Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Lettre de Paul Maillet à la ministre de la Défense

f-35-1

Les Artistes pour la Paix appuient avec conviction l’opinion informée du colonel Paul Maillet. « Paul a été mon collègue avec qui j’ai beaucoup échangé lors des deux réunions au Ministère des Affaires étrangères auxquelles nous avons participé en 2017 et 2018, avec des points de vue très proches. Voici la traduction effectuée par Alice La Flèche de sa lettre à la ministre de la Défense », écrit Pierre Jasmin. Mercredi 30 mars 2022 à 11 heures du matin.

Madame la Ministre Anand,

En tant qu’ancien colonel des forces aériennes canadiennes où j’étais directeur des Systèmes Embarqués du chasseur CF-18, je vous écris pour exprimer ma profonde déception quant à la sélection du F-35 comme prochain avion de combat des forces aériennes, tel qu’annoncé récemment.

Non seulement s’agit-il d’une promesse électorale brisée, mais aussi d’un écart fondamental du gouvernement du Canada du chemin de paix et de stabilité internationale. C’est une fausse note qui altère aujourd’hui la déclaration « nous sommes de retour », émise en 2015 par le Premier Ministre.

Vous comprenez, certainement, que cet avion de combat n’a nul autre objectif que de tuer et d’abattre des infrastructures.  Il s’agit ou il s’agira d’un avion possiblement porteur d’arme nucléaire, optimisé pour des combats guerriers, air-air et air-sol.  Ceci en fait une contribution exclusive à la guerre. Il s’agit d’une arme terrifiante, telle que celles utilisées ces dernières décennies lors de missions de bombardements de villes, qui ont causé tant de souffrances et de décès parmi les civils. On n’a qu’à observer la souffrance et la mort en Ukraine aujourd’hui, suite à de telles attaques.

L’OTAN dépense bien davantage que dix fois plus que la Russie en termes de ressources militaires, annuellement. Quelle proportion est suffisante ? Pourquoi ce tollé de dépenses supplémentaires de « défense » face à la situation présente ?  Que sont devenues nos brigades militaires si dévouées, entraînées et équipées pour créer des havres de paix, pour livrer de l’aide humanitaire, pour protéger les civils en surveillant des cessez-le-feu ?

J’étais si optimiste lorsque vous avez assumé la fonction de Ministre de la Défense, avec votre voix indépendante, prête à confronter l’establishment militaire face à leurs exigences financières croissantes et éternelles, selon les lobbys intéressés particuliers. Leur liste d’exigences représente un puits sans fond.  Je ne vous reconnais plus aujourd’hui.  Vous n’avez qu’à refuser, à trouver un autre moyen. On peut facilement investir dans un avion de combat beaucoup moins onéreux et complexe, tout en répondant aux exigences de la défense canadienne, pour qu’elle soit en mesure de contrôler l’espace aérien canadien et assurer la souveraineté nationale.

Il est évident que le F-35 est hors de prix. Il s’agit du projet d’armement le plus onéreux de l’histoire militaire des États Unis et il épuisera notre budget pour la défense d’ici quelques années.

Le F-35 exige une infrastructure très complexe et inabordable de gestion de combat militaire atteignant l’espace afin de réaliser son potentiel, nous rendant complètement dépendants de l’autorité militaire des États Unis. Nous ne représenterons alors plus qu’une ou deux escadrilles des forces aériennes américaines et, comme telles, devrons nous plier à la politique étrangère américaine et à sa propension à la coercition militaire.  Les coûts de son cycle de développement seront astronomiques, dépassant largement les $40 milliards, alors que ses insuffisances techniques et les comptes en souffrance accableront l’aéronef et le budget de la défense, pendant des décennies.

J’ai participé à l’approvisionnement d’avions, tout au long de ma carrière. Par conséquent, je sais combien leur sélection dépend de la déclaration d’exigences (SOR). Celle-ci pouvant être biaisée à volonté doit être supervisée par une autorité civile; l’importance accordée, par exemple, à la furtivité de l’appareil représente une qualité très, très périssable, en ces temps d’accélération des développements technologiques contemporains. Cette qualité peut profiter au F-35, nonobstant le potentiel compétitif émergeant des drones.

Il est inconcevable qu’un tel investissement en chasseurs-bombardiers puisse être financièrement gagnant, pas plus qu’il ne peut l’être en termes de résultats indépendants et d’exigences opérationnelles pour le Canada.  Le F-35 dépasse largement nos besoins. Comme si on achetait une Ferrari pour aller au supermarché.

Si nous souhaitons vraiment contribuer à la paix internationale et à la stabilité, les fonds à verser seraient avec grand avantage octroyés ailleurs.  Je vous implore de reconsidérer votre position et vous propose de comparer l’avis de plusieurs experts en la matière. Il n’y a aucun futur dans la guerre.

Bonne chance, Madame la Ministre. C’est votre testament.  Veuillez nous rendre fiers du Canada. Aujourd’hui, nous nous sentons amoindris.

Sincèrement vôtre,

Paul Maillet
Colonel à la retraite

Paul Maillet Center for Ethics and Peace Services
Accredited Peace Professional CPSC
paulmailletpeacemaker.wordpress.com

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    9 avril 2022    

    Many people asked us for the English version of this letter: PEACE QUEST has published it on https://www.peacequest.ca/retired-air-force-colonel-calls-f-35-stealth-fighter-a-horrific-weapon/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets