Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Lettre au ministre de la Défense

APLP_logo

Le 18 juin 2014

Monsieur le ministre de la Défense ,

Le 3 juin dernier, le conseil d’administration des Artistes pour la Paix se penchait sur le projet de bouclier anti-missile nord-américain auquel les sénateurs, tant libéraux que conservateurs, sont favorables et que vous semblez accueillir avec intérêt. Ce serait hélas dans la foulée de votre projet funeste d’achats de F-35 qui, selon les calculs de mon collègue de l’University of British Columbia, Michael Byers, pourraient nous coûter entre 56 et 126 milliards de $ !

Le « bouclier », au départ un élément du projet Star Wars de Ronald Reagan, avait resurgi au Canada en 2004, relayé par Donald Rumsfeld jusque dans la cour de Paul Martin qui venait, avec l’aide d’industriels militaires de Toronto, de déloger Jean Chrétien à la tête du Parti Libéral. Nous avons alors organisé une forte campagne, aidée par les Conférences internationales Pugwash, qui voyait le bouclier comme un obstacle majeur aux efforts de non-prolifération nucléaire.

Une rencontre, le 13 mai dernier à Ottawa, du Réseau canadien pour l’abolition des armes nucléaires, nous a permis de consulter un expert américain, senior Science Fellow au Centre for Arms’ Control and Non-Proliferation, l’Honorable Philip E. Coyle, qui nous a informés sur la supercherie que constitue le projet : le moindre essai coûte au bas mot une centaine de millions de $ et échoue lamentablement à même intercepter un engin ami dont on connaît la seconde et le lieu de lancement ! Et un bouclier « efficace », sur le qui-vive 24 heures sur 24, devrait opposer à un missile ennemi de provenance mystérieuse, accompagné en outre de dizaines de leurres, des dizaines d’anti-missiles au coût de plusieurs milliards de $ ? Bref, une manne pour le complexe militaro-industriel. Pourquoi diable ce projet insensé est-il relancé ? C’est qu’il profite d’une terminologie assimilable à une «défense », alors qu’il ne fait que relancer la militarisation de l’espace et la course aux armements en suscitant l’hostilité de la Chine (qui aurait plus d’argent que l’Amérique du Nord à investir dans un contre-projet ballistique) ! C’est pourquoi, avec le NPD et le Parti Vert, les Artistes pour la Paix espèrent que vous renoncerez à ce projet aussi coûteux et pernicieux, à nos yeux, que le pipeline Enbridge Northern Gateways auquel M. Harper vient hélas d’accorder son appui.

jasmin_sign

Pierre Jasmin, vice-président des Artistes pour la Paix, member of the board of directors Pugwash Canada (www.pugwashgroup.ca ) and Canadian Network for the Abolition of Nuclear Weapons (www.cnanw.ca )

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets