Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Nous serons les oubliés

oubliés

Medellin, Colombie – années 70 – 80. Héctor Abad Gómez, prof de médecine quinquagénaire, était marié et père de cinq filles et un garçon, Héctor Abad Faciolince qui lui consacra en 2006, après sa mort, une biographie. Ce film touchant de Fernando Trueba qui en est issu m’a tiré des larmes, traduit en France sous le titre de L’oubli que nous serons.

La musique est l’art que je pratique, mais j’adore écrire sur le cinéma, principalement sur les films engagés aux préoccupations de paix, ignorés ou malmenés par la critique officielle, par exemple, le film guatémaltèque Nuestras madres par le jeune réalisateur César Díaz, méconnu même après avoir obtenu la Caméra d’Or du Festival de Cannes – 2019.

Quelle injustice frappe ces films, telle cette œuvre si vivante dont je désire vous parler, d’ailleurs recommandée par les Médecins sans frontières. Soit les voilà ignorés soit, quand leur qualité est indéniable, ils suscitent des commentaires condescendants de la presse, du genre qui a accueilli Nous serons les oubliés : « digne d’intérêt, mais… » « l’approche quasi hagiographique de cette histoire aurait assurément mérité une plus large perspective ». Des cinéastes québécois célèbres et les radio-canadiens Francine Grimaldi et Franco Nuovo ont vanté la semaine dernière l’admirable ouverture du public du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue : ce public humaniste vient d’accorder le Grand Prix Hydro-Québec à Nous serons les oubliés.

Médecin, essayiste et défenseur des droits de l’homme, le Dr Gomez dénonçait en priorité les  paramilitaires auteurs de massacres de milliers de militants de gauche, car il savait les militaires complices des politiques anti-communistes [1] du gouvernement. Il fut donc forcé à des périodes d’exils qu’il occupa à des perfectionnements en Californie et au Minnesota ou à du bénévolat à l’Organisation Mondiale de la Santé (ONU), récemment décriée par nos médias au point d’être en partie responsables d’une montée de rumeurs complotistes, sans compter les débordements médiatisés du Dr Raoult auxquels le site des APLP s’est objecté.

Dans la ville polarisée et violente qu’était Medellín dans les années 80, Pablo Escobar dont le film ne parle pas se voit décerner une célébrité internationale à partir de ses exportations de drogues et de films douteux romançant sa vie. En contraste, peu connu est le père de famille Gomez qui s’inquiète du bien-être de ses enfants et même du fils d’un ami conservateur qui l’enjoint de convaincre son fils adepte de masturbations quotidiennes qui inquiètent cet ami catholique d’y renoncer; le docteur prend alors le malheureux fils à part en lui conseillant de ne pas cesser ses activités normales pour un jeune à la libido intense, mais de faire attention à fermer sa porte de chambre et à ne laisser aucune trace susceptible d’inquiéter son père. Il s’empressera de le raconter à son propre fils en riant, brillante façon de lui passer un message de santé sexuelle, en évitant de moraliser ou médicaliser le sujet.

Ce n’est qu’une anecdote du film où on le voit s’occuper avec sa femme de jeunes de classes moins favorisées, partageant ainsi les fruits d’une éducation basée sur la tolérance et l’amour. Devant le cancer qui emporte sa fille adepte de musique hippie, il augmente le nombre de ses conférences à portée sociale qui heurtent une société intolérante corsetée par l’Église et l’armée. Non seulement elle reste sourde à son appel, mais assiste peureuse à sa réduction au silence. À nous de réagir ensemble, en faisant connaître l’art pour la paix


[1] http://www.artistespourlapaix.org/?p=1727 C’est le juste milieu pacifiste que prône le bon docteur qui refuse l’étiquette « communiste » accolée par ses opposants. Dans ce texte de 2012, je tente de décrire une idéologie non-violente voisine, inquiète des extrémismes.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets