Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Lettre au Premier ministre et au ministre Dion

Très Honorable Justin Trudeau et Honorable Stéphane Dion,

Nous aimerions vous signaler aujourd’hui notre vive satisfaction de voir au Saguenay une résurrection des Casques bleus que souhaitait ardemment notre mémoire adressé au ministre de la Défense sur http://www.artistespourlapaix.org/?p=11147 et présenté à la ministre du Développement international et de la Francophonie, madame Marie-Claude Bibeau le 3 août à l’Université Bishop’s.  Saluons d’ailleurs la superbe présentation que la ministre a faite à Radio-Canada Estrie aujourd’hui dans une remarquable entrevue expliquant les buts des Casques bleus, une présentation que notre ami Walter Dorn, spécialiste mondial des Casques bleus en visite en Estrie il y a une semaine, aurait vivement appréciée !

Mais le refus du Canada de voter oui, ou même de s’abstenir, face au rapport du Groupe de travail à composition non-limitée (Open-Ended Working Group) réuni à Genève le 19 août est pour nous une grave erreur, avec une seule lumière encore possible en octobre prochain à l’ONU.

Notre lettre du 6 avril (http://www.artistespourlapaix.org/?p=10341 ) avait pourtant tenté d’éclairer le ministre des Affaires internationales M. Stéphane Dion là-dessus.

Avec nos sentiments de solidarité mitigée face à la paix, perdante sur un plan et gagnante sur l’autre,

jasmin_sign
Pierre Jasmin
vice-président des APLP

Au sujet des consultations de la ministre Marie-Claude Bibeau, nous reproduisons ici un article d’Alain Goupil publié le 3 août dernier.

tribune_logo

Changer le ministère de la Défense pour celui de la Paix

1238614-ministre-marie-claude-bibeau-tenait

La ministre Marie-Claude Bibeau tenait une première consultation mercredi à Sherbrooke. Photo Spectre Media, Jessica Garneau

(SHERBROOKE) Il est temps de redonner à l’armée canadienne ses lettres de noblesse en matière de maintien de la paix. Et un des premiers gestes que le gouvernement Trudeau devrait poser en ce sens est de renommer le ministère de la Défense nationale en ministère de la Paix.

Ottawa devrait du même coup valoriser davantage le rôle des militaires, en commençant par leur fournir de l’équipement convenant à leurs besoins et à leurs opérations.

L’esprit de l’ancien premier ministre canadien Lester B. Pearson devait flotter sur le campus de l’Université Bishop’s mercredi matin lors de la séance de consultation menée par la députée et ministre Marie-Claude Bibeau lorsqu’il a été question de redéfinir le rôle de la Défense nationale.

Parmi la vingtaine de participants réunis autour de la table, le vice-président des Artistes pour la paix, Pierre Jasmin, a déposé un mémoire contenant 14 recommandations, dont celui de changer le nom et la vocation de l’actuel ministère de la Défense nationale pour celui de ministère de la Paix et de la Sécurité. Il a de plus dénoncé la décision «sauvage du gouvernement Harper» de ne plus faire partie de la coalition des Casques bleus de l’ONU, dont la création avait justement valu au premier ministre Pearson le prix Nobel de la Paix en 1957.

Traitement des militaires

Quelle que soit la vocation qu’il décide de donner à son ministère, le Canada aurait aussi avantage à valoriser davantage le rôle de ses militaires, selon Pascal Caron, qui s’est présenté comme le porte-parole du «militaire de rang». «Le rôle de nos militaires n’est pas assez valorisé, a-t-il déploré. On ne valorise pas assez l’engagement que font ces hommes et ces femmes, qui, au-delà des politiques, s’engagent d’abord et avant tout pour leur pays et pour les citoyens… »

Appuyant les propos de M. Caron, le docteur Jean Vincent Nootens a souligné le «manque de respect» du ministère envers ses militaires, notamment au chapitre de l’équipement. «On leur demande de travailler avec de l’équipement souvent désuet, a-t-il noté, soulignant au passage la piètre qualité des bottes dont la durée de vie excède «à peine deux semaines… »

Jean-Guy St-Gelais, de Ligue des cadets de l’armée canadienne, a pour sa part plaidé pour une révision de fond en comble du mode de hiérarchie des forces armées, qui relève du 18e siècle et dont la bureaucratie occupe aujourd’hui 50% des effectifs.

«C’est devenu tellement lourd que ça prend 48 heures avant de savoir si on peut faire appel à la réserve en cas de catastrophe. Il y aurait moyen à mon avis de dégraisser la machine pour la rendre plus efficace et plus productive», a souhaité M. St-Gelais.

Étudiante à l’Université Bishop’s, Dominique Lavoie a pour sa part exprimé à la ministre Bibeau ses inquiétudes à l’égard du «terrorisme technologique» qu’elle considère comme «l’une des plus grandes menaces à la sécurité du pays.»

La ministre Bibeau lui a répondu que le Canada «est en train de développer une stratégie nationale et internationale sur le sujet», qui sera soumise à la consultation.

Réforme électorale

Les participants à cette consultation ont aussi reconnu la nécessité de réformer l’actuel mode de scrutin afin de le rendre plus représentatif.

Bien qu’il n’existe aucun système parfait, plusieurs participants ont déploré le fait que l’actuel mode de scrutin avait pour effet de favoriser le bipartisme, plutôt que l’émergence de nouveaux partis.

«Dans le système actuel, ceux qui sont dans l’opposition n’ont pas besoin d’être compétents; ils n’ont qu’à être patients», a illustré la citoyenne Pierrette Annie Marchand tout en rappelant que le Parti vert du Canada avait eu besoin de 600 000 voix avant de faire élire une première députée à la Chambre des communes.

Comme plus de 85% des pays dans le monde, le Canada aurait intérêt à adopter un mode de scrutin contenant une part de représentation proportionnelle, ont convenu les participants à la consultation.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets