Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Bootlegger – bien davantage qu’un suspense passionnant

bootlegger

Quand tant d’éléments concourent à forger une œuvre majeure, inclinons-nous bien bas devant une immense réussite. Car Bootlegger marque une étape d’un cinéma autochtone arrivé à maturité pour s’intégrer pleinement à l’art-vérité. Il peut donc échapper ainsi au documentaire qui l’a fait émerger avec le grand Arthur Lamothe et divers cinéastes inuks et il n’a plus besoin de s’ériger en propagande de vertu [1], posant plutôt les vraies questions essentielles de l’art. C’est ce qu’a compris le 50e Festival du Nouveau Cinéma en en faisant son film d’ouverture cette semaine à Montréal.

À une question qui préoccupe au premier chef les Artistes pour la Paix, à savoir la survie de l’art quand toute la société concourt à le submerger dans le mercantilisme, ce film répond admirablement et nous en remercions la productrice Catherine Chagnon à la tête de la dynamique boîte Microclimat films. Le sujet : une jeunesse animée de questions vitales, au-delà des pièges de l’alcool (ou de la drogue, incluant la cigarette) qui fait du commerce photographié ci-dessus, avec sa tenancière brillamment interprétée par Pascale Bussières (incidemment, notre artiste pour la paix de l’année), le point cardinal de la vie quotidienne où s’englue la communauté autochtone de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg, actrice principale du film. Soulignons :

  1. La bande sonore exceptionnelle de Jean Martin qui exploite aux moments de tension la musique haletante de Tanya Tagak (dont s’inspire Élisapie Isaac). Bravo à la science de Bernard Gariepy Strobl qui intègre subtilement le traitement sonore à la trame narrative tournée en trois langues, français, anglais et anishinaabemowin (algonquin). Quel choix audacieux, totalement récompensé par un parfum prononcé d’authenticité.
  2. La narration, on la doit à la réalisatrice Caroline Monnet et à Daniel Watchorn qui ont eu pour conseillers les maîtres en scénarisation québécois Danielle Dansereau et Robert Morin qui ont sûrement contribué à préserver les ellipses magiques permettant les changements de perspective et revirements inattendus, propices au suspense.
  3. La direction de la photographie par Nicolas Cannicioni fascine, dans un paysage pourtant monopolisé par une forêt monotone, car il y débusque la fougue des rivières dans un patchwork d’alternances brillamment articulé par la monteuse d’expérience Aube Foglia.
  4. En maîtrise de leur art, divers acteurs autochtones comme Jacques Newashish et surtout la jeune et pure étudiante revenue dans sa communauté, Devery Jacobs, se confrontent à Dominique Pétin, dans le rôle de cheffe du conseil de bande. Deux mentions à Joséphine Bacon [2] dont la discrète présence éclate, ainsi qu’à Samian APLP2015, dans un rôle de policier voulant améliorer la société, qui se trouve en face d’une réalité si difficile à saisir.

 

caroline_monnetCaroline Monnet travaille à fond un engagement artistique multidisciplinaire exceptionnel. Personne ne prévoyait qu’elle devrait attendre quatre ans pour faire fructifier son Prix du meilleur scénario – Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la Cinéfondation, obtenu au Festival de Cannes 2017. Elle dit en entrevue : « Le changement passe souvent par les femmes. Elles sont aux barricades, au premier plan des mouvements sociaux, aussi porteuses de mémoire. » Quoi de plus vrai, à observer les femmes de son film secouant les vieilles lois paternalistes. Il y a plus de quatre ans, madame Monnet créait à Montréal une installation dénonçant le manque d’accès à l’eau potable des communautés autochtones, ce que les APLP dénoncent depuis des années, en adressant leurs reproches en particulier à M. Trudeau pour l’hypocrisie de ses bonnes intentions jamais réalisées, alors qu’il dépense une vingtaine de milliards de $ annuels pour des mécaniques de guerre destructrices.


[1] Toute comparaison étant odieuse, on ne peut s’empêcher de trouver pénible la dystopie Night raiders de la crie Danis Goulet au scénario alambiqué pour titiller le spectateur : vieux poncifs de la misérabilité d’une mère et sa fille autochtones, traquées par des militaires, de mercenaires casqués armés de mitraillettes et de drones, munis de prisons-cages, dans un remake maladroit d’un Hunger games raciste – un mot qu’on n’entend à peu près pas dans le film québécois. Rendons grâce tout de même au film cri de dénoncer en images futuristes la dérive idéologique d’une société occidentale assiégée en situation de repli identitaire et raciste : on l’a vu aux frontières du Mexique avec Donald Trump qui encageait les enfants d’Amérique centrale.

[2] Si admirable dans le documentaire Je m’appelle humain

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets