Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Jeux des pouvoirs, de la gloire et de l’arrogance

flamme-jo

Depuis deux semaines, tous les médias ne parlent que de médailles, ces pièces du couronnement d’athlètes qui ont investi leur vie dans un sport pour espérer toucher cette récompense et qui servent souvent de mercenaires à un système de propagande non dite.

Les pays les plus riches et les plus puissants sur le plan politique et militaire, les États-Unis en tête, la Chine, la Grande-Bretagne, la Russie et les autres veulent que leurs héros du stade brillent, car ils symbolisent leur puissance, mais ils étalent sur les podiums les inégalités et les pouvoirs économiques qui dirigent le monde.

Les présents jeux montrent aussi que la création de l’ennemi russe se poursuit. On a interdit la participation de la Russie, mais en permettant aux athlètes russes de participer sous le signe COR (Comité olympique russe). Les médias ont joint cette guerre idéologique contre la Russie au point de ne jamais prononcer le mot en R… Les journalistes ne prononcent jamais l’expression « Comité olympique russe » ni le mot Russie. Cette mesure est justifiée, dit-on, en raison des anciennes pratiques systématiques de dopage en Russie… Curieusement, il serait intéressant d’en savoir davantage sur les stratégies de dopage sophistiquées des autres pays dominants. On peut au moins émettre quelques doutes.

En somme, les pays dominants sont nord-américains, chinois et européens. Comme symboles, il faudrait empiler toutes les médailles des pays de tous les autres continents pour tenter d’égaler les États-Unis; ce jeu est futile certes, mais illustre les inégalités sociales et économiques sur la planète.

En principe, les Jeux olympiques symbolisent la recherche de l’harmonie, de la fraternité et de la paix, mais l’étalage de cette arrogante démonstration des pouvoirs de divers types finit par jeter de l’ombre sur les performances impressionnantes des athlètes en premier lieu, mais surtout à cacher les jeux de coulisse pour en arriver à l’expression de la gloire des puissants et de l’esprit de domination.

3 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    8 août 2021    

    Les arguments de mon collègue André Jacob se renchérissent d’une accusation de sexisme, quand les autorités canadiennes olympiques, qui avaient bien choisi DEUX porte-drapeaux pour la cérémonie d’ouverture, un homme et une femme, ne choisissent qu’un homme pour la cérémonie de fermeture, alors que les femmes viennent de remporter la très grande majorité des médailles! Le choix de David Warner s’imposait évidemment, puisqu’au décathlon – discipline reine des Jeux – il a brisé le record olympique. Mais le maniaque de soccer que je suis l’aurait accompagné de Stéphanie Labbé, la souriante gardienne de but qui a permis à l’équipe canadienne de survoler la compétition jusqu’à la médaille d’or, ou de Christine Sinclair, sa capitaine, championne historique de buts dans son sport en compétitions mondiales (plus de 300!); notons que se sachant sur son déclin, elle a en un rare exemple de geste humble de responsabilité qui pour ma part, accroît son caractère légendaire, confié à deux reprises le ballon de penalty à la jeune Fleming qui grâce à ses deux buts en ces occasions tendues a propulsé l’équipe d’abord vers la finale puis en prolongation du match de la médaille d’or. Mais de grâce, un peu de retenue, chers médias qui s’époumonnent sur une performance exceptionnelle, la 11e place pan-olympique du Canada est un modeste succès, compte tenu du retard de seize médailles sur l’Italie en 10e place et que ses sept médailles d’or égalent le résultat de Cuba si désavantagé par les sanctions économiques appliquées par le gouvernement canadien à son endroit.
    En conclusion non politique, je reprends les mots de mon collègue, impressionné par plusieurs performances qu’on n’attendait pas, comme celle de notre haltérophile de Rimouski ou notre cycliste Lauriane Genest. Espérons qu’aucune de ces performances ne seront ultérieurement ternies par une conviction de dopage, mais là-dessus, on se félicite du travail colossal accompli par la directrice du Laboratoire de contrôle de dopage de l’INRS, la docteure Christiane Ayotte. Espérons que l’équipe russe aura retenu la leçon et pourra revenir en son nom propre aux prochains Jeux pour confirmer son impressionnante troisième place.

  2. 9 août 2021    

    Je ne peux que souscrire aux ajouts pertinents de l’artiste pour la paix, Pierre Jasmin. D’ailleurs, les enjeux politiques et sexistes autour de ces jeux mériteraient une analyse plus fine, plus exhaustive et plus rigoureuse que la mienne pour faire ressortir toutes les contradictions inhérentes à ce système.
    D’ailleurs, la couverture médiatique complaisante, sans réflexe critique, mérite aussi une étude approfondie des tenants et aboutissants.

  3. Claude Morin Claude Morin
    15 août 2021    

    Bravo André et Pierre de nous rappeler que derrière les exploits méritoires des athlètes il y a un immense système mercantile globalisé et une géopolitique. Nous ne devons pas être insensibles à ces deux réalités et au rôle des médias dans l’entretien d’une image héroïque du sport qui est pour la majorité des audiences un spectacle. Il y a une autre réalité à laquelle je suis sensible moi qui à l’approche de ses 80 ans a toujours été un adepte de la pratique sportive, conscient des bénéfices qu’elle apporte au plan physique, social et mental. J’ai une énorme admiration pour le décathlète Damian Warner. Ayant tâté vers 20 ans les dix disciplines qu’il maîtrise je peux estimer ce que cela signifie d’entraînement, de contrôle de plusieurs techniques. Il est la remarquable incarnation de la devise: « plus vite » (courses), « plus haut » (sauts), « plus fort » (lancers) et le tout dans un « ensemble ». Je souhaite qu’il inspire des cohortes de jeunes gens les incitant au dépassement dans le sport qu’ils choisiront et en se gardant à l’abri des drogues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets