Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Le 32e Festival international Présence autochtone

logo-footer-FIPA

Le Festival international Présence autochtone est l’événement phare de la création artistique et de la renaissance culturelle des peuples autochtones des Amériques et du monde. La 32e édition aura lieu du 9 au 18 août.

Lieu de création, de rencontres et de découvertes, l’événement multidisciplinaire se déploie pendant dix jours en août. La place des Festivals, avec son tipi géant, devient alors le cœur battant d’une intense activité artistique qui rayonne dans toute la ville. . Le cinéma des premiers peuples est à l’honneur, des concerts mémorables font courir les foules, l’art autochtone vivant s’y offre dans une grande variété d’expression et de formes.

Calendrier et programmation : cliquez ici.

Dès le mercredi 10 août avec, en lever de rideau, Leonard Summer, chanteur et auteur compositeur anishinaabe, suivi de Beatrice Deer, artiste «inuindie» au palmarès impressionnant. Le 11 août, avec Nikamotan MTL-new, un concert qui rassemble une pléiade d’artistes réunis par Musique nomade. Puis, le groupe attikamek Pinaskin de Manawan précèdera le duo Digging Roots composé de ShoShona and Raven.

Samedi 13 août, Mack MacKenzie (anciennement du groupe montréalais Three O’Clock Train) fera un spectacle avant que le chanteur innu Matiu entre en scène pour interpréter des chansons de son nouvel album Tipatshimushtunan («racontez-nous») qui sera lancé sur place pour l’occasion. Fidèle à sa tradition, le spectacle de l’Amitié Nuestroamericana célébrera la fraternité qui unit les Premières Nations, les peuples de notre Amérique et ceux des autres régions et continents du monde.

Le lundi 15 août se tiendra la représentation de la pièce autobiographique Uteï, récit d’un survivant (des productions Menuentakuan), écrite et interprétée en innu et en français, par Omer St-Onge de Maliotenam.

Le dimanche 14 août : Quelques part et autres lieux, un grand concert réunira à l’auditorium de la Grande Bibliothèque, le Nouvel Ensemble de Montréal et Forestare. Invitée d’honneur, Deantha Edmunds, soprano inuk y interprétera, avec Lorraine Vaillancourt au pupitre, des poèmes en innu-aimun de la désormais célèbre Joséphine Bacon, dont les textes ont été mis en musique par Tim Brady : ce sera la première mondiale de Uiesh, pièce pour une voix et quatorze instruments. Au même programme, Andrée-Lévesque-Sioui, auteure wendat, interprètera ses poèmes sur les
accords conçus par Alexandre Ethier.

Cinéma

Nos héros contemporains ne s’agenouillent pas, ils se dressent fièrement et le cinéma en témoignera dans les oeuvres présentées au Cinéma du Musée.

Tel le grand chef dont Adeus, Capitão de Vincent Carelli et Tatiana Almeida retrace l’héroïque parcours comme leader de la Nation Gavio dans un imposant film-fleuve : un sommet du cinéma brésilien. Par ailleurs, Carelli recevra dans le cadre du festival, un prix d’accomplissement historique pour son travail de quatre décennies pour donner image et voix aux peuples autochtones du Brésil. Telles femmes autochtones comme Phyllis Jack-Webstad, initiatrice du mouvement des chandails oranges (Returning Home) ; celles qui ont organisé la résistance à Standing Rock (We Are Unarmed; Powerlands); celles qui dénoncent les violences sexuelles intra-communautaires (Tysnaden in Sapmi) et les féminicides (Flores de la llanura).

Celles qui réalisent comme Courtney Montour et Sonia Bonspille-Boileau qui vont donner chacune une leçon de cinéma dans les locaux du prestigieux ONF, plus précisément dans la salle Alanis-Obomsawin. Incidemment, Incidemment, la cinéaste abénakise, auréolée de prestige, aura aussi des films dans le festival (dont Bill Reid Remembes, Au Upstairs Jaxx Bar avec David Amram).

La fiction présente aussi des figures combatives comme Elder dans El gran movimiento), comme Virginio et Sisa dans Utame, deux longs métrages boliviens remarqués dans les grands festivals internationaux et présentés en primeur montréalaise.

Et autres prodiges…

De prestigieux prix seront remis le 16 août, dont le Prix Rigoberta-Menchu; le même jour, aura lieu le lancement du nouveau format de la revue PANORAMA-Cinéma avec un numéro consacré au cinéma autochtone; un colloque international Regards autochtones sur les Amériques, se tiendra le 15 et le 16.

Des invités viendront du monde entier : Maoris de Aotearoa, Kal’inas de Guyane française, Mi’gmaqs d’Acadie, Wayu du Venezuela; expositions sur la rue Ste-Catherine (oeuvres électroniques de Buffy Ste-Marie) et à la Maison du développement durable (Voies parallèles).

À Kahnawake, un programme cinéma haudenosaunee sera proposé au Legion Hall le 15 août à 18 h avec des films de Brooke Rice, Nicolas Renaud, Roxann Whitebean et Courtney Montour.

Des activités continuelles seront offertes sur la Place des festivals du 10 au 15 août : des chants et danses de la tradition mohawk, le cirque Tupiq ACT, des tambours de Guyane et d’ici (Northern Voices, Buffalo Hat Singers) des kiosques avec des artistes exposants, etc.

Les Jardins Gamelin accueilleront des concert-midi : dès le 4 août avec Corey Thomas et le Backwater Township Band, puis, le 11 août, avec Esther Pennell, chanteuse et compositrice Mi’kmaq et le 18 août, Mack Mackenzie encore. Et pour que tout se termine en grâce et en beauté, en soirée du 18, le musicien et artiste d’origine mapuche Akawui et le groupe naskapi de Kawawachikamach, Violent Ground, se partageront la dernière scène.

Au Quai des Brumes, Tim Armstrong en formule 5@7 donnera un spectacle le mercredi 17 août.

Pour finir, une surprise

Grâce à Vans, les jeunes Autochtones pourront s’initier à la pratique de la planche à roulettes : une rampe sera installée pour ce faire sur la Promenade des artistes durant le festival. Vans devient un commanditaire important par son implication dans ce projet spécifique qui est appelé à prendre de l’ampleur avec les années.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets