Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Meng Wanzhou libérée et les deux Michael aussi

meng-wanzhou-libre

Meng Wanzhou embrasse ses avocats. Photo Ben Nelms/Radio-Canada

Version Radio-Canada

CBC/Radio-Canada annonce le 24 septembre en après-midi « que Meng Wanzhou pourra quitter le Canada, où elle était détenue en résidence surveillée depuis son arrestation à Vancouver en 2018. La Cour suprême de la Colombie-Britannique avalise une entente conclue entre la directrice financière de Huawei et le Département de la Justice aux États-Unis permettant sa libération conditionnelle en vertu d’un accord de suspension des poursuites. La juge Heather Holmes a signé la décharge de Meng Wanzhou, suivant la demande des procureurs de la Couronne de retirer la requête d’extradition. Mme Meng est libérée », a annoncé la juge. Plus tôt dans la journée, lors d’une comparution virtuelle depuis Vancouver devant la cour de district de New York, Meng Wanzhou a d’abord plaidé non coupable à des accusations de fraude.

L’avocat du procureur général des États-Unis a pour sa part présenté un accord de suspension des poursuites dans lequel Meng Wanzhou admet avoir sciemment menti à des membres de la Banque HSBC à propos des liens unissant Huawei et sa filiale Skycom, qui faisait affaire en Iran, lors d’une rencontre ayant eu lieu en 2013 à Hong Kong. En vertu de l’accord, le Département de la Justice des États-Unis avisera le ministre de la Justice du Canada du retrait de sa demande d’extradition contre Meng Wanzhou, a indiqué le procureur David Kessler du district de New York. Le gouvernement américain suspendra les poursuites pendant ce qui équivaut à une période de probation pour Meng Wanzhou, qui s’étendra jusqu’en décembre 2022. Si Meng Wanzhou se conforme aux exigences établies dans l’accord, les accusations de fraude portées contre elle seront retirées à la fin de cette période. Advenant qu’elle ne s’y conforme pas, elle pourra toujours être poursuivie. »

Réalité déshonorante pour le Canada

Radio-Canada s’abstient de souligner que le gouvernement canadien semblait totalement ignoré dans cette transaction qui s’est passée au-dessus de sa tête entre la Chine et les États-Unis, jusqu’à ce que le Premier ministre Trudeau annonce avec une grande satisfaction que les deux Michael étaient en route par avion vers le Canada. Pourquoi avoir laissé la réputation du Canada et ses liens se dégrader avec la Chine en jouant en décembre 2018 un rôle de caporal de Trump ? C’est la question à poser.

Depuis décembre 2018, les Artistes pour la Paix ont écrit sept articles en solo et avec le Mouvement Québécois pour la Paix, relatant les efforts de la juriste Louise Arbour et ceux de Ken Stone avec la Hamilton Coalition to Stop the War exigeant la libération de Meng Wanzhou, no2 de Hua Wei, détenue à Vancouver de façon abusive. Ces articles dont la plupart ont été publiés par l’Aut’Journal n’ont jamais été repris par la presse officielle. On se réjouit aujourd’hui de la libération précoce de Meng Wanzhou mais un non-emprisonnement aurait d’une part apaisé la sinophobie au Canada et démontré de la part de MM. Trudeau et de son ministre de la Justice Lametti un semblant d’épine dorsale, face à la grossière ingérence des États-Unis de Trump dans cette affaire extrêmement embarrassante pour le Parti soi-disant Libéral.

Évidemment, en se négociant une période de probation jusqu’en décembre 2022, les États-Unis s’éviteront pendant 14 mois (une période assez longue pour que le public ait tout oublié) une répétition de l’affaire Omar Khadr. Dans son cas, les Artistes pour la Paix avaient haut et fort plaidé sa libération auprès de Harper dès 2007 et auprès d’Obama dès 2008. Le malheureux, détenu à Guantanamo depuis ses quinze ans en dépit de toutes les conventions internationales des droits de l’homme et de l’enfant, avait dû s’avouer coupable en 2010 de cinq chefs d’accusation : (1) crimes de guerre, (2) meurtre du soldat américain Christopher Speer, (3) complot, (4) soutien matériel au terrorisme et (5) espionnage afin d’obtenir sa libération. Une fois en sécurité au Canada, il se rétracta puis obtint 10 millions de dollars de réparations de la part du gouvernement canadien resté trop longtemps indifférent à son sort.

Le Canada a-t-il suffisamment agi dans le dossier Meng Wanzhou pour qu’elle ne proteste pas en 2023 et pour que les deux Michael ne se tournent pas contre leur pays à cause de plus de deux ans et demi de leurs vies sacrifiées ?

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    26 septembre 2021    

    La Campagne Pan-Canadienne pour Libérer Meng Wanzhou applaudit l’équipe juridique de Madame Meng qui a réduit en miettes les arguments de la Couronne en vue de son extradition, au point que, après avoir obtenu la publication de 300 pages de documents bancaires de la HSBC, elle a pu démontrer à la juge Holmes, aux médias, au cabinet Trudeau et au monde entier qu’aucune fraude n’avait été commise par Mme Meng ni aucun dommage occasionné à la banque.

    Avec son cas en lambeaux, le ministère américain de la Justice a dû recourir à une offre rarissime aux États-Unis de poursuite différée, pour laquelle Madame Meng a plaidé non coupable de tous les chefs d’accusation, suite à quoi le gouvernement américain a retiré la demande d’extradition. Il semble également qu’aucune amende ou compensation ne sera versée par Mme Meng ou sa société aux autorités américaines.
    Il n’est donc pas étonnant que les gouvernements américain et canadien aient programmé l’échange de prisonniers un vendredi après-midi, le nadir du cycle hebdomadaire des nouvelles! De toute évidence, le plan Trump d’emprisonner Mme Meng pendant des décennies sur la base d’accusations forgées de toutes pièces de fraude bancaire afin d’écraser la compagnie Huawei a subi un revers majeur.
    Ce fut aussi un revers pour une tentative américaine
    1. d’exercer un contrôle extraterritorial sur d’autres pays comme la Chine, et
    2. d’étrangler les économies de pays comme l’Iran, avec des mesures économiques coercitives.
    La libération de Meng Wanzhou peut donc être considérée comme une victoire claire pour tous les gouvernements et organisations de paix qui travaillent à mettre fin à la pratique occidentale consistant à imposer des sanctions économiques unilatérales et illégales aux pays du monde qui ne se plient pas à la politique étrangère ou économique américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets