Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Lettre à Justin Trudeau : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente

groupe_78_logo

En faveur d’un allègement des sanctions américaines.

Le Très honorable Justin Trudeau
Premier ministre du Canada
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2

Le 6 avril 2020

Cher Premier ministre,

Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous implorer d’appuyer de la voix diplomatique du Canada l’appel du Secrétaire général de l’ONU pour le recul des régimes de sanctions qui augmentent les risques pour la santé de millions de personnes et affaiblissent les efforts planétaires de maîtrise du nouveau coronavirus. Notre requête s’inscrit dans le contexte plus large de l’appel des Nations Unies pour une réaction multilatérale globale et coordonnée, visant au moins 10% du PIB mondial affectés par la pandémie.

Bien que certaines sanctions, comme celles visant la Corée du Nord, requièrent l’implication du Conseil de Sécurité de l’ONU, d’autres – telles que celles unilatérales des É-U envers l’Iran et le Venezuela – peuvent être immédiatement suspendues par les États-Unis. On se souviendra que le Président George W. Bush allégea les sanctions contre l’Iran en 2004 à la suite d’un terrible tremblement de terre, et que le Président Obama les leva pendant plusieurs mois, après un autre séisme en 2012. Mais le Président Trump a honteusement fait le contraire, en imposant un nouvel ensemble de sanctions à la mi-mars.

Les mots du Secrétaire général dans sa lettre du 23 mars aux pays membres du G-20 parlent d’eux-mêmes :

« J’encourage la levée des sanctions imposées aux pays pour assurer l’accès à      la nourriture, aux fournitures de santé et à l’aide médicale pour le COVID-19.  Le temps est à la solidarité, non à l’exclusion… Souvenons-nous que nous sommes aussi forts que le plus faible des systèmes de santé de notre monde  interconnecté. »

Comme vous le savez, en vertu du droit international, l’aide humanitaire ne peut pas faire l’objet de sanctions. Bien que ce soit techniquement exact pour l’Iran, ce n’est pas le cas dans la réalité. Un rapport exhaustif de Human Rights Watch révèle que ces exemptions n’ont pas diminué les réticences des entreprises européennes et américaines à risquer des pénalités pour avoir exporté ou financé des denrées humanitaires.

Dans le cas du Venezuela, les États-Unis n’ont même pas envisagé d’exclure la nourriture et les médicaments vitaux, ce qui a résulté dans une pénurie continuelle de médicaments et d’équipement, depuis des années. Cette catastrophe a fait l’objet de plusieurs déclarations de la part du Haut-commissariat pour les Droits de la personne de l’ONU.

L’Organisation mondiale de la santé apporte son aide directe à l’Iran et au Venezuela. Plus récemment, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont débuté l’exportation de fournitures médicales vers l’Iran en utilisant le nouveau «mécanisme d’échange Instex [1] » pour soustraire leurs entreprises aux représailles des « sanctions secondaires » américaines. Par ailleurs, l’Union européenne appuie les demandes de l’Iran et du Venezuela d’une aide d’urgence de la part du Fonds monétaire international, lequel est dominé par les États-Unis.

L’Iran est aux prises avec l’une des pires éclosions du nouveau coronavirus au monde. Ces dernières semaines, le Royaume-Uni a tenté de convaincre par voie diplomatique le président Trump d’alléger les sanctions qui grèvent l’envoi de denrées médicales et humanitaires aux 80 millions d’iraniens. Le Canada serait encore en meilleure position pour entamer des discussions fructueuses afin d’alléger les sanctions pour des raisons humanitaires, par ses négociations constantes avec les États-Unis dans la gestion de la pandémie vu notre frontière commune.

L’inexorable expansion de la COVID-19 a déjà altéré l’approche du Président américain face à la pandémie. Le Canada devrait, calmement mais fermement, faire valoir que d’empêcher des pays comme l’Iran et le Venezuela de combattre efficacement le virus revient à miner l’effort mondial pour le vaincre et en fin de compte, ne fera que mettre en danger les moyens d’existence et les vies américaines.

Nous demandons au gouvernement du Canada d’agir au nom de notre sentiment commun d’humanité. Nous nous trouvons en position privilégiée pour créer une différence. Agissons en conséquence.

Sincèrement,

Roy Culpeper
Président du Groupe des 78

Peggy Mason
Présidente de l’Institut Rideau

CC : François-Philippe Champagne
Chrystia Freeland
Andrew Scheer
Yves-François Blanchet
Jagmeet Singh
Elizabeth May

Traduction Christian P. Morin des Artistes pour la Paix


[1] Instrument in Support of Trade Exchanges

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets