Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Une proposition de solution à la guerre en Ukraine

Par Greg Mello au nom du groupe d’étude de Los Alamos
à Albuquerque, au Nouveau-Mexique.

greg_mello_2

Greg Mello

« L’un des groupes anti-guerre nucléaire les plus respectés et les mieux informés au monde est le Los Alamos Study Group. Fondé à la fin de la guerre froide à Los Alamos, au Nouveau-Mexique, où les premières bombes nucléaires ont été conçues et construites, le LASG a pour objectif de retirer les armes nucléaires de la politique étrangère. Il a gagné des procès historiques en matière d’environnement, de droits civils et de liberté d’information aux États-Unis, a organisé des centaines de séances d’information au plus haut niveau et a joué un rôle crucial dans la prévention de la production des éléments de base des ogives au plutonium. Alors que la guerre nucléaire menace au-dessus de l’Ukraine, le LASG a publié cette remarquable et urgente analyse des risques et des solutions. » – John Pilger.

logo-alamos

La fin de l’invasion et de la guerre en Ukraine ne peut être garantie que si la sécurité de la Russie est elle-même garantie. La sécurité est largement indivisible. La sécurité d’un État nécessite la sécurité des autres, affirme le groupe d’étude de Los Alamos. Ce que veut le groupe d’étude :

1. Nous voulons une paix négociée le plus tôt possible. Dans nos propres pays, tous les efforts devraient être faits pour y parvenir. Nous ne voyons pas ces efforts.

2. Nous voulons mettre fin à l’escalade et à l’élargissement du conflit, qui menace le bien-être et la sécurité du monde entier. Aucun de nos pays ne devrait introduire ou transporter des armes, mener des activités militaires ou fournir une formation ou un soutien de quelque nature que ce soit en Ukraine. Les groupes pacifistes doivent s’opposer à toute escalade de ce type. Aider l’Ukraine par le biais d’une « aide » militaire n’est qu’un moyen de faire tuer davantage de personnes au service des objectifs à long terme des États-Unis de détruire la Russie.

3. Les armes ne doivent pas être fournies aux civils, aux gangs, aux criminels, aux enfants et aux groupes de « stay-behind », de guérilla ou de « Volkssturm ». Cela ne fait qu’infliger des souffrances inutiles et nuit aux perspectives de paix, maintenant et à long terme. Il n’y a ni honneur ni légitimité dans de telles tactiques dans les circonstances actuelles.

4. Toutes les sanctions économiques – qui font plus de mal aux citoyens ordinaires qu’aux élites – doivent être levées. Les sanctions économiques sont des armes de destruction massive, avec des effets mondiaux.

5. Nous voulons une dé-nazification mesurée, juste et de jure du gouvernement et des lois ukrainiennes.

6. L’indépendance de la région du Donbass dans les limites administratives d’avant le conflit doit être acceptée par toutes les organisations de paix et tous les États.

7. La décision démocratique de la Crimée de rejoindre la Russie devrait être acceptée par toutes les organisations et tous les États pacifiques.

8. Les groupes de paix doivent soutenir une Ukraine neutre et démilitarisée (c’est-à-dire sans armes lourdes ni capacité de projection de force), qui soit similaire, voire identique, au résultat recherché par la Russie.

9. Les zones civiles ne doivent pas être utilisées comme bases militaires ou d’artillerie. C’est d’ailleurs illégal. Il existe des preuves que les forces armées ukrainiennes se livrent à cette pratique odieuse.

10. L’Ukraine ne doit pas être autorisée à rejoindre l’OTAN. C’est une demande capitale de la Russie, que nous devrions tous soutenir.

11. L’OTAN devrait être dissoute. La plus grande alliance militaire du monde, l’OTAN, consomme plus de ressources que toutes les armées du monde réunies, et a mené de multiples guerres d’agression, en violation de la Charte des Nations Unies et des principes de Nuremberg. L’OTAN est également une alliance d’armes nucléaires.

12. Les États-Unis et les cinq États qui accueillent des armes nucléaires américaines devraient, conjointement ou individuellement, mettre fin aux accords d’hébergement nucléaire, ainsi qu’à la formation de pilotes non américains à l’utilisation d’armes nucléaires et à l’utilisation éventuelle d’avions non américains à double capacité pour des missions nucléaires.

13. Il est clair que tout ce qui précède est urgent si l’on veut mettre fin à la tuerie et instaurer une paix durable en Europe.

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, ce qui était un conflit régional est devenu une guerre hybride mondiale dont les enjeux ne cessent de croître, notamment le risque de guerre nucléaire. Le plus grand danger réside peut-être dans la différence de motivations entre les parties, qui est aussi la cause fondamentale de cette guerre : La Russie recherche la sécurité, tandis que les États- Unis et leurs alliés de l’OTAN utilisent l’Ukraine pour refuser cette sécurité – pour « briser la Russie », selon l’expression d’Henry Kissinger en 2015. Les États-Unis ne veulent pas la paix, sauf si c’est la paix d’une Russie conquise. C’est pourquoi il n’y a pas de fin évidente aux escalades et contre- escalades. Les États-Unis et l’OTAN voient une opportunité dans la guerre qu’ils ont essayé si durement de provoquer.

La tragédie, c’est que peu de gens semblent comprendre qu’à l’origine de la crise ukrainienne se trouve une stratégie spécifique connue sous le nom de « doctrine Wolfowitz », du nom de Paul Wolfowitz qui, en tant que sous-secrétaire à la défense dans l’administration de George H. W. Bush, était l’un des auteurs d’un document de 1992 qui exposait un manifeste néoconservateur visant à assurer la domination américaine sur les affaires mondiales après l’effondrement de l’Union soviétique. « Notre premier objectif », indiquait le document, « est d’empêcher la réémergence d’un nouveau rival [des États-Unis], que ce soit sur le territoire de l’ancienne Union soviétique ou ailleurs. … Il s’agit d’une considération dominante qui sous-tend [une] stratégie de défense régionale et qui exige que nous nous efforcions d’empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont les ressources seraient, sous un contrôle consolidé, suffisantes pour générer une puissance mondiale. « La doctrine Wolfowitz a déclenché l’utilisation, après la guerre froide, de l’OTAN comme instrument d’agression sanglante contre la Yougoslavie, l’Afghanistan, l’Irak et la Libye. Elle déclarait, en effet, que la diplomatie était morte et que le pouvoir américain régnait par la violence si nécessaire. Une Russie renaissante dirigée par Vladimir Poutine était la suivante, et à l’horizon, une Chine renaissante.

Le coup d’État de 2014 [dit du Maïdan] en Ukraine, orchestré par Washington, qui a destitué un dirigeant élu qui cherchait à renforcer les relations de son pays avec la Russie voisine, est un produit de la doctrine de 1992 et de l’extrémisme qu’elle représente. Victoria Nuland, une idéologue néo- conservatrice et la « personne de référence » du président Barack Obama en Ukraine, a joué le même rôle au sein du département d’État du président Joe Biden. La doctrine de 1992 est développée dans une étude tristement célèbre de la RAND sur la manière de s’étendre à l’excès et, selon les mots de Kissinger, de « briser la Russie ». Telle est la politique étrangère des États-Unis aujourd’hui : un fait bien compris par les dirigeants russes qui considèrent leur pays comme effectivement assiégé par les États-Unis.

Le potentiel des missiles américains pointés vers Moscou depuis les anciens pays satellites soviétiques, ainsi que les déploiements de troupes de l’OTAN, sont la réalité qu’ils voient. Une Ukraine militarisée et virulemment anti-russe, utilisée comme un outil par les États-Unis, avec un souhait exprimé d’avoir des armes nucléaires, sur le point d’envahir des provinces favorables à la Russie à la frontière russe – tout cela était trop pour la Russie. Que feraient, pensez-vous, les États- Unis si une telle situation se produisait au Mexique ou au Canada ?

Depuis 2014, le groupe d’étude de Las Alamos s’est donné pour mission de comprendre le conflit en Ukraine et sa signification pour le monde. Cette année-là, nous avons organisé des réunions publiques et des teach-ins pour en discuter et, depuis lors, nous avons essayé d’examiner les développements comme nous le pouvions. Sous l’administration Obama, nous avons fait part de nos préoccupations aux bureaux du Conseil national de sécurité – et avons été consternés par le manque de connaissances et de compréhension que nous y avons trouvé.

De nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) ont pris position sur ce conflit. À notre avis, la plupart (pas toutes) de leurs déclarations sont superficielles, et/ou omettent les causes de l’invasion telles que la Russie les comprend, ou sont en phase avec la propagande des États-Unis et de l’OTAN.

Les conclusions de base du groupe d’étude Comprendre pourquoi la Russie a envahi le pays ne signifient pas qu’elle approuve l’invasion. Le point de vue de la Russie est celui d’un danger existentiel pour son existence même. La sincérité de ce point de vue est évidente dans les risques graves que la Russie prend dans cette invasion que, là encore, nous n’avons pas à justifier ni à condamner. Le point de vue de la Russie doit être respecté, que nous l’approuvions ou non. L’incapacité des États- Unis et de l’OTAN, au cours des décennies, à respecter la position de la Russie et à répondre humainement et raisonnablement à ses besoins de sécurité est la principale, sinon la seule, cause matérielle du conflit actuel. Dire à la Russie ce qu’elle doit faire, c’est le problème, pas la solution. Dans les pays de l’OTAN et plus largement en Occident, ainsi que dans les groupes orientés vers la paix, nous devrions limiter nos impératifs et nos jugements à ce que nous pouvons faire nous- mêmes, dans nos propres pays et en relation avec l’OTAN.

Il est impératif d’apporter la paix en Ukraine du mieux que nous pouvons et de ne pas enflammer ou élargir davantage ce conflit. Nos paroles peuvent tuer, ou guérir.

La fin de l’invasion et de la guerre en Ukraine ne peut être garantie que si la sécurité de la Russie est elle-même garantie. La sécurité est largement indivisible. La sécurité d’un État nécessite la sécurité des autres. Il s’agit d’un principe fondamental de la sécurité européenne sur lequel la Russie insiste à juste titre. Les États-Unis devraient l’honorer. La cause fondamentale du conflit actuel est le désir des États-Unis d’affaiblir ou de « briser » la Russie.

Les droits de l’homme, y compris le droit à l’autodétermination politique, sont des piliers des valeurs et institutions occidentales. Le gouvernement ukrainien a refusé les droits de l’homme et l’autodétermination politique aux populations du Donbass. Quelque 13 000 personnes sont mortes au cours des huit années écoulées depuis le coup d’État de 2014, selon les Nations unies. Le gouvernement ukrainien a ouvertement des politiques génocidaires envers les minorités russes. Depuis le coup d’État de 2014 parrainé par les États-Unis, ces derniers et leurs alliés européens se sont servis de l’Ukraine pour miner la sécurité de la Russie. Les formations et idéologies nazies et néo-nazies en Ukraine présentent un danger évident pour les droits de l’homme et la vie humaine partout dans le monde.

Les organisations de paix et de désarmement nucléaire devraient être alarmées par le soutien des ONG aux efforts des États-Unis pour diaboliser et déstabiliser la Russie.

Aziz Salmone Fall, nommé Ami de la Paix par les Artistes pour la Paix le 15 février 2022, nous a transmis ce document que nous approuvons.

Le texte original est publié dans Consortium News et visible en cliquant ici.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    9 mars 2022    

    En discutant avec Aziz, nous avons constaté que si ce document avait été écrit par un groupe russe, nous ne pouvons déterminer si nous l’aurions approuvé, malgré ses qualités d’objectivité. Il tient sa force d’avoir été écrit par des Américains assez courageux pour inscrire leur dissidence affirmée contre les positions des autorités de leur propre pays. Mais sa faiblesse est de tenir insuffisamment compte de la destruction guerrière russe qui va empêcher pendant des décennies à venir les Ukrainiens d’exprimer des opinions démocratiques non teintées de l’esprit de revanche trop humain: la guerre détruit plus que des bâtiments, elle détruit l’harmonie des peuples que seule la paix exprime. Malgré tout, on espère encore que le président Zelenski trouvera la force de la raison lui faisant renoncer à sa posture romantique insensée: il ne doit pas laisser son peuple mourir pour l’OTAN, ce que nous répétons depuis le début de la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets