Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Le Tibet et les Jeux olympiques chinois

Mercredi le 26 mars 2008

            Les Artistes pour la Paix expriment leur soutien au Dalaï-Lama, prix Nobel de la Paix, qui « en appelle à la cessation des violences au Tibet et prône la retenue et le dialogue ». Nous sommes aussi en faveur que les gouvernements occidentaux exercent un chantage lié à la présence de leurs dirigeants aux Jeux Olympiques, pour faire pression sur le président Hu Jintao afin qu’il respecte les droits de la personne au Tibet : droit de culte, droit de rassemblement, droit de parler la langue régionale, liberté de presse et d’internet, etc.

            Comme membre d’une Caravane pour la paix invitée par l’Association culturelle tibétaine en 1993, logé exprès par les autorités chinoises dans un hôtel infect à l’ombre d’une caserne à Lhassa, j’avais apprécié la beauté du Tibet, tant celle des montagnes que celle de ses temples (ah ! le Potala !), et compati avec la misère de son peuple. Les écrits de son leader spirituel m’ont beaucoup appris sur la non-violence, grâce en partie à leur humour, si peu fréquent chez les leaders religieux (Jean XXIII n’en était, lui non plus, pas dépourvu).

            Mais on ne peut s’empêcher de penser que le Dalaï-Lama est dans une situation en porte-à-faux et que sa démission comme leader politique des Tibétains, qu’il brandit actuellement comme une menace, arrangerait beaucoup de choses. Sa position ambiguë l’empêche de jouer quelque rôle constructif politique pour la paix en son pays, car un gouvernement communiste chinois n’acceptera jamais le retour au Tibet du dernier leader théocratique, exilé en 1959. En abdiquant son leadership politique, le Dalaï-Lama donnerait le signal clair à ses compatriotes de séparer dorénavant le politique du religieux, atténuant ainsi les heurts compréhensibles du rationalisme chinois avec une civilisation aussi liée au spirituel.

          Alors, faut-il boycotter les Jeux Olympiques ? Saluons l’hypocrisie de cette question, relayée complaisamment par tous les médias : Radio-Canada vient aujourd’hui d’y consacrer la moitié de la première heure de C’est bien meilleur le matin. La Presse du 20 mars avait aussi accordé la permission à ses journalistes d’enfin se lâcher « lousses » sur une question de paix : sept pages du premier cahier, battues il est vrai par les onze pages sur « les sportifs de la paix » le 25 mars [le fils de Patrick Roy avait pété sa coche sur un gardien de buts] ! Comparons ces espaces avec les pauvres paragraphes consentis à la discussion du prolongement de la guerre en Afghanistan jusqu’en 2011… Les dirigeants médiatiques, et là-dessus nous rejoignons les critiques chinoises, ont trouvé dans la cause du Tibet une façon idéologique pusillanime et sans conséquences de brandir un flambeau « pacifiste », tout en persistant à ne jamais remettre en cause l’augmentation des exportations d’armes occidentales en Afrique ni les guerres en Afghanistan et en Irak. Ces dernières auraient fait au moins mille fois plus de morts civils dans les trois dernières années, que la Chine n’en a faits au Tibet. C’est la parabole de la paille dans l’œil de l’autre qu’on fustige, alors qu’on ignore la poutre dans le nôtre. En fait, la Chine ne serait-elle pas justifiée de boycotter nos athlètes ? Cet argument montre bien les limites tactiques du boycott et de ses effets possibles boomerang.

            Cela dit, la situation des Tibétains reste révoltante et il faut protester en leur faveur, puisque eux-mêmes sont interdits de manifestation. Une sympathie québécoise est naturelle à leur égard, petit peuple de six millions dont la métropole est peuplée à majorité d’une population qui parle une autre langue que le tibétain ! En 1993, une personnalité de Shanghaï, qui me faisait miroiter en Chine des master class et récitals, avait lié son projet alléchant et rémunéré à une renonciation de ma part à joindre la Caravane de paix au Tibet : le sacrifice de cet engagement fut fait selon ma conscience individuelle. Par contre, à titre de président des Artistes pour la Paix, je ne me sens actuellement pas justifié de lancer un mot d’ordre de boycott, qui de toute façon ne sera jamais suivi par les hommes d’affaires et ne pénaliserait que les sportifs et artistes idéalistes. J’inciterais cependant les athlètes canadiens à se munir, dans leurs bagages, d’écharpes de soie indienne blanche à nouer autour de leur cou lors des cérémonies de remises de médailles. Ces foulards, récompenses traditionnelles accordées par le Dalaï-Lama lors des rassemblements de ses fidèles, ne peuvent, aux yeux du Comité international olympique, constituer une offense à ses règlements, étant vierges de tout slogan.

            Nous sommes conscients que ces éléments de pistes pour la paix irriteront les deux parties impliquées, mais n’est-ce pas à ce signe qu’on reconnaît des idées fructueuses de médiation ?

Pierre Jasmin

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets