Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

« Honte aux journalistes » !

nils_melzer-Jean-Marc Ferré onu

Nils Melzer. Photo : Jean-Marc Ferré/ONU

C’est le cri d’indignation que lance le rapporteur contre la torture du Conseil des Droits de l’Homme – ONU, Nils Melzer, en comparant dans un article-choc du Monde Diplomatique (numéro du mois d’août)

  • le traitement de faveur autrefois accordé au général Pinochet, relâché par la justice britannique, malgré sa culpabilité de tortures infligées à des centaines de milliers de Chiliens;
  • et celui infligé à Julian Assange, dénonciateur via Wikileaks des tortures et des crimes contre l’humanité infligés par l’armée américaine, entre autres en Iraq.

 

« Aucun [journal] ne demande aux gouvernements impliqués de rendre compte de leurs crimes [énoncés tout au long de l’article, en particulier l’attentat à l’état de santé d’Assange par des détentions illégales en isolement] et de leur corruption; aucun n’a le courage de poser des questions gênantes aux dirigeants politiques. Ils ne sont plus que l’ombre de ce qui était autrefois le quatrième pouvoir », conclut-il.

Il se permet même d’établir une comparaison qui va faire sursauter ceux qui accusent constamment Poutine d’être le nouvel Hitler :

« La presse établie aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie [il aurait pu ajouter au Canada] ne semble toujours pas avoir compris le danger existentiel que le procès Assange représente pour la liberté de presse, le respect des procédures, la démocratie et l’État de droit. La douloureuse vérité est qu’il suffirait que les principaux organismes médiatiques de l’« anglosphère » en décident ainsi pour que la persécution d’Assange prenne fin dès demain. »

« Le cas d’Ivan Golounov, un journaliste d’investigation russe spécialisé dans la dénonciation de la corruption, peut servir d’exemple. Lorsque Golounov fut soudainement arrêté pour trafic de drogue présumé au cours de l’été 2019, la presse russe grand public comprit immédiatement de quoi il retournait. « Nous sommes Ivan Golounov » proclamèrent les « unes » identiques de trois importants quotidiens russes, Vedomosti, RBK et Kommerzant. Ces trois journaux mirent ouvertement en doute la légalité de l’arrestation de Golounov, soupçonnèrent qu’il était persécuté pour ses activités journalistiques et exigèrent une enquête approfondie. Prises en flagrant délit et placées sous les projecteurs de leurs propres médias, les autorités russes firent marche arrière quelques jours plus tard. Le président Vladimir Poutine tint à ordonner la libération de Golounov et à limoger deux hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Ce qui prouva que l’arrestation de Golounov n’était pas le résultat de la mauvaise conduite de quelque officier de police incompétent, mais avait été orchestrée au plus haut niveau.

Il ne fait aucun doute qu’une action de solidarité comparable menée conjointement par The Guardian, la British Boadcasting Corporation (BBC), The New York Times et le Washington post mettrait immédiatement fin à la persécution d’Assange », sans même attendre au 15 octobre prochain.

Nos journalistes semblent avoir peur de mentionner l’ONU

C’est l’impression que donnent Le Devoir, La Presse, le Globe & Mail, etc. alors que peu des sujets abordés par notre site ne trouve preneur, pas même dans les lettres ouvertes :

  • Censure imposée par l’OTAN concernant la guerre « héroïque » en Ukraine à laquelle le Canada contribue en envoyant des armes pour faire tuer les Ukrainiens.
  • Censure visant les propos du Secrétaire général des Nations Unies, du pape et des chefs des gouvernements de gauche d’Amériques latines, tous unanimes à réclamer des négociations aussi réclamées par les APLP depuis la fin février!
  • Censure visant l’objectif de DÉSARMEMENT prôné par l’ONU.
  • Censure à propos des actions anti-nucléaires, dont le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires, pourtant appuyé par les deux tiers des pays du globe et dont les signatures et ratifications progressent à 81.
  • Censure sur toute dénonciation des absurdes dépenses militaires canadiennes – F-35, frégates d’attaque à plus de deux cents milliards de $ qui grugent les budgets sociaux.
  • Aucun écho sur notre défense des Wet’suwet’en attaqués par la GRC imposant un gazoduc sur leur territoire.

 

Que dire de moins que « honte aux journalistes », tout en comprenant les chantages des boss et la difficulté de s’accrocher à un emploi permettant de nourrir sa famille et qui sait, d’empêcher une désinformation plus généralisée encore.

 

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    20 août 2022    

    L’Aut’Journal http://www.lautjournal.info vient de publier notre article; il faut dire que ses journalistes ont le moins de raisons de se sentir visés. On les remercie vivement, aussi pour la belle photo de notre héros commun Julian Assange:
    https://lautjournal.info/20220819/honte-aux-journalistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets