Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

L’affligeant entêtement des protestataires

manif-ottawa-rolling-thunder

Photo : PC, 30 avril 2022

Selon cet article de Mélanie Meloche-Holubowski intitulé Le rêve « utopiste » de l’immunité collective contre la COVID-19 publié aujourd’hui sur le site web de Radio-Canada :

L’immunité collective contre la COVID-19 n’a jamais été et ne sera jamais atteignable, selon plusieurs experts. Espérer mettre fin à la pandémie en ayant un grand nombre de personnes infectées n’est donc pas une bonne stratégie.

De prime abord, l’idée semblait pourtant prometteuse. Puisque le SRAS-CoV-2 est si présent dans la population, pourquoi ne pas simplement laisser la vaste majorité être infectée par la COVID-19 afin de susciter une immunité collective et d’accélérer ainsi la fin de la pandémie ?

C’est l’approche qu’avait décidé d’emprunter la Suède, tôt durant la pandémie, avec des résultats qui lui ont valu les critiques de nombreux scientifiques en raison du haut taux de décès engendré par ce choix. Avec près de 19 000 morts, la Suède a un taux de décès par 100 000 habitants presque quatre fois plus élevé que la Norvège, où les mesures sanitaires étaient strictes.

Cela n’a pas empêché de nombreux pays, encore récemment, de voir, dans le nombre exponentiel d’infections causées par Omicron, un signe que le monde avait fait un pas vers l’immunité collective.

poilievre

Pierre Poilievre,
candidat créditiste

Affligeant de constater, malgré de nombreuses arrestations, l’entêtement de protestataires à qui on tend à Ottawa des micros complaisants pour exposer leurs théories et pratiques dommageables à la Santé. Ils ont reçu, dès le départ, l’encouragement du candidat de droite crédité d’une avance insurmontable dans la course à la chefferie du Parti Conservateur, M. Poilievre, à qui un député soutenu par les radios-poubelles de Québec, M. Pol-Hus, vient de prêter son soutien opportuniste.

PS Le 1er août dernier, nous avions pourfendu le mythe de l’immunité collective entretenu par l’animateur de Radio-Canada et futur animateur de TVA, Stephan Bureau. Intéressant de consulter les sites « objectifs » de nouvelles où notre article a été éliminé après des mois de partages…

Six ajouts journalistiques fiables, la plupart par le journal Libération, y ont été ajoutés au cours des mois, dont le dernier entré aujourd’hui.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets