Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Résistance environnementale des artistes : 4 rendez-vous !

Le pétrole des sables bitumineux représente en Alberta un effroyable gâchis environnemental dénoncé par les populations autochtones avoisinantes, qui en sont les principales victimes; il représente aussi la principale cause canadienne du réchauffement climatique, une des grandes menaces pesant sur l’humanité, en particulier sur des populations pauvres comme au Bengladesh et aux Philippines. À la TV de Radio-Canada (voir http://artistespourlapaix.org/?p=5867) hier midi, je déplorais comme membre de Pugwash que le fléau du réchauffement climatique ait rejoint les armes nucléaires, chimiques et biologiques au rang d’arme redoutable de destruction massive. L’exploitation effrénée par le gouvernement du Canada du pétrole des sables bitumineux s’aggrave maintenant par la lâche servilité du gouvernement québécois. Son ministre de l’Environnement ignore de toute évidence les dangers du dilbit, mélange de pétrole et d’un diluant spécial pour le rendre transportable par pipeline mais qui rend toute fuite ou déversement très difficilement nettoyable. Il présente donc une menace tangible pour tout cours d’eau et pour le fleuve Saint-Laurent, habitat des bélugas en voie d’extinction, mais aussi réservoir d’eau potable pour des millions d’entre nous. Après nos actions du 21 septembre à Montréal ( http://artistespourlapaix.org/?p=5781) et des 12 et 11 octobre, respectivement à Montréal et à Cacouna (http://artistespourlapaix.org/?p=6139),  voici quatre autres rendez-vous pressants qui montrent que des artistes se lèvent avec à leurs côtés des scientifiques pour entraver la marche monstrueuse d’une logique guerrière économique folle et inhumaine, d’ailleurs dénoncée par l’ONU, comme nous l’avons écrit précédemment.

1- Le 20 octobre « Les humoristes Boucar Diouf, Emmanuel Bilodeau, François Bellefeuille, Guillaume Wagner, Fred Dubé, Les Zapartistes, Louis T, Olivier Martineau et Mario Bélanger font front commun pour dire NON au saccage pétrolier. Ils s’unissent pour amasser des fonds destinés au Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE) en donnant un spectacle d’info-divertissement (qui affiche complet mais les dons peuvent encore affluer!). L’objectif d’une succession de numéros d’humour entrecoupés d’interventions d’écologistes et d’une participation spéciale de La Chorale du Peuple est de signifier nos inquiétudes face aux différents projets pétroliers au Québec et, par ricochet, de sensibiliser la population. Devant l’aplatventrisme de notre gouvernement provincial et l’insouciance de notre ministre de l’environnement, des humoristes courageux se mobilisent pour créer un mouvement de masse citoyen ». Il faut avoir vu l’intervention incroyablement efficace, hier à Radio-Canada, de Fred Dubé et François Bellefeuille!

resistance1 2- dimanche le 26 octobre une marche citoyenne à laquelle Dominic Champagne nous supplie de participer par les mots irrésistibles suivants : « Salut à tous, je reviens d’une virée qui m’a mené depuis une semaine à la rencontre de milliers de citoyens de Bécancour à Cacouna, en passant par Montréal, Québec, Rimouski, Trois-Pistoles, Saint-Jean-Port-Joli. Le vent se lève après le rassemblement de Cacouna la semaine dernière; le rendez-vous de Sorel dimanche prochain me semble stratégique. Il est important que l’on soit nombreux! Passez le mot! »resistance2 On lira dans les commentaires après les articles celui de Marie Saint-Arnaud qui était présente à la manifestation du 26 octobre à Sorel-Tracy avec de nombreux Artistes pour la Paix, malgré le temps maussade. La manifestation a d’autre part reçu l’appui sur facebook de Pierre-Karl Péladeau.

Voici le compte-rendu du Devoir du 27 octobre, signé Brian Myles.

L’opposition au transport de pétrole s’amplifie

Le mouvement d’opposition au transport maritime du brut des sables bitumineux est loin de faiblir. Plus de 2500 personnes venues de tout le Québec ont manifesté dimanche à Sorel-Tracy, à l’invitation de la Ligue richeloise contre la tyrannie pétrolière. Élus, écologistes et citoyens de tous les âges envoient un message sans équivoque. L’écosystème du fleuve Saint-Laurent est trop précieux pour être transformé en vulgaire autoroute pour l’exportation des sables bitumineux.

Le metteur en scène Dominic Champagne, un natif de Sorel, a exhorté le gouvernement à se doter « d’un plan de sortie du pétrole » au lieu d’encourager l’exploitation des sables bitumineux. « On a le devoir de refuser de ce qui se passe, et d’exiger de s’en aller vers le monde dans lequel on veut vivre », a-t-il dit sous les applaudissements de la foule.  M. Champagne est inquiet des conséquences d’un déversement pétrolier dans un écosystème aussi fragile et riche que le Saint-Laurent. Il s’est montré critique des lacunes dans la sécurité du transport maritime. Il y a une dizaine de jours, un navire qui devait faire le plein de pétrole des sables bitumineux au port de Sorel-Tracy a été stoppé aux Escoumins parce qu’il ne respectait pas la réglementation canadienne. La pompe à incendie d’urgence du bateau était hors d’usage. « Nous allons les fixer, nous autres, les “standards” du monde dans lequel on veut vivre. On veut vivre à côté d’un fleuve propre », a dit M. Champagne.

Le Conseil des Canadiens partage les inquiétudes du metteur en scène. La semaine dernière, l’organisme a porté plainte à l’UNESCO, une agence des Nations unies qui a attribué au lac Saint-Pierre le statut de réserve mondiale de la biosphère. Le Conseil demande à l’UNESCO de faire pression sur Suncor pour que la compagnie pétrolière interrompe le transport maritime du brut. Suncor transporte par rail le brut des sables bitumineux jusqu’à Sorel-Tracy. Le pétrole est entreposé dans les réservoirs de Kildair. D’imposants pétroliers de 240 mètres de longueur sur 42 mètres de largeur feront le plein, à un rythme de deux à trois fois par mois. Ils emprunteront la voie maritime du Saint-Laurent, fragile et risquée pour la navigation, avant de mettre le cap sur le plein Atlantique.

Forte mobilisation C’est la troisième manifestation d’envergure après celles de Cacouna et de Bécancour. Les participants de dimanche ont fait mentir le porte-parole de TransCanada, Philippe Canon. Lors de la manifestation contre le port pétrolier de Cacouna, le 11 octobre dernier, il avait qualifié les 2500 manifestants présents « d’opposants professionnels » venus notamment de Montréal. Le Devoir a pu voir dimanche quelque 2500 personnes venues de Sorel-Tracy, de Trois-Rivières, de Gatineau, des communautés autochtones de Kahnawake et d’Odanak… et même un couple des îles de la Madeleine. Raymond Gauthier et Annie Landry ont fait le voyage de l’île du Havre Aubert jusqu’à Sorel-Tracy pour défendre « leur » fleuve. « Ça fait 40 ans que les pétrolières et les gazières nous promettent la richesse. L’air pur et l’eau pure que nous avons, c’est notre richesse », dit-elle. Derrière eux se profilent des navires qui ressemblent à des mastodontes dans cette partie du fleuve presque aussi étroite qu’à Québec. Leur gendre, John Foley, est inquiet. « Laisser d’aussi gros pétroliers passer sur le fleuve, c’est chercher le trouble. Le Saint-Laurent, c’est plein d’épaves, et ce n’est pas pour rien. La navigation y est difficile », observe-t-il.

L’écologiste Laure Waridel est emballée par cette mobilisation, qui est à la fois locale et nationale. Selon la cofondatrice d’Équiterre, il y a des enjeux tout aussi importants que la protection de l’écosystème du Saint-Laurent dans cette bataille pour mettre les pétroliers en cale sèche. La Colombie-Britannique et les États-Unis ont déjà barré la voie au pétrole des sables bitumineux. Pour les compagnies pétrolières, la seule façon d’exporter leurs produits vers les marchés étrangers est d’emprunter la voie maritime du Saint-Laurent. « En ce moment, l’expansion des sables bitumineux de l’Alberta dépend du Québec. Elle dépend de notre volonté à nous de laisser passer ce pétrole. La seule voie qui reste pour l’expansion, c’est la voie de l’est », observe-t-elle. Le pétrole des sables bitumineux étant le plus polluant, le combat de Sorel-Tracy est aussi le combat pour la planète, estime Mme Waridel. « On a au Québec un combat immense qui ne concerne pas juste les bélugas et nos petits milieux. L’impact des sables bitumineux sur le réchauffement climatique est très important », explique-t-elle.

Des élus dans le noir Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a accompagné les manifestants jusqu’aux installations de Kildair. Il a déploré le manque de transparence de Québec, d’Ottawa et des pétrolières, qui ont mis la Ville « devant un fait accompli ». « On est pris avec ça. On nous a mis ça en pleine gueule, et personne n’a été consulté, a-t-il dit. Ce projet-là n’est pas compatible avec nos projets de développement. » L’ancienne ministre péquiste des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et le chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu, ont tous les deux dénoncé un projet dépourvu de retombées économiques pour le Québec. « C’est un projet qui ne fait pas de sens, a affirmé Mme Ouellet. Je suis loin d’être convaincue. Je ne vois aucun intérêt économique pour le Québec. » Le premier ministre Philippe Couillard a dit que le Québec devait apporter sa contribution pour l’économie du Canada, et accepter l’exportation du pétrole des sables bitumineux sur le fleuve Saint-Laurent. « Je n’ai jamais vu un gouvernement au Québec, tous partis confondus, descendre aussi bas dans son appui au fédéral », a déploré Mme Ouellet.

3- Le 29 octobre, Marie Saint-Arnaud, de l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’UQAM, observatrice à nos conseils d’administration des Artistes pour la Paix, vous convie à une conférence où on retrouvera avec plaisir JiCi Lauzon, qui avait animé notre spectacle commémoratif des vingt-cinq ans de Tchernobyl à la Place des Arts.

resistance3 resistance4

Événements Centr'ERE ere@uqam.ca

Événements Centr’ERE ere@uqam.ca

4- ENFIN, LE 10 NOVEMBRE, NOUS VOUS RAPPELONS NOTRE SPECTACLE DU 30e ANNIVERSAIRE AU LION D’OR : il reste encore des places!

carton_2

4 Commentaires

  1. 20 octobre 2014    

    Bravo bravo pour tant de mobilisations ! Faut que ça bouge ! En ce moment la vie est loin d’être un long fleuve tranquille… surtout sur notre fleuve qui alimente en eau douce toute une population…

    Pascale Camirand

  2. 20 octobre 2014    

    N’oubliez pas de regarder sur Tou.TV l’épisode 6 de Second regard. L’épisode concerne l’histoire de la création de l’Association internationale Pugwash. S’il y a une épée de Damoslès qui tangue au-dessus de nos têtes, c’est bien l’impact environnementale meutrier des bombes nucléaires, chimiques et biologiques, pour paraphraser Pierre Jasmin.

    Pascale Camirand

  3. Marie Saint-Arnaud Marie Saint-Arnaud
    26 octobre 2014    

    La manifestation de cet après-midi à Sorel-Tracy a été un succès. Plusieurs Artistes pour la Paix étaient là. Maintenant, on vous attends mercredi soir à l’UQAM avec des conférenciers majeurs dans le dossier de la protection de notre fleuve. La mobilisation donne espoir.

  4. Marie Saint-Arnaud Marie Saint-Arnaud
    31 octobre 2014    

    L’événement organisé par le Centr’ERE de l’UQAM et Eau-Secours! qui avait lieu mercredi, le 29 octobre dernier à l’UQAM a fait salle comble. Les deux conférenciers ont documenté de manière convaincante et fort intéressante le dossier de l’Autoroute du pétrole sur notre Saint-Laurent. Michel Bélanger et Pierre Béland ont par ailleurs insisté sur le fait que c’est par la voie politique que nous réussirons à inverser la vapeur. À ce jour, seul le Parti Vert du Canada et le NPD se sont exprimés contre le port pétrolier de Cacouna. La porte-parole du NPD en matière d’environnement tiendra une discussion sur la page FaceBook du NPD, ce lundi, 3 novembre, à 20h30. Peut-être une bonne occasion de préparer la suite, maintenant que le dossier de TransCanada a été déposé devant l’Office national de l’énergie (ONE).Comme vous savez, le gouvernement Harper a fait en sorte que l’ONE n’a pas le mandat d’étudier les impacts des projets sur les changements climatiques. « Over my dead body » a commenté Pierre Béland, lors de sa conférence! Nous devrons lutter sur les fronts politiques, juridiques, artistiques et scientifiques! Relevons nos manches!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets