Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Daniel Turp, Ami de la Paix 2020

turp-2

Les Artistes pour la Paix remettent cette année le Prix Ami de la Paix au professeur Daniel Turp, qui vient de prendre sa retraite de l’Université de Montréal. Il fut député du Bloc Québécois à la Chambre des communes et du Parti Québécois à l’Assemblée nationale, ayant présenté et fait adopter par cette dernière assemblée en 2007 – en sa qualité de député de Mercier – la Loi proclamant la Journée internationale de la paix.

Par un article sur notre site web dès février 2014, les APLP avaient inauguré les protestations contre le gouvernement canadien de Stephen Harper et de son ministre John Baird : ils venaient de signer le contrat d’exportation pour 15 milliards de $ de blindés ontariens, qu’on croyait destinés par l’Arabie saoudite contre des civils au Bahreïn et au Yémen. Très vite, Daniel Turp lance son Opération Droits blindés qui motive ses étudiantes et étudiants en droit à protester en présentant une demande de contrôle judicaire visant à faire annuler les licences autorisant l’exportation de véhicules blindés (qui sont loin d’être légers) vers l’Arabie saoudite devant la Cour fédérale du Canada.

Aujourd’hui, il persiste et signe et a saisi la Cour fédérale d’un nouveau recours qui invoque cette fois-ci le Traité de Commerce des Armes adopté en 2013 et auquel 130 États sont maintenant parties. Le Canada est lié par cette convention internationale depuis le 17 septembre 2019 et ses exportations continues vers l’Arabie saoudite constituent, selon lui, des violations flagrantes de ce traité.

D’ailleurs, avec 39 autres groupes dont l’immense Alliance de la Fonction Publique et Pugwash, les APLP ont signé une lettre le 17 septembre 2020, pour souligner le premier anniversaire de l’entrée en vigueur pour le Canada, du Traité sur le commerce des arme, une forte admonestation auprès du Premier ministre Trudeau de mettre fin aux exportations d’armes en Arabie Saoudite qui représentent 75% des exportations d’armes canadiennes, si on exclut celles aux États-Unis d’Amérique. Elles sont en complète contradiction avec l’intention que nous avons appuyée du gouvernement de procéder à une politique étrangère d’inspiration féministe. Justin Mohammed d’Amnistie internationale a envoyé il y a moins d’une semaine notre lettre commune à M. Trudeau (cliquez ici, format PDF) avec le message suivant :

« Nos correspondances antérieures sur ce sujet sont restées sans réponse et de votre part et de la part de vos ministres, pendant que la situation humanitaire au Yémen se détériore gravement. Le Groupe des Nations Unies d’éminents experts internationaux et régionaux sur le Yémen (UNHCR), dans son troisième rapport intitulé Yémen: une pandémie d’impunité sur une terre torturée, accuse le Canada de perpétuer le conflit par ses transferts d’armes en trahissant son adhésion au Traité sur le commerce des armes. »

François Avard en 2007 a bien résumé nos prises de position pour la paix, y compris notre lettre de plus de 150 signataires à M. Trudeau, par sa déclaration-choc : « Et si, au lieu de s’empêtrer dans des engagements internationaux qui nous obligent à jouer à la pute des Américains, le Canada mettait ses énergies à œuvrer pour la paix ? »

Daniel Turp poursuit actuellement une maîtrise en musicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal sur un projet de recherche intitulé Étude pour une politique de la musique au Québec : très pertinent, au moment où notre milieu musical est extrêmement affecté par la pandémie. Sa nomination comme « Ami de la Paix » ne l’empêchera donc pas de devenir éventuellement candidat à la distinction « APLP de l’année » !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets