Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Le peuple cubain n’a pas le cœur à rire

cuba

Depuis le mois d’octobre 2021, Walt Disney World présente une série de joyeuses manifestations pour célébrer son 50e anniversaire de conquête du monde du divertissement. Pendant ce temps, à Cuba, on remémore le 7 février 1962, donc il y a 60 ans, jour de l’entrée en vigueur du décret 3 447 proposé par le président américain de l’époque, John F. Kennedy. Un devoir de mémoire s’impose.

Ce 7 février a marqué au fer rouge le peuple cubain par un blocus imposé et maintenu depuis par les États-Unis. Il s’est agi d’un acte de guerre visant à créer un état de siège permanent qui a coûté 147 milliards de dollars à Cuba; cette manœuvre inhumaine a été condamnée à 30 reprises par l’ONU, notamment en 2021 par 184 votes en faveur de l’abolition du blocus, mais les États-Unis et Israël, une fois de plus, ont refusé d’appuyer cette résolution. Le président Joe Biden ne fait donc que perpétuer cette politique ignoble mise en place par JFK. Ce blocus s’est avéré et s’avère toujours une véritable ingérence dans la politique cubaine et une violation flagrante du droit à l’auto-détermination du peuple cubain.

Des milliers de Cubaines et de Cubains ont souffert et souffrent toujours de ce blocus devenu normalisé dans l’indifférence générale. Certes, cette politique digne d’un crime contre l’humanité a engendré souffrances et drames personnels dans la population cubaine, mais les répercussions structurelles sur le système économique, social et politique de Cuba s’avèrent tout aussi importantes et dramatiques. Cependant, le peuple cubain s’est montré résilient et fier. Malgré cette pression énorme des États-Unis, le peuple cubain a pu profiter de progrès sociaux importants, notamment d’un système de santé [1] et d’éducation exemplaire tout autant que de politiques favorisant le droit au logement. Rien n’est parfait dans les circonstances, mais on peut affirmer que le peuple cubain peut compter sur des services publics accessibles et adaptés à leur situation.

La stratégie d’étouffement imposée par les gouvernements successifs américains n’a pas réussi à décourager la masse des Cubains et des Cubaines. Malgré les coups durs et la fuite de gens opposés au gouvernement de Fidel Castro, la majorité du peuple cubain s’est montrée inventive pour résister et travailler à bâtir une société plus égalitaire que celles imposées par l’ancien régime sous la domination de Batista, un fidèle vendeur des richesses cubaines et thuriféraire des États-Unis.

En ce 7 février 2022, 60e anniversaire de l’imposition de cet interminable et injuste blocus digne d’une stratégie guerrière médiévale qui a donné faim au peuple cubain, demandons au gouvernement canadien d’agir en mettant de l’avant trois démarches pacifiques :

  1. Faire pression sur les États-Unis pour que ce géant mette fin à ce blocus insensé;
  2. Renforcer les relations diplomatiques, économiques, commerciales et culturelles avec Cuba;
  3. Favoriser les échanges culturels entre artistes, intellectuels et universités de Cuba et du Canada.

 


[1] https://lautjournal.info/20220128/prix-de-la-paix-des-peuples-decerne-au-contingent-international-henry-reeve

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets