Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, vice-président des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète, président des APLP
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Minuit moins deux minutes et trente secondes

bullein_atomic

Pour la première fois dans l’histoire de l’Horloge de l’Apocalypse (Doomsday Clock), le comité des Sciences et de la Sécurité du Bulletin des savants atomiques a rapproché de 30 secondes vers minuit l’heure fatidique de la fameuse horloge.

DoomsdayClock_black_2.5mins_regmark (1)Depuis deux ans, l’aiguille des minutes était stationnaire à minuit moins trois, ce qui était déjà sa position la plus proche de l’heure fatidique depuis le début des années 80. Le comité des Sciences et de la Sécurité avait averti, dans ses deux derniers communiqués annuels, du risque très important d’une catastrophe planétaire et des actions requises pour le réduire à prendre très bientôt. En 2017, il nous avertit que le risque est encore plus grand et que les actions requises le sont de façon encore plus urgente. Il est minuit moins deux minutes et demi, l’Horloge avance, le danger planétaire est présent. Nos dirigeants les plus sensés doivent agir immédiatement pour guider l’humanité hors du danger. Sinon, ce sont les citoyens qui devront s’en charger. Même en jugeant ce message un peu trop alarmiste (minuit moins dix serait plus réaliste et laisserait une marge de manoeuvre en cas de dégradation Trumpienne), il n’en reste pas moins que les Artistes pour la Paix prennent au sérieux ses raisons principales qui tiennent dans sa déclaration annuelle 2017 dont on peut prendre connaissance en cliquant ici (fichier PDF).

Notons que le nouveau Secrétaire général de l’ONU a déclaré le 23 janvier sa résolution ferme de libérer le monde de la menace nucléaire et de toutes les armes de destruction massive, ce qui constituait déjà la raison principale de M. Ban Ki-moon d’effectuer un deuxième mandat (2012-2017): on connaît hélas les intérêts financiers qui ont miné cette résolution onusienne (lire www.dontbankonthebomb.com ) et l’inertie gouvernementale canadienne à cet égard.

Le Rassemblement canadien pour une convention sur les armes nucléaires  qui compte plus de neuf cent cinquante membres, tous distingués par l’Ordre du Canada, est officiellement représenté par l’énergique nonagénaire Murray Thomson à qui Frédéric Back avait remis une de ses toiles en cadeau en 2010 au nom des Artistes pour la Paix. Siégeant aux côtés de notre vice-président Pierre Jasmin, à l’exécutif de Pugwash Canada et au comité de direction du Réseau canadien pour l’abolition nucléaire, M. Thomson a commenté cette mise à l’heure de l’Horloge dans son communiqué du 26 janvier que l’on pourra lire en cliquant ici (fichier PDF).

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets