Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

L’affaire Huawei

061218_meng_wanzhou

Mme Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei.

L’article de Marie Vastel et Karl Rettino-Parazelli (Le Devoir, 7 décembre) nous informait que « Huawei, la plus importante compagnie privée chinoise, est ciblée par plusieurs pays occidentaux, les États-Unis en tête, qui redoutent son emprise sur le déploiement du futur réseau de télécommunications 5G. Les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni (…) ont invoqué des risques pour la sécurité nationale en raison de soupçons d’espionnage, des allégations rejetées fermement par Huawei. (…) Ottawa fait pour l’instant bande à part. Pourquoi ? » poursuivait l’article. Le Premier ministre Trudeau a tenté une réponse tarte aux pommes : « Nous savons que la protection de la vie privée, la protection de nos citoyens, la protection de nos institutions, doit être une responsabilité primordiale pour tout gouvernement. C’est pour cette raison que nous suivons toujours les conseils et les recommandations faites par nos experts. »

Or, l’universitaire Paul Meyer, président de Pugwash Canada sur l’exécutif duquel je siège, a conclu une rencontre le 24 mai dernier de trois douzaines d’experts en politique internationale à l’École Balsillie de l’Université de Waterloo conviés à une conférence que je traduis par Guerre ou Paix dans le cyberespace : lieu ou non-lieu (去哪裡,去何處) de la cybersécurité. M. Meyer y a rappelé, à titre de diplomate canadien impliqué dans les questions de cybersécurité, que dès 2010, le Canada était fortement incité à développer une politique étrangère de cybersécurité, ce que les Affaires Globales (Ministère des Affaires étrangères) n’ont pas encore fait, se contentant de confier le gros de la responsabilité à un seul fonctionnaire, conseillé par M. Scott Jones, du Centre canadien de cybersécurité. En comparaison, le département des affaires étrangères de l’Australie a produit un document majeur et institué un Ambassadeur en Cyberaffaires, doté d’un budget conséquent en vue de développer une stratégie globale.

Il est d’autant plus important que le Canada agisse qu’il a lui-même incité le Groupe d’experts gouvernementaux de l’ONU dans le domaine de l’information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale (GGE) à travailler pour « un cyberespace gratuit, ouvert et libre ». Le moins qu’on puisse dire, à la lumière de l’affaire Huawei, c’est qu’une diplomatie plus forte est nécessaire pour contrer les dissensions entre la Chine et les États-Unis qui minent l’objectif de la préservation du caractère pacifique d’une entente coopérative souhaitable dans ce domaine.

Si la faute principale de madame Weng Manzhou, directrice financière de Huawai, est d’avoir contourné l’interdiction par Trump de transiger avec l’Iran, ce serait une bourde diplomatique majeure de la part du gouvernement Trudeau de la retenir prisonnière. Car signé par Obama, par toutes les puissances européennes ET LE CANADA, le traité avec l’Iran qui a accepté de ne pas enrichir son uranium au-delà d’un chiffre critique où il pourrait le convertir en arme nucléaire, fait encore force de loi, davantage que l’humeur belliqueuse de Trump qui l’a déchiré.

Évidemment, si madame Manzhou a commis une fraude bancaire ou s’est rendue coupable d’un espionnage avéré et prouvé, c’est une autre paire de manches. Mais, et Paul Meyer m’accuse gentiment d’angélisme artistique, plutôt que l’accuser en une cour de justice canadienne, ne serait-ce pas au GGE de se saisir du litige ? La question des pauvres moyens de l’ONU se pose immédiatement, face au scandale du financement interrompu par le gouvernement Trudeau de l’Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement. Connu sous l’acronyme UNIDIR, l’institut mène une lutte inégale contre les bombes à sous-munitions, les drones armés, les robots autonomes, la militarisation de l’espace et principalement depuis 2015, contre la cyberguerre. Ne serait-il pas opportun que les chercheurEs préoccupéEs par l’accroissement de menaces nationales (É-U, Chine et Russie) via le cyberespace, écrivent une motion commune pour que l’aide à l’UNIDIR soit rétablie et augmentée au-delà des montants ridicules accordés sous le gouvernement Harper ? Soustrayons des fonds aux ridicules dizaines de milliards de $ gaspillées en frégates et avions de chasse militarisés. Qu’attend le Canada pour s’objecter au militarisme et travailler pour la paix ?

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    26 janvier 2019    

    L’ambassadeur John McCallum (sous la menace d’être fusillé pour traîtrise par Andrew Scheer !?!) vient en ce 24 janvier 2019 d’affirmer raisonnablement que « La priorité du gouvernement du Canada, ainsi que la mienne, est d’obtenir la libération des deux Canadiens détenus arbitrairement en Chine et de veiller à la protection des droits de tous nos citoyens. Toutes les mesures prises par notre gouvernement sont axées sur leur sécurité. Cela restera notre priorité absolue jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux ».
    C’est son rôle premier, en effet, que nous endossons face à l’inadmissible peine de mort (celle-là pour vrai!), aux arrestations non motivées et annulations de contrats (Cirque du Soleil) exercées arbitrairement par les autorités chinoises.
    L’Honorable McCallum s’est aussi exprimé quant à la faiblesse des motifs pour arrêter madame Meng Wanzhou, arrestation que nous avions qualifiée de bourde diplomatique majeure, tout en nous réservant de changer d’idée si des accusations solides étaient déposées contre elle.
    Presque deux mois plus tard, les États-Unis n’ont toujours pas déposé ces preuves solides et la directrice financière de HuaWei est encore en liberté surveillée, après des semaines en prison en notre pays qui se targue d’administrer la justice sans considération politique mais obéit à une demande d’extradition encore imprécisée de la part du pays de M. Trump: on sympathise avec les Chinois quand ils expriment leur indignation, comme à TéléQuébec dans trois entrevues de Canadiens d’origine chinoise écoutés avec dignité par Benoît Dutrisac.
    N’est-il pas temps de permettre à madame Meng Wanzhou de rentrer chez elle retrouver son mari et ses enfants, en laissant derrière elle en gage ses propriétés de Vancouver?
    Mon commentaire a été publié par Le DEVOIR, 25 janvier, version électronique de l’éditorial de madame Corneiller, éditorial pro-canadien et anti-chinois contesté unanimement par tous les commentaires déposés à sa suite; le journal aura-t-il l’objectivité de refléter ces opinions de contestation dans une version écrite?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets