Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Wei Shu de Roy et Meng Wanzhou, gênante victime de sinophobie

jean-louis-roy

Jean-Louis Roy

Shanghai 2040 et Wei Shu

On lit avec émerveillement ce dernier ouvrage fictif d’anticipation, comme le titre l’indique, Shanghai 2040, publié aux éditions de la Libre Expression en début d’année. Nourri de sa grande culture d’historien, son auteur Jean-Louis Roy, né en 1941 à Normandin, est un illustre journaliste et diplomate québécois. Professeur invité aux universités du Québec à Trois-Rivières et d’Ottawa, directeur du quotidien Le Devoir de 1981 à 1986, puis secrétaire général de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie de 1990 à 1998, il dirige jusqu’en 2018 l’Observatoire mondial des droits de l’homme (UPR Watch) qui a son siège à Montréal, avant que le Conseil des ministres du gouvernement du Québec le nomme président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) le 16 mai 2018.

Quel bonheur de découvrir chez lui un attachement sincère à la civilisation multimillénaire chinoise ainsi qu’au féminisme, deux valeurs, l’une traditionnelle, l’autre contemporaine, résolument et audacieusement incarnées par l’héroïne de son livre, Wei Shu. Portée par une grande ambition conquérante (sans militarisme), elle réussit à accéder non seulement à la présidence de la Chine, mais aussi à provoquer le déménagement de l’Organisation des Nations-unies à Shanghai, dans un lieu à l’architecture éblouissante propice à faire rayonner non plus la pax americana mais la paix de l’Empire du Milieu, au sens renouvelé !

Le passé de diplomate de l’écrivain l’aide à forger les discours-modèles de son héroïne, à la politesse asiatique exemplaire, non dénuée de touches de perfidie humoristique envers ses adversaires qui tombent, l’un après l’autre : « L’harmonie est au centre d’une constellation nouvelle de références et de propositions et Confucius revit, sa pensée offrant à la Chine et au monde leurs assises métaphysiques [contrastant avec] le positivisme européen, l’anarchisme russe, le matériel dialectique et tant d’autres courants de pensée. » Un des préceptes de Wei Shu (que je relierais davantage au Taoïsme, surtout compte tenu de l’amant iranien de la présidente divorcée) sied à la fois à l’écrivain octogénaire et aux agressifs adeptes des réseaux sociaux : « Reculez d’un pas et tout s’élargit spontanément ».

On cherchera en vain dans ce conte des références développées à des problèmes qu’on se serait attendu à voir soulever par l’ancien directeur de l’Observatoire des Droits de l’Homme : Deng Xiaopeng décrit favorablement en dépit des étudiants sacrifiés de 1979 à la place Tien an-Men (dont le nom se traduit par Portail de la Paix céleste !), Xin-Jiang et les Ouïghours, Hong-Kong aux aspirations démocrates sous bâillon et surtout Taiwan : on aurait aimé trouver sous la plume du diplomate comment la réunification se serait effectuée, sans usage de forces armées ni effusion de sang !

Meng Wanzhou, rappel gênant de notre sinophobie

Réitérant notre position réaffirmée le 6 août à propos de Meng Wanzhou (dont on ne sait si elle est partagée par l’écrivain Jean-Louis Roy), le 26 août à 11 heures a eu lieu un événement virtuel rassemblant près d’une centaine d’internautes pour amplifier la campagne pancanadienne pour sa libération. Ayant eu pour origine au Canada la Hamilton Coalition to Stop the War de notre ami Ken Stone, elle est maintenant devenue campagne internationale, animée de façon professionnelle par le trilingue Alan Freeman, sympathique professeur de l’Université du Manitoba.

Encore handicapé par des problèmes de connexion (n’ayant toujours pas apprivoisé mon nouveau lien électronique microsoft Uqamien, j’ai néanmoins envoyé par écrit certains contacts positifs que des journaux chinois [1] ont relayés, sans en offrir les détails. Car pour les Artistes pour la Paix, il est préférable d’illustrer le potentiel de résultat positif de nos protestations, en rappelant que la Chine a de nombreux amis au Canada et particulièrement au Québec : dommage que Justin Trudeau ait évincé Stéphane Dion du poste de ministre des Affaires étrangères, vu les bévues de ses trois successeurs.

Mentionnons plutôt l’ex-juge à la Cour Suprême Louise Arbour favorite des Nations-Unies comme son amie Louise Fréchette no2 de Kofi Annan : elles ont appelé à la libération de Meng Wangzhou avec dix-sept collègues éminents dont deux ex-ambassadeurs canadiens aux États-Unis, Derek Burney & Michael Kergin, le libéral Lloyd Axworthy et le néodémocrate Ed Broadbent.

Pourquoi ne pas rappeler le préjugé très favorable envers la Chine de Pierre Elliott Trudeau (venu emprunter à trois ou quatre reprises mon ex-épouse chinoise Kuo-Yuan Lee avec sa Mercedes décapotable jusqu’à Otterburn Park pour la montrer à son bras lors d’événements culturels d’importance) et de son frère Sacha, auteur d’Un barbare en Chine nouvelle, dont une phrase rappelle, dans sa langue originale : « you cannot understand the world without understanding the massive role that China has grown to play » ?

Des envoyés irréprochables du Québec en Chine tels Claude-Yves Charron ou Jean-François Lépine (époux de Mireille Deyglun et gendre de Janine Sutto dont il a rédigé une biographie), ont tissé de forts liens culturels. C’était avant que de sinistres figures telle Chrystia Freeland (Libérale), Michael Chong, auteur de la motion sinophobe ouïghoure du parlement, pressenti futur ministre Conservateur pour les Affaires étrangères et enfin son chef, l’ex-militaire Erin O’Toole (avec comme directeur de campagne Fred DeLorey, ex-lobbyiste de la National Firearms Association) n’accusent tous les communicateurs (HuaWei – 5G) d’être de l’espionnage cyber au service des communistes ! Et les médias gobent sans preuves tous ces agitateurs au service de la CIA !

Enfin, il faudra faire avec le triste départ de la numéro 2 à la mairie de Montréal auprès de Valérie Plante, Cathy Wong, elle qui a mené les protestations montréalaises contre la sinophobie avec notamment deux groupes d’influence : le Groupe d’entraide contre le racisme envers les Asiatiques et l’organisme Chinois progressistes du Québec.


[1] China News Service 中新社 :
“加拿大专家及民间团体吁加政府着眼自身利益 早日释放孟晚舟”
https://m.chinanews.com/wap/detail/chs/zw/9552853.shtml
China News Service 中新社:“加拿大国际刑事律师剖析孟晚舟案”
https://m.chinanews.com/wap/detail/chs/zw/9552788.shtml
Phoenix TV 凤凰卫视(凤凰秀):
“加拿大民間組織促政府立即釋放孟晚舟-鳳凰秀”
http://share.fengshows.com/article.html?id=bd1007ec-4671-41da-8a3b-381de23dcb2a&channelID=r03&time=1630049782.694858

2 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    5 septembre 2021    

    Aujourd’hui 5 septembre, à Ottawa, a eu lieu une manifestation populaire contre la détention MILLE JOURS des deux Michael en Chine. Sympathique solidarité pour leurs familles éprouvées, d’autant plus que de telles manifestations sont interdites là-bas. Soyons reconnaissants de pouvoir encore exercer le privilège de manifester pour la libération de Meng Wanzhou qui est d’après nous le moyen le plus efficace de travailler à leurs libérations, tout en corrigeant l’injustice libérale complice de Trump à l’origine des tensions sino-canadiennes.

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    7 septembre 2021    

    Des pro-Chinois présentent comme nous Meng Wanzhou comme innocente mais s’objectent à présenter comme nous le faisons les deux Michael comme des victimes:
     » An article makes it clear now that there is no direct link between the arrests of Meng Wanzhou and the Two Michaels who are spies.
    https://www.thecanadafiles.com/articles/michael-kovrig-and-spavor-are-spies-despite-obfuscations-of-canadas-mainstream-media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets