Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

La fabrication du consentement

ONF_1

En 1992, les Artistes pour la Paix, que je présidais alors, ont fait la tournée des radios communautaires et tout en leur possible pour aider à la diffusion de ce film essentiel, à la demande de Christine Burt-Wintonick. Car l’Office National du Film savait que la tâche de faire connaître ce documentaire crucial allait se buter à la censure, vu que cette œuvre égratignait la confiance du public dans les médias, quant à leur volonté de faire éclater la vérité, surtout dans les dossiers touchant à la paix et à la guerre. La concentration accélérée des médias depuis le film prouve la charge prophétique de cette dénonciation faite non sans humour.

L’un des exemples choisis par le film fut le traitement par le New York Times du terrible génocide commis par l’armée indonésienne, avec l’aide des Américains, à l’encontre du Timor oriental : des centaines de milliers de victimes furent dérobées à la bonne conscience par les médias, vu le rôle joué par l’armée américaine en Indonésie, sous prétexte de contribuer à la lutte au communisme.

Réalisé par Mark Achbar et le regretté Peter Wintonick (1953-2013), ce documentaire d’une durée de 167 minutes connut un succès qui dépassa toutes leurs espérances et qui ne sera réédité qu’une douzaine d’années plus tard par le film de Mark Achbar Corporation.

Documentaire sur le philosophe et linguiste politique Noam Chomsky, à partir principalement de son ouvrage Manufacturing Consent, il s’agit d’un essai d’autodéfense réussi contre la propagande médiatique et la désinformation qui formate les citoyens ainsi que l’homogénéisation de leur conscience par la pensée dominante. On se souviendra que Dimitri Roussopoulos, de Black Rose Books et vice-président des APLP dans les années 80, fut le tout premier éditeur nord-américain à avoir le courage de publier les premiers écrits politiques de Chomsky, célèbre pacifiste anarcho-syndicaliste et éminent professeur au Massachussets Institute of Technology.

La projection du film aura lieu le dimanche 26 novembre à 15H au Centre internationaliste (CERFA) : c’est une activité gratuite au 160 St-Viateur Est, suite 707, dans le Mile-End.

Ceux et celles qui ne voudront pas rater le vernissage de l’exposition Migrants de David Moore à 14 heures le même jour au 150, rue du Centre-Civique au Mont-Saint-Hilaire peuvent voir le film sur le site de l’Office National du Film ou sur youtube en cliquant ici.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    27 novembre 2017    

    Site FAIR (Fairness & Accuracy In Reporting) writes in November 2017:
    In the obituary of Edward Herman, New York Times‘ Sam Roberts wrote of the classic book that Ed co-wrote with Noam Chomsky: « Manufacturing Consent was severely criticized as having soft-pedaled evidence of genocide in Cambodia, Rwanda and, during the Bosnia war, Srebrenica. »
    The problem with this statement is that Manufacturing Consent was published in 1988 — years before the 1994 Rwandan genocide or the 1995 Srebrenica massacre. And the book does deal at length with the Cambodian mass murders. It cites as the best analysis of Cambodian losses before, during and after Khmer Rouge rule, the work of historian Michael Vickery, who estimated that the Khmer Rouge executed some 200,000 to 300,000 people, with a total of about 750,000 excess deaths (out of a population of about 7 million) due to killings, famine and disease, during their three-year reign. Vickery found that a lesser but comparable figure, about half a million, were killed in the US bombing of Cambodia beginning in 1969 and the concurrent Cambodian civil war.
    The book did not argue that the Khmer Rouge’s Pol Pot was not guilty of mass murder, but rather that different standards of evidence and vastly different levels of outrage were applied to atrocities committed by the United States compared to those of official enemies — the latter having “worthy victims” and the former “unworthy,” in the book’s terminology.
    Herman and Chomsky note that they came under sustained attack — referred to as “apologists for Khmer Rouge crimes” and the like— for insisting that the same standards be applied to mass violence, regardless of the perpetrators. As the authors say:
    « Charges against dissident opinion require no evidence and …ideologically useful accusations will stand merely on the basis of endless repetition, no matter how ludicrous they may be. »
    The New York Times’ posthumous accusation that Manufacturing Consent was criticized for downplaying atrocities that happened years after it was published certainly falls in the “ludicrous” category.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets