Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Discours de paix ignorés par nos médias

Pierre Jasmin est membre de Pugwash depuis 2006.

pugwash-talibans

Rencontre 2013 à Dubai aux Émirats arabes unis de dirigeants Talibans avec le Secrétaire-Général des Conférences Pugwash, Paolo Cotta-Ramusino, troisième à partir de la gauche.

Positions de paix claires

«L’invasion américaine de l’Afghanistan en octobre 2001 était criminelle. Criminelle en raison de l’immense force utilisée pour démolir l’infrastructure physique de l’Afghanistan et pour briser ses liens sociaux », écrivaient le 7 mai dernier Noam Chomsky et Vijay Prashad. Il y a trois semaines, Owen Ford de la Coalition Hamilton pour Arrêter la Guerre écrivait (bravo au Hamilton Spectator qui a publié sa lettre), en réaction à un éditorial typique des mauvais éditos canadiens, trop proches du pouvoir et de l’armée :

Plutôt que « l‘important travail non fini » de sauver des traducteurs afghans de la colère des forces talibanes qui balayent rapidement ce pays, nous considérons qu’un travail efficace consisterait à éviter de tels échecs lamentables à l’avenir.

Après de longues années, qu’avons-nous accompli ? Au moins 125,000 Afghans (180 000, écrit François Brousseau dans Le Devoir aujourd’hui) ont perdu la vie, cinq millions de plus ont été chassés de leur pays pour trouver leur chemin ailleurs dans le monde en tant que réfugiés [joints aux 82 millions comptabilisés par le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés], deux millions de plus sont déplacés à l’intérieur. Au cours des vingt années de guerre, l’Afghanistan est devenu l’un des pays les plus pauvres du monde, avec le revenu des femmes et leur participation à la vie sociale tombant aux plus bas niveaux.

Cent soixante-cinq soldats et diplomates canadiens ont sacrifié leur vie, avec bien davantage de blessés et d’autres accablés à vie par les conséquences du stress post-traumatique. La démocratie canadienne elle-même a été endommagée par la prorogation cynique du Parlement par Stephen Harper pour éviter la question de torture et d’abus des détenus afghans et le peuple canadien a été dépouillé de 18 milliards de dollars, un chiffre conservateur, qui aurait été mieux dépensé pour améliorer la vie familiale des Canadiens à la maison.

Il est clair que l’adhésion du Canada à l’OTAN nous expose à un risque continu de nouvelles guerres désastreuses et que, dans l’intérêt de la paix intérieure et mondiale, nous devons sortir de cette institution obsolète, qui a plus à voir avec la laide projection du pouvoir impérial américain que la sécurité et la défense du peuple canadien.

Le patient travail des Conférences Pugwash

Depuis septembre 2012, grâce aux Conférences Pugwash pour la Science et les Affaires Internationales (prix Nobel de la Paix 1995), au moins deux rencontres annuelles s’organisent à Dubaï aux Émirats Arabes Unis et à Doha au Qatar en discussions avec les dirigeants des Talibans afin d’en arriver à établir des programmes de paix politiquement consensuels. Les conservateurs de Harper encourageaient plutôt les expéditions armées canadiennes pour tuer le plus possible de Talibans avec le général Rick Hillier. L’avènement de Trudeau a un peu amélioré nos rapports avec les Talibans, lorsqu’il a pris dès 2015 la décision de retirer les troupes canadiennes. Mais on frémit à lire, à l’occasion de ce qu’on appelle « la chute de Kaboul », les prises de position consternantes des éditoriaux et des chefs des six partis canadiens – les médias encouragent leurs lecteurs et spectateurs à compter dans les rangs des partis dits démocratiques le Parti Populaire Canadien du riche complotiste Maxime Bernier, partisan de Trump !

Le journal l’Humanité interviewe la députée Farkhunda Naderi, exilée en Ouzbékistan, qui a encouragé ces rencontres internationales :

« Les talibans ne veulent pas diriger un pays qui n’aurait aucune légitimité et en l’absence de connexion avec ses voisins, avec la région et avec le monde. Rien n’est impossible. Au début de la pandémie, personne ne savait comment faire et maintenant il y a des vaccins. C’est pareil pour l’Afghanistan. S’il y a une volonté commune de faire quelque chose, ce n’est pas impossible. Les talibans sont des êtres humains (…) avec leurs vues, leur logique, leur philosophie politique. Nos partenaires en Afghanistan n’ont pas été assez persévérants pour imposer des réformes et faire suffisamment pression pour ne pas quitter le pays en le laissant dans cette situation. C’est honteux. L’extrémisme n’existe pas qu’en Afghanistan, le monde entier est menacé. Personne ne peut prétendre qu’il est à l’abri. »

Retours en arrière

Ma première réaction à des rationalisations sur la nature misogyne des Talibans qui n’ont pas attendu la tombée du gouvernement inféodé Ashraf Guani (qui a néanmoins eu le mérite de reconnaître sa défaite), fut d’émettre une comparaison osée : « Peut-on enfin tirer une leçon morale de deux situations similaires, un prince officier de l’armée qui viole une fille de 16 ans pour l’initier à la sexualité (selon Epstein ?) et des armées de l’OTAN qui envahissent des pays pour leur apprendre …la démocratie ? »

J’ai terminé mes études au Conservatoire de Moscou le 1er janvier 1979. C’était quelques semaines avant que les troupes armées de l’URSS « envahissent » l’Afghanistan, répondant à l’appel du parti communiste au pouvoir dans le cadre des accords de défense mutuelle qui liaient l’URSS à l’État afghan. Contrairement aux chaos du Vietnam le 30 avril 1975 et de Kaboul hier à l’aéroport, le retrait des forces soviétiques laissa place en 1989 à un gouvernement composé de plusieurs ministres-femmes qui survivra jusqu’en 1996.

Armé par les États-Unis sur les conseils de la CIA, un gouvernement islamiste accèdera alors au pouvoir qu’il occupera deux années de moins, puisqu’en 2001, il sera déposé par une invasion américano-britannique-canadienne. C’était pour appréhender le saoudien Oussama ben Laden, auteur des bombardements des tours jumelles de Manhattan 9/11, que les USA auraient pu éliminer par une opération comme celle menée au Pakistan dix ans plus tard par Obama. Mais les Républicains préfèrent déclarer des guerres, comme celle en 2003 contre l’Iraq, à laquelle Jean Chrétien sous nos conseils refusa de s’allier mais pas ses successeurs, y compris Trudeau.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    18 août 2021    

    Précisions à la suite de commentaires reçus :
    1- Organisme de paix constitué de savants universitaires à travers le monde, Pugwash est à l’opposé du spectre politique d’avec les Talibans, de pauvres gens d’abord exploités par des seigneurs de la guerre producteurs d’opium; ils se sont révoltés en adoptant un fondamentalisme religieux ignare, manipulé par la CIA qui en a fait avec les conseils de Donald Rumsfeld des terroristes sunnites opposés à l’Union soviétique dont les idéaux d’égalité de la femme heurtaient les commandements du Coran. On se souvient que ce même conseiller militaire américain avait équipé Saddam Hussein de gaz toxiques pour éliminer la résistance kurde et qu’il a utilisé ses liens criminels avec Hussein pour inciter l’Iraq à mener une guerre fratricide (un demi-million de morts au moins) avec l’Iran chiite.
    2- Le 1er janvier 1979 quand je quitte le Conservatoire de Moscou à la gare où mes amis m’ont accompagné pendant des heures, vu le retard de mon train à cause d’une température record de moins 40 degrés, les petites heures de la nuit sont propices aux confidences. Comme tous les artistes du monde, ils sont antimilitaristes, d’autant plus que l’armée soviétique s’apprête à se déployer en Afghanistan. Bien qu’appelée par le gouvernement afghan pour l’aider à résister aux moudjahidines seigneurs de la guerre, les guerriers soviétiques susciteront une vive résistance par leurs huit ans d’occupation (les Québécois peuvent le comprendre, à la suite du traumatisme de quelques mois d’occupation de l’armée canadienne en 1970-71). Mes amis russes seront plus tard, pour le peu que j’en sache à travers le film que je tourne à Moscou en 1987 pour mon ami martin Duckworth, en faveur de la Perestroïka de Gorbatchev et de l’amitié pro-russe (et non plus pro-militaro-soviétique du gouvernement autonome afghan). Ce gouvernement restera au pouvoir avec des femmes-ministres jusqu’en 1996.
    3- C’est l’année où hélas, avec l’aide financière et des missiles fournis par les États-Unis, les Talibans accèdent au pouvoir illégitime à Kaboul jusqu’en 2001 où leur appui à Oussama Ben Laden leur vaudra une invasion militaire. Ce qui n’empêche pas les Artistes pour la Paix idéalistes de manifester avec les comédiens Casabonne et Bussières contre leur propre gouvernement qui participe à cette invasion. Comme pacifistes, nous nous opposons à l’occupation brutale de l’Afghanistan, entre autres par les militaires envoyés plus tard à Kandahar par le conservateur Harper et le général Rick Hillier. Aujourd’hui, c’est davantage l’humiliation de la défaite que la compassion pour les femmes afghanes qui déchaîne le parti d’Erin O’Toole contre les Talibans.
    4- Dès 2012, constatant que la résistance patriotique afghane s’organisait autour de la force militaire des Talibans, Pugwash prend contact avec leurs leaders en deux pays musulmans qui n’ont rien à voir avec l’Arabie Saoudite, château-fort des Américains, pour les inciter à assurer intelligemment leur conquête du pouvoir; saluons l’amnistie générale décrétée par le nouveau pouvoir afghan envers tous les fonctionnaires d’État en poste, mesure qui tente de juguler le chaos entretenu par les hordes fanatiques de la charia visant surtout les femmes de leur haine.
    5- Plutôt que d’ostraciser un pays entier à cause d’une faction financée à l’origine par la CIA, le Canada devrait reconnaître le nouveau pouvoir, de façon à au moins échanger pour identifier des seigneurs de la guerre assassins qui voudraient profiter de notre hospitalité qu’on devrait, en priorité, offrir aux femmes afghanes, par exemple les juges menacées par des criminels talibans libérés par la révolution qu’elles avaient contribué à mettre sous les barreaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets