Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Pour un gouvernement minoritaire progressiste !

Les Artistes pour la Paix, penchés en comité sur les réponses (ou non-réponses) des partis canadiens à leurs six questions de paix, ont publié le 15 octobre un bulletin très sévère [1]. Y sont en situation d’échec les deux partis qui selon les sondages draineront une grande majorité des votes canadiens. Notre organisme culturel prône ainsi indirectement un gouvernement minoritaire, appuyé par un nombre plus élevé que dans les autres partis de candidates au NPD, au Parti Vert et au Bloc (l’égalité des genres est une donnée importante en ces temps de remise en question aux États-Unis des droits des femmes sur leur propre corps). Notre prise de position s’élève aussi contre l’étouffement de l’UNESCO, des cultures québécoise et autochtone et des canaux d’information politique (TV traditionnelles, médias écrits) par les géants américains GAFAM non taxés du Web, c’est-à-dire Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

les_chefs

 

Condamné à la marginalité en 2015, le Parti Vert émerge grâce à d’énergiques prises de position sur l’urgence climatique et sur l’armement nucléaire [2]. Incidemment, nous acheminons cette semaine notre lettre au Secrétaire Général de l’ONU [3] qui rapporte entre autres le succès viral d’une vidéo en bandes dessinées, mais hyperréaliste par son grave sujet, produite par la Croix-Rouge internationale, sur les conséquences de l’explosion sur une seule ville d’une bombe (pas d’une guerre !) nucléaire [4] .

Peu de différences avec notre bulletin 2015, sauf concernant le Parti Libéral

On ne remarquera aucune différence quant à nos appréciations 2015 et 2019

  • du NPD, à C pour son attachement indécrottable à l’OTAN, en contradiction avec les bons discours de Jagmeet Singh plus à gauche que ceux de Thomas Mulcair ;
  • du Bloc Québécois, à C- à cause de son conformisme proche des Américains en politique étrangère (stratégie pour se les gagner en vue d’une « indépendance » du Québec ?) et de sa complicité avec les fabricants industriels d’armes qui choisissent le Québec ; mais le dynamique Yves-François Blanchet dénonce au moins les paradis fiscaux ;
  • et enfin à l’encontre du Parti conservateur resté à E (son clone Parti Populaire à E-).

 

La sévérité de notre bulletin à l’égard de Justin Trudeau étonnera, lui à qui on avait accordé la note C+, qu’il a justifiée en 2015 par son retrait des F-18 en mission armée au Moyen-Orient dès le premier jour de son arrivée au pouvoir, par sa lutte pour le climat (COP21 à Paris) et par son accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens. Notre évaluation 2019 du Parti Libéral à E+ dénonce son détournement corporatiste dès janvier 2016, comme l’ouvrage de Martin Lukacs le raconte objectivement et systématiquement [5] : Trudeau n’est plus un opposant avec des promesses positives, mais un Premier ministre avec un bilan de quatre années de pouvoir aux conséquences désastreuses. Citons dans le désordre :

  • son refus de rencontrer les artisans du Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires récipiendaires du prix Nobel de la Paix 2017 et son vote opposé à 122 pays du monde rassemblés par l’ambassadrice du Costa Rica;
  • le renvoi de sa ministre autochtone de la Justice et de celle de la Santé (toutes deux en présente campagne électorale contre son parti), à cause de SNC-Lavalin dont il appuie l’irresponsable projet d’entreposage de déchets nucléaires radioactifs à Chalk River, menaçant l’eau potable de millions de Québécois;
  • la politique étrangère libérale résolument pro-OTAN, pro-Trump, pro-Netanyahou et russophobe déjà sanctionnée en 2015 par notre note échec sur la première des cinq questions qui lui étaient alors adressées, principalement à cause de son appui aux bombardements de l’OTAN en Syrie, non approuvés par l’ONU;
  • notre pétition contre les industries de mort [6] restée avec des effets limités, telle l’adhésion tardive et incomplète du Canada au Traité de Commerce des Armes (ONU) : Chrystia Freeland, qui a remplacé Stéphane Dion plus favorable à l’ONU, continue à nous faire honte en laissant nos armes parvenir à l’Arabie saoudite, meurtrière de dizaines de milliers de civils au Yémen et du journaliste Jamal Khashoggi à Ankara. Il a fallu la pression d’alliés allemands et anglais pour qu’elle consente, en retard, à suspendre « les nouveaux (sic) permis d’exportation [d’armes] vers la Turquie », suite à l’agression armée turque sur les Kurdes ;
  • l’erreur majeure, reconnue par son candidat vedette Steven Guilbeault, des $4.5 milliards pour acheter le pipeline TransMountain, que Trudeau pourrait racheter (l’erreur, pas le pipeline!) en fin de campagne, s’il déclarait renoncer aux 7 milliards de $ supplémentaires annoncés pour en tripler le débit, et ce malgré les risques de catastrophe maritime dans le détroit de Vancouver déjà encombré et malgré les protestations autochtones sur l’ensemble de son tracé terrestre. Ses amies pétrolières l’en empêcheront, risquant de lui coûter le pouvoir.

 

Politiques sociales ?

La paix n’est pas une valeur qu’on ne mesure qu’en politique étrangère. Ce pourquoi on juge négativement ceux qu’il faut appeler les trois partis conservateurs, c’est entre autres pour leur incapacité bornée à percevoir le caractère républicain et protecteur du fait français des lois Jolin-Barrette appuyées par le Bloc, même si on doit reconnaître que ses quatre candidats aux pages facebook ouvertes aux messages islamophobes facilitent hélas la perception négative des partis canadiens.

Mais c’est surtout pour leur ignorance méprisante des problèmes des défavorisés, ne mentionnons que le non-accès à l’eau potable de tant de communautés autochtones heureusement dénoncé par Singh et la rareté des logements sociaux, dénoncée par un FRAPRU hélas boudé par nos médias. La gravité (risible pour les plus riches) du phénomène, qui provoque l’absentéisme des défavorisés ne sachant plus pour qui voter à force de se faire duper, « plus dans vos poches » représentant un exemple abject de mensonge électoral. Bon vote !


[1] http://www.artistespourlapaix.org/?p=17375

[2] http://www.artistespourlapaix.org/?p=17365

[3] http://www.artistespourlapaix.org/?p=17023

[4] https://www.youtube.com/watch?v=5iPH-br_eJQ

[5] http://lautjournal.info/20190909/martin-lukacs-lecture-incontournable

[6] http://www.artistespourlapaix.org/?p=7279

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

21 septembre 2019 : Le 5 à 7 pour la Paix, spectacle au Lion d'Or.
2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets