000 personnes le 22 mars dernier et l’HAUSSE-TIE de SHOW le même soir. À ces expressions extrêmement significatives d’un appui démocratique au mouvement de grèves étudiantes, le gouvernement a répondu en augmentant les prêts profitant aux banques et en haussant de 82% sur 7 ans les frais de scolarité (au lieu de 75% sur 5 ans).

Devant cette insensibilité gouvernementale, les Artistes pour la Paix ont néanmoins agi de façon responsable en multipliant les appels à la non-violence, notamment en aidant à l’organisation de la conférence de presse de la Ligue des Droits et Libertés dénonçant les brutalités policières le 4 mai au matin – avant même les accidents de Victoriaville. Nous en profitions le même jour pour exhorter Gabriel Nadeau-Dubois, avant son départ pour Québec, à se souvenir de l’appel au compromis fait par Pierre Jasmin le 19 avril auprès de la CLASSE. C’est la voie du compromis que les étudiantEs ont cru emprunter de bonne foi le 5 mai, pour voir la partie gouvernementale rendre l’entente inopérante en la modifiant, en ignorant les ententes verbales et en humiliant sur la place publique la position étudiante modérée, avec des interprétations triomphalistes déplacées du premier ministre et de la ministre de l’Éducation.

Depuis le début, nous avons exigé avec la Fédération Québécoise des Professeures et Professeurs d’Université un moratoire envers la hausse des droits de scolarité au moins jusqu’en septembre, afin de favoriser un retour en classe rapide des étudiants de la FEUQ, de la FECQ, de la CLASSE et de la TACEQ. D’autre part, depuis des années les recteurs et le gouvernement ont refusé d’acquiescer à la demande légitime de la FQPPU d’appeler un conseil général démocratique sur les universités, pour plutôt favoriser des attitudes résolument antisyndicales, des facultés incubatrices d’affaires au mépris de l’écologie et de la paix mondiale, des hausses immodérées des salaires et des primes faramineuses de séparation des cadres, des nominations de présidents et membres de conseils d’administration hostiles à l’esprit universitaire et à la recherche fondamentale.

Nous appuyons aujourd’hui l’initiative du carré blanc pour dénouer la crise, en demandant au gouvernement d’assurer un retour en classe des étudiants dès lundi en prononçant un moratoire sur la hausse des droits de scolarité effectif dès aujourd’hui. Nous demandons en outre au gouvernement de procéder au plus tôt à une convocation d’états généraux sur l’éducation universitaire, cette fois sans ignorer les quatre organisations syndicales étudiantes ni les syndicats des professeurs et chargés de cours universitaires. Ces états généraux pourront aussi remettre en question les coûts sans fin des lourdes bureaucraties des ministères de l’Éducation et de la Culture (ce dernier a la responsabilité des Conservatoires).

Notre appui aux porteurs du carré blanc s’inscrit dans la défense de la paix sociale menacée d’une part par l’influence des groupuscules violents sur les manifestations étudiantes et d’autre part par les pouvoirs occultes de l’argent (mafia, etc.) infiltrant nos institutions bancaires et corporatives, ainsi que les partis au financement douteux.

Daniel-Jean Primeau, président (adresse-courriel art@primeau.qc.ca)

Pierre Jasmin, vice-président (514-987-3000 poste 3937)

2 Commentaires

  1. Amir M. Maasoumi Amir M. Maasoumi
    15 mai 2012    

    Salam cher Pierre, cherEs amiEs d’APP.
    Merci pour cet envoi et pour le formidable travail que vous faites.
    J’appuie votre regroupement pour la Paix et reconnais et admire l’importance de votre engagement comme artistes. J’endosse humblement toutes ces actions que vous menez.
    Mes amitiés.

    Amir M. Maasoumi
    Ex-président: Centre de ressources sur la non-violence (plus de six ans),
    Ambassadeur pour la paix dans le monde,
    Membre et délégué (À Beyrouth) de GMJ-NA 2012 ( Marche globale pour Jérusalem- Amérique du Nord)
    irabec@hotmail.com

  2. 17 mai 2012    

    référence: Les Artistes pour la Paix épinglent le carré blanc à côté de leur carré rouge

    *Yvon a dit qu’il faut que ça se dise ! Bravo à Daniel Jean et Pierre Jasmin.

    Je suis aussi très d’accord aussi. Personnellement pour les APLP, je n’aime pas le détail et les mots comme la mafia.
    J’aime mieux plus short and sweet, une position pour la paix, et la bonne conduite des gens,
    remplis d’espoir et de joie, malgré toutes vos connaissances.

    Mais… vous pouvez relire la *première phrase de mon courriel !

    De tout et partout, vous faites un travail remarquable.

    judi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets