Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Synchronicité en ce 21 septembre

Plusieurs événements aux rapports lointains sont venus s’imbriquer à l’occasion de la Journée internationale de la paix (ONU) pour conférer un sens bien particulier à ce 21 septembre.

• Les Artistes pour la Paix ont décidé cette année d’honorer la militante Lucia Kowaluk (1934-2019), à titre posthume. Mme Kowaluk fut très active dans la lutte communautaire dans le quartier Milton Parc, la préservation du patrimoine bâti, les coops d’habitation, l’organisme Rue des femmes, l’aide aux itinérant-e-s, pour ne nommer que ces combats.

• Un de ces combats concernait la démolition de l’échangeur Parc-des Pins et le rezonage du secteur. La Ville de Montréal décida de zoner un terrain autrefois situé dans l’échangeur en plein milieu de la voie nord de l’avenue du Parc, comme parc, donc imbâtissable. Cet espace vert devait devenir officiellement le parc Lucia-Kowaluk le 21 septembre.

echangeur_parc_pins

L’échangeur avant sa démolition.

• La cérémonie de remise des Prix APLP devait avoir lieu le 21 avril, mais fut annulée pour cause de pandémie. On choisit le 21 septembre, Journée de la Paix, mais Montréal bascula en alerte orange la veille ! Heureusement, l’arrondissement Plateau-Mont-Royal n’annula pas la cérémonie de baptême du parc.

dimitri_1

L’échangeur envolé, place au parc. Photo Black Rose Books

• Le 21 septembre n’est officiellement reconnu au Québec comme Journée internationale de la paix que depuis 2008. Le député de Mercier Daniel Turp déposait en 2007 à l’Assemblée nationale la Loi proclamant la Journée internationale de la paix, qui devint loi l’année suivante. Les APLP ont désigné M. Turp comme Ami de la Paix 2020, pour cette initiative, mais surtout pour ses démarches juridiques continuelles pour mettre un terme aux exportations d’armes canadiennes vers l’Arabie saoudite.

• Le conjoint de feue Mme Kowaluk, l’éditeur Dimitri Roussopoulos, fut vice-président des APLP sous la présidence d’Antonine Maillet en 1990.

De la convergence de tous ces éléments naquit un événement bref mais significatif.

La cérémonie organisée par l’arrondissement Plateau-Mont-Royal a réuni la responsable de la démocratie et de la transparence, des communications et de l’expérience citoyenne ainsi que du patrimoine au comité exécutif, Émilie Thuillier, Luc Rabouin, maire du Plateau-Mont-Royal, l’honorable Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien, Jennifer Maccarone, députée de la circonscription de Westmount–Saint-Louis à l’Assemblée nationale du Québec, M. Roussopoulos ainsi que plusieurs responsables de coopératives et groupes communautaires. Plusieurs résidents de Milton Parc étaient présents.

dimitri_2

Dimitri Roussopoulos. Photo Le Plateau-Mont-Royal

« Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de la paix. C’est le meilleur jour pour inaugurer le parc Lucia-Kowaluk, car il est conforme à ses valeurs les plus fondamentales. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois dans le mouvement antiguerre à Montréal, et le reste appartient à l’histoire. Ce parc deviendra le lieu où les citoyens se rencontreront et discuteront ensemble de leurs préoccupations et de leurs idées sur la manière de faire avancer plus rapidement notre ville vers une base unique. La liberté de parole et de réunion sera semée dans tout l’espace de ce parc et rayonnera vers l’extérieur pour embrasser l’ensemble de Montréal. Ensemble, nous nous rencontrerons et nous nous exprimerons contre la guerre et le militarisme, contre ceux qui exploitent la nature pour eux-mêmes. Avançons main dans la main vers une ville démocratique, une ville écologique, fondée sur la justice sociale », a déclaré Dimitri Roussopoulos.

Pierre Jasmin, membre honoraire des APLP, remit le Prix-hommage à M. Roussopoulos, puis annonça les récipiendaires des Prix APLP de l’année, les trois femmes de théatre Annabel Soutar, Christine Beaulieu et Pascale Bussières (lire le discours plus bas sur cette page).

Il céda la parole à M. Daniel Turp, lauréat du Prix Ami de la Paix, qui dévoila la suite des démarches juridiques de l’Opération droits blindés. Il a saisi la Cour fédérale d’un nouveau recours qui invoque cette fois-ci le Traité de Commerce des Armes adopté en 2013 et auquel 130 États sont maintenant parties. Le Canada est lié par cette convention internationale depuis le 17 septembre 2019 et ses exportations continues vers l’Arabie saoudite constituent, selon lui, des violations flagrantes de ce traité.

turp_jasmin

Daniel Turp et Pierre Jasmin. Photo Le Plateau-Mont-Royal

Allocution de Pierre Jasmin

Chère Lucia, cher Dimitri , monsieur le ministre du patrimoine, monsieur le maire du Plateau, mon nom est Pierre Jasmin et je représente notre conseil d’administration qui a nommé en début d’année Lucia Kowaluk comme Artiste pour la Paix posthume. Merci à la Ville de Montréal pour avoir nommé ce parc en son nom en cette Journée internationale de la Paix du 21 septembre ! Dimitri et moi, tous deux vice-présidents des Artistes pour la Paix auprès d’Antonine Maillet en 1990, avons vécu la crise d’Oka en exprimant notre solidarité avec Kanesatakeh et son chef Joe Norton (paix à son âme). On avait porté courges, maïs et fèves à la communauté Mohawk aux côtés de Myra Cree et d’Alanis Obomsawim. Lucia a vécu jusqu’à la fin de sa vie cette solidarité avec des femmes autochtones itinérantes et nous voulons rappeler combien son éco-pacifisme du « penser global, agir local » nous a montré la voie, aidant à faire adopter par la Ville de Montréal la politique « Zone libre d’Armements Nucléaires » et son jumelage avec Hiroshima.

Dimitri nous a permis de déborder cet hommage à Lucia en présentant aujourd’hui trois actrices du théâtre engagé Porte-parole que nous avons nommées Artistes pour la Paix de l’année, mais l’annonce du ministre de la Santé hier a limité nos plans : nous vous invitons à aller sur le site des Artistes pour la Paix pour connaître une partie du travail fantastique d’Annabel Soutar et de Pascale Bussières, ainsi que de Christine Beaulieu.

On vous présente pour finir le lauréat du prix Ami de la Paix 2020, le professeur Daniel Turp qui vient de prendre sa retraite de l’Université de Montréal et qui à titre de député du Parti Québécois avait présenté justement à l’Assemblée nationale la Loi proclamant la Journée internationale de la paix. Je remercie notre webmestre Christian Morin qui relance le fait qu’en février 2014, notre site des APLP avait le premier protesté contre le gouvernement canadien de Stephen Harper et du ministre John Baird qui venaient de signer un contrat d’exportation pour 15 milliards de $ de blindés ontariens, destinés à être utilisés par l’Arabie saoudite contre des civils au Bahreïn et surtout au Yémen. Les Artistes pour la Paix viennent de cosigner avec 39 autres groupes rassemblés par Amnistie internationale une lettre qui reprend les accusations par Le Groupe des Nations Unies d’éminents experts internationaux et régionaux sur le Yémen (UNHCR), dans son troisième rapport intitulé Yémen: une pandémie d’impunité sur une terre torturée : le Canada perpétue le conflit par ses transferts d’armes qui trahissent son engagement au Traité de Commerce des Armes. J’invite Daniel Turp à vous expliquer en 2 mots la dernière démarche de son groupe Opération droits blindés avec ses étudiantes et étudiants en droit.

dimitri_maires

Dimitri Roussopoulos, Émilie Thuillier, Luc Rabouin et Alex Norris. Photo: Le Plateau-Mont-Royal

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets