Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Échec des négociations pour renforcer le TNP

ambasadeur-nebenzya

L’ambassadeur russe Vasily Nebenzya à l’ONU le 22 août 2022.
Photo : Lev Radin/Pacific Press

La Conférence sur le Traité de non-proliférations des armes nucléaires (NPT Review Conference) a échoué dans sa tentative de parvenir à un accord visant à renforcer le TNP. Les 191 pays impliqués dans le Traité ont tenté d’en réaffirmer les objectifs de base pour le rendre plus efficace. Les critiques dénoncent de nombreuses infractions aux termes du TNP, qui interdit de transférer des armes nucléaires vers des pays non-nucléarisés.

Une ébauche de résolution de 36 pages, a été rejetée vendredi par la Russie à cause de la mention du risque potentiel autour de l’occupation de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhia.

Les délégations occidentales influencées par l’OTAN insistaient pour inclure cette réserve dans le document final de la Conférence et demander l’envoi d’inspecteurs de l’Agence Internationale d’Énergie Atomique dès que possible (ce que la Russie avait accepté en principe). La délégation russe a insisté pour séparer cette question d’actualité d’un document qui devrait concerner une période d’évaluation définie, en général de cinq ans, et que l’attention devait donc être portée sur des questions globales plutôt que d’inclure des points de politisation spécieux concernant une situation précise qui pourrait se régler dans un futur proche.

Selon l’agence TASS, la délégation de la Fédération russe a fait valoir que « les États occidentaux, l’Ukraine et les responsables de régime de Kyiv portent l’entière responsabilité pour le résultat négatif de la Conférence. Elle a fait l’objet d’un chantage politique qui a empoisonné les discussions pendant quatre semaines avec de fausses déclarations infondées et biaisées au sujet de l’Ukraine. Ces États ont tout fait pour empêcher une conférence constructive. Leur volonté d’imposer un langage politique inacceptable concernant les affaires ukrainiennes est de la pure provocation de la part de ceux qui sont prêts à sacrifier un processus d’évaluation du TNP en marche depuis des années, pour régler des comptes avec la Russie en soulevant des sujets non directement reliés au traité. Cette approche contrevient aux priorités du TNP, à savoir créer une atmosphère internationale positive permettant de progresser vers le désarmement nucléaire, ce qui requiert les efforts conjoints des états nucléaires et non-nucléaires. »

La Conférence, retardée de deux ans à cause de la pandémie, était la première depuis l’entrée en vigueur l’année dernière grâce à un vote majoritaire à l’ONU du TIAN – Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires.

Béatrice Fihn, directrice d’ICANW.org : « À une époque où un état signataire du TNP se sert de son poids nucléaire pour faciliter une invasion illégale, et où les états nucléaires ont non seulement échoué dans leurs obligations de désarmement mais dépensé plus de 82 milliards de $ pour mettre à jour et entretenir leur arsenal, quand le risque que l’un d’eux se serve de ses armes nucléaires est plus grand que jamais, l’échec de la Conférence de parvenir à un accord est carrément inexcusable ».

L’américain Daryl Kimball, directeur de la Arms Control Association : « Le TNP est cité comme pierre angulaire du désarmement nucléaire mondial, mais les récentes discussions ont révélé des fissures dans les fondations du Traité et des dissensions entre les États nucléarisés. La Russie aurait pu être plus conciliante sur la façon dont la Conférence mentionne la crise de Zaporizhia, mais l’ébauche de texte issu des discussions montre clairement que le Traité est appuyé par une majorité. Le problème est le manque de leadership et d’actions concrètes ».

Le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute) a publié en juin dernier son rapport 2022 qui démontre que les arsenaux nucléaires mondiaux vont augmenter au cours de la prochaine décénnie, pour la première fois depuis la Guerre froide.

3 Commentaires

  1. Pascale Camirand Pascale Camirand
    29 août 2022    

    Quelle nouvelle malheureuse et révoltante !!!! Il faut continuer le travail de négociation. Peut-être que de meilleurs résultats viendront plus tard, en terme d’années.

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    30 août 2022    

    HYPOCRISIE ET MENSONGE PUR ET SIMPLE DES ÉTATS DOTÉS D’ARMES NUCLÉAIRES

    Par Jackie Cabasso*

    Un festival de quatre semaines de doubles standards

    NEW YORK (IDN) — La 10e Conférence d’examen du TNP n’a pas échoué car elle n’a pas pu produire de document final. Il a échoué parce que les États dotés d’armes nucléaires n’ont pas rempli leur obligation fondamentale de désarmement nucléaire en vertu de l’article VI du Traité, contractée il y a 52 ans, ni sur les promesses et les engagements d’actions qui conduiraient au désarmement nucléaire qu’ils ont acceptés en dans le cadre de la prorogation indéfinie du Traité en 1995 et dans les documents finaux de 2000 et 2010.

    Au contraire, c’est presque comme si ces engagements avaient fait marche arrière. Tous les États dotés d’armes nucléaires détournent de vastes sommes de ressources humaines et économiques en s’engageant dans des programmes visant à améliorer qualitativement et, dans certains cas, quantitativement leurs arsenaux nucléaires ; le rôle des armes nucléaires dans les politiques de « sécurité » s’accroît, et des menaces nucléaires sont proférées ouvertement et secrètement, justifiées comme éléments légitimes de la « dissuasion » nucléaire.

    En 1946, Lewis Mumford écrivait : « Vous ne pouvez pas parler comme des hommes sains d’esprit autour d’une table de la paix alors que la bombe atomique elle-même tourne en dessous. Ne traitez pas la bombe atomique comme une arme offensive ; ne le traitez pas comme un instrument de la police. Traitez la bombe pour ce qu’elle est : la folie visible d’une civilisation qui a cessé de vénérer la vie et d’obéir aux lois de la vie.

    Assis dans le sous-sol des Nations Unies pendant les quatre dernières semaines, en observant les sessions du TNP qui étaient ouvertes à la société civile, c’était littéralement comme regarder des hommes fous (principalement) autour de ce qui est censé être une table de paix, maintenant avec la bombe à hydrogène tic-tac dessous ce.

    À l’heure actuelle, c’est de la manière la plus flagrante que la Russie menace et utilise la force contre l’intégrité territoriale et l’indépendance politique d’un autre État, à savoir l’Ukraine, notamment en occupant militairement la plus grande centrale nucléaire d’Europe, Zaporizhzhia, alors que les deux parties s’accusent mutuellement de bombarder la plante.

    Lors de la séance plénière de clôture vendredi soir (26 août), le refus de la Russie d’accepter un libellé dans le projet de document final exprimant « une grave préoccupation pour les activités militaires menées à proximité ou à…. la centrale nucléaire de Zaporizhzya, ainsi que la perte de contrôle par les autorités ukrainiennes compétentes sur ces sites à la suite de ces activités militaires… » et d’autres propos concernant Zaporizhzya, était la raison apparente pour laquelle un consensus n’a pas pu être atteint sur un document final.

    Apparemment, la Russie aurait voulu que l’Ukraine soit blâmée pour le bombardement de Zaporizhzya, et bien que la Russie ne soit pas nommée dans le projet de document, il aurait dû être clair dès le début pour les États parties, en particulier les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, que ce langage serait rejeté par la Russie.

    Affirmant que le langage était « manifestement politique », la Russie a affirmé que si le consensus n’a pas pu être atteint, c’est parce que de nombreuses délégations n’étaient pas d’accord sur une foule de questions. En effet, il ressortait clairement des déclarations de clôture que de nombreux gouvernements, en particulier ceux du Sud, étaient mécontents du projet de document final.

    Tout en indiquant qu’ils auraient été disposés à l’accepter en tant qu’expression de solidarité en cette période de grave crise internationale, ils ont estimé qu’il était très faible, avec de nombreuses lacunes, en particulier le manque de repères, de délais et d’objectifs mesurables pour le désarmement nucléaire. .

    Alors que les États dotés d’armes nucléaires avaient apparemment été disposés à accepter de vagues réengagements vis-à-vis des obligations précédentes dans le projet de document final, ils n’étaient pas disposés à s’engager sur une voie concrète pour y parvenir.

    Dans un projet de document dont les quatre autres États dotés d’armes nucléaires devaient savoir qu’ils ne parviendraient pas à un consensus, cela ne peut être considéré que comme l’incarnation de la mauvaise foi, au cours d’un festival de quatre semaines de doubles standards, d’hypocrisie et de mensonge pur et simple de la part du nucléaire- États armés.

    À mon avis, ce qui s’est passé était le meilleur résultat parmi une liste de mauvais résultats possibles. Si le faible projet de document final avait été adopté par consensus, il aurait dissimulé la très réelle division des points de vue entre les États parties et envoyé un message trompeur au public mondial selon lequel tout va bien.

    En consignant leurs griefs, après qu’il était clair que le consensus avait échoué, les États non dotés d’armes nucléaires ont averti les États dotés d’armes nucléaires qu’ils ne souhaitaient plus tolérer le « statu quo ». J’espère que cela aura pour effet de mettre la pression sur les États dotés d’armes nucléaires pour qu’ils fassent quelque chose pour démontrer leur engagement envers leurs obligations au titre de l’article VI au cours du prochain cycle d’examen.

    Comme l’a dit l’Ambassadeur Alexander Kmentt, au nom de l’Autriche : « Nous espérons que le résultat profondément insatisfaisant de cette conférence d’examen servira de signal d’alarme. L’Autriche ne se lassera pas de travailler pour mettre en œuvre le TNP et le TPNW [Traité sur l’interdiction des armes nucléaires]. Nous n’avons pas d’autre choix étant donné les dangers et les risques existentiels des armes nucléaires.

    « Utilisations pacifiques »

    Un aspect de cette conférence d’examen qui mérite un examen plus approfondi est la promotion hyperbolique des « utilisations pacifiques » de la technologie nucléaire par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et la plupart des États parties, dotés d’armes nucléaires et exempts d’armes nucléaires. L’article IV du TNP confère à tous les États parties un « droit inaliénable » à la technologie nucléaire pacifique. Dans le projet de document final :

    « La Conférence souligne que les activités de l’AIEA dans le domaine de la coopération technique et des applications nucléaires contribuent de manière importante à la satisfaction des besoins énergétiques, à l’amélioration de la santé humaine et animale, à la lutte contre la pauvreté, à la protection de l’environnement, au développement de l’agriculture, à la gestion de l’utilisation des ressources en eau, optimiser les processus industriels et préserver le patrimoine culturel, contribuant ainsi à améliorer la qualité de vie et le bien-être des peuples du monde.

    Contrairement à l’absence de mesures pour faire avancer le désarmement nucléaire, le projet de document final comprend une longue liste d’activités spécifiques pour promouvoir et étendre davantage les utilisations « pacifiques » de la technologie nucléaire.

    A écouter les déclarations des gouvernements et à lire leurs documents de travail, on pourrait être amené à croire que le nucléaire résoudra tous les problèmes du monde. Pourtant, la plupart sinon la totalité de la technologie nucléaire est intrinsèquement à double usage.

    Dans le contexte des préoccupations persistantes en matière de prolifération et de l’alarme palpable concernant les dangers nucléaires croissants à Zaporizhzya, personne n’a mis en doute la sagesse de re-légitimer et de réinvestir dans la technologie nucléaire « pacifique ». Un examen de ce paradoxe s’impose. [IDN-InDepthNews – 28 août 2022]

    IDN est l’agence phare du Non-profit International Press Syndicate.

    Cet article est publié sous la licence internationale Creative Commons Attribution 4.0. Vous êtes libre de le partager, de le remixer, de le modifier et de le développer à des fins non commerciales. Veuillez donner le crédit dû.

    ……………………….

    *L’auteur est le directeur exécutif de la Western States Legal Foundation, qui a participé à la dixième conférence d’examen du TNP, qui s’est terminée le 26 août.

  3. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    1 septembre 2022    

    Désolé pour les fautes d’orthographe et l’incohérence en français du document précédent, mis à notre disposition par L’ AUTRICE de la Western States Legal Foundation.
    Voici maintenant trois points tirés de la conclusion de la déclaration d’un autre participant à la conférence, le colombo-canadien César Jaramillo, directeur de Project Ploughshares et de l’exécutif de Pugwash Canada (?):
    « La conférence a mis à nu le manque total d’appétit des États dotés d’armes nucléaires pour tout engagement concret qui remettrait en question leurs doctrines sur les armes nucléaires de manière significative.
    Tout aussi claire était la frustration généralisée d’un nombre croissant d’États face à la formidable résistance à des progrès crédibles en matière de désarmement nucléaire par le camp des États dotés d’Armes Nucléaires.
    Le point de division fondamental de la conférence n’a jamais été le conflit ukrainien. La division essentielle était plutôt que les États non armés nucléairement voulaient tracer une voie crédible vers le désarmement nucléaire avec la mise en œuvre de bonne foi d’engagements concrets, tandis que les neuf pays armés voulaient maintenir le statu quo. Et ils ont gagné. Pour l’instant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets