Evénements du mois

Activités de nos membres










Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Demandons un débat des Chef(fe)s sur la crise climatique

 

crise-climatique

Une pétition lancée par VireAuVert.org et appuyée par Eau Secours ! et les Artistes pour la Paix :

Les scientifiques le répètent : nous devons réduire drastiquement et dès maintenant nos émissions de gaz à effet de serre pour limiter les impacts des changements climatiques sur la santé, l’économie, la qualité de vie et sur la sécurité publique.

Or, les gaz à effet de serre continuent d’augmenter au Québec et nous en subissons déjà certaines conséquences : tornades, inondations, canicules, redoux hivernaux, nouvelles maladies, etc.

La crise climatique a des effets qui touchent tous les secteurs, que ce soit l’agriculture, l’alimentation, le transport, les milieux naturels, la gestion de l’eau, la santé et la sécurité publique.

Prendre les bonnes décisions maintenant, c’est adapter et préparer le Québec à faire face aux défis qui nous attendent, c’est rendre nos milieux de vie plus agréables, plus sains, plus équitables, plus verts, plus résilients.

Pour faire un choix de vote éclairé, les électeurs et électrices méritent d’avoir l’heure juste sur la vision d’avenir de ceux et celles qui veulent les représenter pour les 4 prochaines années et de connaître les solutions proposées pour faire face à la crise écologique et climatique. L’enjeu est trop important pour ne lui consacrer que quelques minutes lors des débats traditionnels*.

Voilà pourquoi nous demandons aux médias d’information québécois** d’organiser un débat des Chef(fe)s spécifiquement sur les impacts de la crise environnementale et climatique sur l’économie et la société et les solutions proposées par les partis. 

Signez la pétition en cliquant ici.

*Soulignons qu’en 2018, lors du «Face-à-Face Québec 2018» organisé par TVA, aucun segment n’a été dédié au climat et à l’environnement. Il en a été brièvement question dans le segment «Économie et finances publiques», à la toute fin du débat. Lors du même exercice présenté à Radio-Canada, «Le Grand débat des chefs 2018», seules 16 minutes y ont été consacrées sur les deux heures.

**Radio-Canada, Les Coops de l’information, Le Devoir, La Presse, L’actualité, Noovo, TVA.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets