Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Le voyage pour défendre les droits de l’homme ne se termine jamais

michelle_bachelet

Par Michelle Bachelet
Les titres de sections et caractères gras ont été rajoutés par les Artistes pour la Paix.

Michelle Bachelet est la Haut-Commissaire sortante des Nations Unies aux droits de l’homme. Cet article est basé sur son allocution aux journalistes le 25 août. Elle a été élue présidente du Chili à deux reprises (2006-2010 et 2014-2018). Elle a été la première femme présidente du Chili après avoir été ministre de la Santé, vu sa formation professionnelle de pédiâtre (2000-2002).

Introduction générale

Comme vous le savez, après quatre ans en tant que Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, mon mandat se termine la semaine prochaine, le 31 août.

Le monde a fondamentalement changé au cours de mon mandat.

Je dirais que l’impact profond de la pandémie de COVID-19, les effets toujours croissants du changement climatique et les chocs réverbérants de la crise alimentaire, énergétique et financière résultant de la guerre contre l’Ukraine ont été les trois principaux problèmes.

La polarisation au sein des États et entre eux a atteint des niveaux extraordinaires et le multilatéralisme est sous pression.

D’importants mouvements de protestation se sont produits dans toutes les régions du monde pour exiger la fin du racisme structurel, le respect des droits économiques et sociaux, et contre la corruption, les déficits de gouvernance et les abus de pouvoir – dans de nombreux cas accompagnés de violence, de menaces et d’attaques contre les manifestants et les droits de l’homme défenseurs, et parfois contre les journalistes.

Certains ont conduit à de véritables changements dans le pays. Dans d’autres cas, plutôt que d’écouter la voix du peuple, les gouvernements ont réagi en réduisant l’espace de débat et de dissidence.

Au cours des derniers mois – une fois que la situation COVID m’a permis de reprendre les visites officielles dans les pays – je me suis rendu au Burkina Faso, au Niger, en Afghanistan, en Chine, en Bosnie, au Pérou et au Bangladesh. J’ai pu constater de visu l’impact du changement climatique, des conflits armés, de la crise alimentaire, énergétique et financière, de la rhétorique haineuse, de la discrimination systématique et des défis en matière de droits humains liés à la migration, entre autres problèmes.

Le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a travaillé, de multiples façons, pour aider à surveiller, engager et défendre la protection et la promotion des droits de l’homme. Comme je l’ai déjà dit, à l’ONU, le dialogue, l’engagement, la coopération, la surveillance, les rapports et le plaidoyer public doivent tous faire partie de notre ADN.

Nous nous sommes efforcés d’aider à combler le fossé entre le gouvernement et la société civile, à soutenir la mise en œuvre nationale des obligations en matière de droits de l’homme et à conseiller sur les réformes visant à mettre les lois et les politiques en conformité avec les normes internationales, à étendre nos présences dans le pays afin que nous soyons un en meilleure position pour travailler en étroite collaboration avec les gens sur le terrain. Nous nous sommes prononcés en privé et en public sur des questions nationales et plus larges. Et nous avons constaté des progrès.

Le droit à un environnement sain

La reconnaissance du droit de l’homme à un environnement propre, sain et durable par l’Assemblée générale des Nations Unies le mois dernier a marqué l’aboutissement de nombreuses années de plaidoyer de la part de la société civile. Je suis fier du soutien et de l’appui solide de mon Bureau à ce mouvement tout au long de mon mandat.

Les événements météorologiques extrêmes de ces derniers mois ont de nouveau mis en évidence, avec force, le besoin existentiel d’une action urgente pour protéger notre planète pour les générations actuelles et futures. Répondre à ce besoin est le plus grand défi des droits de l’homme de cette ère – et tous les États ont l’obligation de travailler ensemble sur ce point, et de prêcher par l’exemple, pour mettre pleinement en œuvre le droit à un environnement sain.

La réponse à la triple crise planétaire de la pollution, du changement climatique et de la perte de biodiversité doit être centrée sur les droits de l’homme, y compris les droits à la participation, à l’accès à l’information et à la justice, et en s’attaquant à l’impact disproportionné des dommages environnementaux sur les plus marginalisés et les plus défavorisés.

La peine de mort est en recul

Des progrès constants ont également été accomplis vers l’abolition de la peine de mort – quelque 170 États ont aboli ou instauré un moratoire, en droit ou en pratique, ou suspendu les exécutions pendant plus de 10 ans. La République centrafricaine, le Tchad, le Kazakhstan, la Sierra Leone et la Papouasie-Nouvelle-Guinée font partie de ceux qui ont pris des mesures pour abolir totalement la peine de mort.

D’autres États, dont le Libéria et la Zambie, envisagent également activement l’abolition. La Malaisie a annoncé qu’elle abolirait la peine de mort obligatoire dans le pays, y compris pour les infractions liées à la drogue. À ce jour, 90 États ont ratifié le Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le principal traité international interdisant le recours à la peine de mort.

Des inquiétudes subsistent toutefois quant à l’utilisation accrue ou à la reprise de la peine capitale dans d’autres pays, dont l’Iran, l’Arabie saoudite, le Myanmar et Singapour, et d’autres comme la Chine et le Viet Nam continuent de classer les données sur son utilisation comme un secret d’État, limitant la possibilité d’examen.

Droits sociaux

J’ai – depuis le début de mon mandat – plaidé pour une plus grande reconnaissance de l’indivisibilité et de l’interdépendance des droits économiques, sociaux et culturels avec les droits civils et politiques. Les effets de la pandémie et de la guerre en Ukraine ont mis en évidence cette interdépendance.

Les États doivent tirer les leçons de la pandémie et de la crise actuelle de l’alimentation, du carburant et du financement en concevant des mesures à long terme pour construire des systèmes universels de santé publique et de protection sociale meilleurs et plus solides.

La couverture de la protection sociale doit faciliter l’accès aux soins de santé, protéger les personnes contre la pauvreté et garantir les droits économiques et sociaux essentiels, notamment l’alimentation, l’eau, le logement, la santé et l’éducation. J’appelle également les États à adopter des mesures proactives, notamment des subventions à l’alimentation, à l’agriculture et aux carburants, pour atténuer l’impact des crises.

Tout cela doit être conçu avec les gens dans le cadre de la solution, en investissant dans des canaux inclusifs, sûrs et significatifs de débat et de participation à tous les niveaux.

Gouverner est difficile – je le sais parce que j’ai été deux fois présidente de mon pays, le Chili. Il y a toujours de nombreuses demandes pressantes, des défis et des problèmes à résoudre. Mais gouverner, c’est établir des priorités – et les droits de l’homme doivent toujours être une priorité.

Dans de nombreuses situations couvertes par mon Bureau, il y a un manque de volonté politique pour prendre les mesures nécessaires pour vraiment s’attaquer de front à une situation. La volonté politique est essentielle – et là où il y a une volonté, il y a un moyen.

Les États invoquent souvent leur propre contexte particulier lorsqu’ils sont confrontés à des allégations de violations des droits de l’homme et lorsqu’ils sont appelés à prendre des mesures pour y remédier. Le contexte est en effet important – mais le contexte ne doit jamais être utilisé pour justifier des violations des droits de l’homme.

Dans de nombreux cas, un plaidoyer soutenu sur les principales questions relatives aux droits de l’homme, fondé sur les lois et normes internationales relatives aux droits de l’homme, porte ses fruits. En Colombie ce mois-ci, la nouvelle administration s’est engagée à modifier son approche en matière de politique en matière de drogue – d’une approche punitive à une approche plus sociale et de santé publique. En s’attaquant à l’une des causes profondes de la violence en Colombie, cette approche pourrait contribuer à mieux protéger les droits des paysans, des communautés autochtones et afro-colombiennes et des consommateurs de drogues, tant en Colombie que dans le monde.

Mon bureau plaide – à l’échelle mondiale – pour une approche fondée sur les droits de l’homme en matière de politique en matière de drogue et est prêt à apporter son aide.

La mobilisation mondiale des personnes pour la justice raciale, notamment en 2020, a forcé une prise de conscience longtemps différée de la discrimination raciale et déplacé les débats vers une focalisation sur le racisme systémique et les institutions qui le perpétuent.

J’appelle tous les États à saisir ce moment pour opérer un tournant vers l’égalité raciale et la justice. Mon Bureau travaille sur son deuxième rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur cette question, qui sera présenté le mois prochain.

Réalité difficile – Rohingyas et Ukrainiens

J’ai toujours cherché – même sur les sujets les plus difficiles – à favoriser le dialogue, à ouvrir la porte à de nouveaux échanges. Cela signifie écouter autant que parler, garder nos yeux et nos oreilles sur le contexte, identifier les points d’entrée et les obstacles, et essayer d’établir progressivement la confiance, même lorsque cela semble peu probable.

Au cours de mes quatre années en tant que Haut-Commissaire, j’ai eu le privilège de parler à tant de défenseurs des droits de l’homme courageux, fougueux et
extraordinaires :

■ Les courageuses et indomptables défenseures des droits humains en Afghanistan ;

■ Les mères déterminées des disparus au Mexique ;

■ Le personnel inspirant travaillant dans un centre de santé à Bunia en République démocratique du Congo, au service des victimes de violences sexuelles ;

■ La sagesse et la force des peuples autochtones du Pérou, qui sont en première ligne face à l’impact du changement climatique, de l’exploitation minière et forestière illégale, et qui défendent leurs droits face à de graves risques ;

■ Et l’empathie et la générosité des communautés accueillant des déplacés internes au Burkina Faso;

■ J’ai trouvé des alliés parmi les chefs de village traditionnels au Niger, qui travaillaient à leur manière pour faire progresser les droits de l’homme dans leurs communautés;

■ J’ai rencontré des jeunes de Malaisie, de Suède, d’Australie, du Costa Rica et d’ailleurs dont l’ingéniosité, la créativité et l’ambition étaient palpables ;

■ J’ai partagé la douleur du père au Venezuela qui m’a montré les médailles sportives remportées par son fils adolescent, avant qu’il ne soit tué lors de manifestations en 2017 ;

■ Et j’ai partagé les larmes de la mère rencontrée à Srebrenica qui portait l’espoir que 27 ans après la disparition de son fils, elle retrouve un jour sa dépouille et la dépose près de la tombe de son père.

■ La semaine dernière, j’ai parlé avec des réfugiés rohingyas à Cox’s Bazar. Un enseignant m’a dit qu’il avait obtenu des distinctions dans toutes ses classes à l’école au Myanmar et qu’il avait rêvé d’être médecin. Au lieu de cela, il a passé les cinq dernières années dans un camp de réfugiés, ayant dû fuir son pays – parce qu’il est Rohingya. « Je pleure encore la nuit parfois quand je me souviens de mon rêve », m’a-t-il dit, ajoutant que « mes amis bouddhistes sont maintenant médecins au Myanmar ». Ma propre expérience en tant que réfugiée était beaucoup plus confortable, avec les moyens de poursuivre mes études et avec un bon niveau de vie – mais le désir de sa patrie, le désir de tant de Rohingyas de rentrer chez eux résonnait profondément en moi. Malheureusement, les conditions nécessaires pour qu’ils puissent retourner chez eux de manière volontaire, digne et durable ne sont pas encore réunies. Cela fait cinq ans aujourd’hui que plus de 700 000 femmes, enfants et hommes rohingyas ont été forcés de fuir le Myanmar pour le Bangladesh – et la catastrophe des droits humains au Myanmar continue de s’aggraver, l’armée (la Tatmadaw) maintenant des opérations militaires à Kayah et Kayin dans le sud-est ; État de Chin au nord-ouest; et les régions de Sagaing et de Magway au cœur de Bamar. L’utilisation de la puissance aérienne et de l’artillerie contre les villages et les zones résidentielles s’est intensifiée. Les récents pics de violence dans l’État de Rakhine semblent également indiquer que la dernière zone relativement stable du pays pourrait ne pas éviter une résurgence du conflit armé. Les communautés rohingyas ont souvent été prises entre les combattants de l’armée Tatmadaw et Arakan ou ont été directement ciblées lors d’opérations. Plus de 14 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire. Nous continuons de documenter quotidiennement les violations flagrantes des droits de l’homme et les violations graves du droit international humanitaire, y compris la répression contre les manifestants et les attaques contre les civils qui peuvent constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre. J’exhorte la communauté internationale à intensifier la pression sur l’armée pour qu’elle mette fin à sa campagne de violence contre le peuple du Myanmar, à insister sur le rétablissement rapide d’un régime civil et à rendre des comptes pour les violations commises par les forces de sécurité.

■ Hier marquait six mois depuis l’attaque armée de la Russie. Six mois incroyablement terrifiants pour les Ukrainiens, dont 6,8 millions ont dû fuir leur pays. Des millions d’autres ont été déplacés à l’intérieur du pays. Nous avons documenté au moins 5 587 civils tués et 7 890 blessés. Parmi ces victimes, près de 1 000 sont des enfants. Six mois plus tard, les combats se poursuivent, au milieu de risques presque impensables pour les civils et l’environnement, alors que les hostilités se déroulent à proximité de la centrale nucléaire de Zaporizhia. J’appelle le président russe à cesser l’attaque armée contre l’Ukraine. L’usine de Zaporizhia doit être immédiatement démilitarisée. Les deux parties doivent respecter, à tout moment et en toutes circonstances, le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire. La communauté internationale doit insister sur l’obligation de rendre des comptes pour les nombreuses violations graves documentées, dont certaines peuvent constituer des crimes de guerre.

■ Je suis alarmée par la reprise des hostilités dans le nord de l’Éthiopie. Les civils ontsuffisamment souffert – et cela ne fera qu’exacerber les souffrances des civils qui ont déjà désespérément besoin d’aide. J’implore le Gouvernement éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré de s’employer à désamorcer la situation et à cesser immédiatement les hostilités.crises prolongées – souvent oubliées -, notamment la situation au Yémen, en Syrie, au Sahel et en Haïti.

Conclusion féministe

Le voyage pour défendre les droits de l’homme ne se termine jamais – et la vigilance contre les reculs des droits est vitale. J’exhorte donc à continuer de soutenir le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies, les organes conventionnels des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme et le mécanisme des procédures spéciales des Nations Unies, qui travaillent tous sans relâche à la défense des lois et normes internationales relatives aux droits de l’homme.

Je rends hommage à tous ceux et celles qui, à leur manière, œuvrent à la défense des droits de l’homme. En tant que femme et féministe de toujours, je tiens à rendre un hommage particulier aux femmes défenseurs des droits humains, qui ont été à l’avant-garde des mouvements sociaux dont nous avons tous bénéficié. Ce sont souvent elles qui ont porté à la table les voix inédites des plus vulnérables.

Je continuerai d’être à vos côtés alors que je rentrerai au Chili.

Pour terminer, je tiens à vous remercier, les journalistes, basés ici à Genève et à travers le monde, pour le travail indispensable que vous faites. Lorsque nous, au Bureau des droits de l’homme des Nations Unies, donnons l’alarme, il est crucial qu’elle sonne fortement, et cela n’est possible que lorsque les médias du monde entier nous diffusent.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets