Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, v-p des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Appel à agir pour le désarmement nucléaire

Adressé au gouvernement du Canada par le Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire.  (English follows)

Endossé par les Artistes pour la Paix, cet appel important fut lancé le 25 mai à 13 heures : on invite les sympathisants à nous écrire leur appui (collectif et individuel). Qui a lu notre lettre du 6 avril au ministre Dion sait à quel point le nouveau gouvernement Trudeau semble aussi éloigné que le gouvernement Harper d’une prise de conscience à ce sujet.

Cet appel, un compromis entre de multiples organismes de paix pan-canadiens, les APLP auraient aimé lui ajouter la précision qu’en plus des neuf pays détenteurs et fabricants de bombes nucléaires, il y en a d’autres fortement soupçonnés d’en posséder (Arabie Saoudite) + d’autres que le militarisme sans conscience de l’OTAN équipe de bombes nucléaires : Allemagne, Belgique, Espagne… et surtout la Turquie, dont la dérive politique dictatoriale et la complicité avec l’État Islamiste inquiètent tout démocrate.

Le 27 mai, le président Obama qui a signé une promesse d’achat sur des bombes nucléaires de mille milliards de $ (voir notre article à ce sujet) a dit de bien belles paroles, comme à son habitude dénoncées par notre amie hibakusha habitant Toronto Setsuko Thurlow :

« Il y a 71 ans, la mort est tombée du ciel », a déclaré le chef de la Maison Blanche devant le mémorial aux victimes de la bombe larguée par les États-Unis sur la ville le 6 août 1945 à 08H15.

Ce jour là, le monde « a changé pour toujours », cette bombe a « démontré que l’humanité avait les moyens de se détruire elle-même ».

« Pourquoi sommes-nous venus ici, à Hiroshima ? Nous sommes venus réfléchir à cette force terrible libérée dans un passé pas si lointain. Nous sommes venus pour rendre hommage aux morts. Leurs âmes nous parlent, elles nous demandent de regarder au fond de nous-mêmes », a ajouté le premier président américain en exercice à venir à Hiroshima.

« Les progrès technologiques sans progrès équivalent des institutions humaines peuvent nous être fatals. La révolution scientifique qui nous a conduits à la fission de l’atome appelle également une révolution morale ».

Mais il y a des signes d’ouverture : le 3 mai, le CNANW a fait venir à Ottawa à ses frais l’adjoint au Secrétaire Général de l’ONU, M. Kim Won-soo, pour un discours à l’Université d’Ottawa.

Sachant cela, le ministre des Affaires Globales, l’Honorable Stéphane Dion a tenu à assumer TOUS les frais d’hôtel et de voiturage de l’important ambassadeur au désarmement.

Il l’a en outre invité à dîner, en laissant trois représentants du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire lui poser les trois premières questions: une politesse destinée à saluer l’expertise de la société civile.

Également, il a invité les parlementaires à rencontrer M. Kim Won-soo, un exercice où Hélène Laverdière (NPD et membre des APLP) s’est signalée par sa connaissance du dossier.

sculpture jean cote

Une sculpture de Jean Côté intitulée Je suis non à la guerre. Photo : Alain Dion. Courtoisie de madame Sandra Miville (L’art de communiquer).

Profondément préoccupés par les 15,350 armes nucléaires brandies par neuf états dont environ 1,800 en « état d’alerte maximale » peuvent être déclenchées en quelques minutes;

Conscientisés par les Conférences sur la science et les affaires mondiales Pugwash et par le Comité international de la Croix-Rouge/Croissant Rouge (2011) qu’un échange même limité d’explosions nucléaires causerait de grandes pertes de vies humaines, déclencherait une famine mondiale et aggraverait les changements climatiques;

Réaffirmant l’obligation légale, adoptée à l’ONU par 190 états en vertu de l’Article VI du traité sur la non-prolifération (TNP – 1970), selon lequel « chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire par un traité de désarmement général et complet sous contrôle international strict et efficace »;

Notant la réaffirmation de cette obligation légale par la Cour Internationale de Justice en 1996 et en 2010 « la réaffirmation par les états dotés d’armes nucléaires de leur intention sans équivoque d’accomplir, en accord avec le principe d’irréversibilité, l’élimination totale de leurs arsenaux nucléaires »;

À la lumière de la motion unanime adoptée en 2010 par les membres du Sénat et du Parlement canadiens «incitant le gouvernement du Canada à entamer des négociations sur le désarmement nucléaire en vue de conclure une entente comme le propose le Secrétaire général des Nations Unies » et à déployer «une importante initiative diplomatique canadienne à l’échelle mondiale en appui à la prévention de la prolifération nucléaire et à l’accroissement du taux de désarmement nucléaire »;

Notant l’approbation du Canada de la résolution 2014 de l’Union Interparlementaire intitulée Vers un monde libre d’armes nucléaires recommandant à ses membres « d’engager leurs gouvernements respectifs à ouvrir des négociations sur une convention sur les armes nucléaires ou sur une série d’accords propres à contribuer à l’instauration d’un monde sans armes nucléaires… »;

Saluant d’autre part la participation active du Canada au sein du Partenariat international pour la vérification des mesures de désarmement nucléaire et sa tentative d’animer le Traité interdisant la production de matières fissiles;

Consternés par la faillite totale de la Conférence de Désarmement, qui restreint le nombre de ses états-membres à 65, de faire avancer les points soulevés ou tout autre aspect du désarmement nucléaire;

Le Réseau Canadien pour l’Abolition de l’Arme Nucléaire appelle le gouvernement du Canada À AGIR POUR MENER À L’ABOLITION DES ARMES NUCLÉAIRES, en :

  1. Présentant une résolution lors de la 71e session de l’Assemblée Générale de l’ONU requérant le mandat de négocier une Convention plénière qui interdirait légalement les armes nucléaires et conduirait à leur élimination vérifiable;
  2. Entreprenant ces négociations de toute urgence, selon la recommandation des Maires pour la Paix représentant plus de 7000 cités dans le monde, incluant Hiroshima et Nagasaki;
  3. S’assurant que ces négociations en vue d’un traité soient conduites dans un forum accessible à tous les pays membres de l’ONU selon une procédure démocratique calquée sur celle en vigueur lors des Assemblées Générales;
  4. S’assurant enfin que les États participants permettent et encouragent l’apport et l’engagement de la société civile.

CNANW ‘Call to Action’

by the Canadian Network to Abolish Nuclear Weapons

Deeply concerned that 15,350 nuclear weapons remain in the arsenals of 9 States, approximately 1,800 of which are on “high alert” status and can be launched within minutes;

Apprised by the Pugwash Conferences on Science and World Affairs and the International Committee of the Red Cross/Red Crescent (2011) that even a limited nuclear exchange could result in great loss of human life, global famine and further climate change;

Recalling the legally binding obligation adopted by 190 states, contained in Article VI of the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) that entered into force in 1970, to “undertake to pursue negotiations in good faith on effective measures relating to cessation of the nuclear arms race at an early date and to nuclear disarmament, and on a Treaty on general and complete disarmament under strict and effective international control”;

Noting the reaffirmation of this legally binding obligation by the International Court of Justice in 1996 and the 2010 “reaffirmation by the nuclear-weapon States of their unequivocal undertaking to accomplish, in accordance with the principle of irreversibility, the total elimination of their nuclear arsenals”;

In light of the unanimous motion adopted by Canadian Members of Parliament and Senators in 2010 that “encourages the Government of Canada to engage in negotiations for a nuclear weapons convention as proposed by the United Nations Secretary General” and “to deploy a major world-wide Canadian diplomatic initiative in support of preventing nuclear proliferation and increasing the rate of nuclear disarmament”;

Noting Canada’s support for the 2014 Inter-Parliamentary Union’s resolution entitled “Toward a Nuclear Weapons-Free World”, which “Recommends that parliaments urge their governments to start negotiations on a nuclear weapons convention or on a package of agreements to help achieve a nuclear weapon free world…”;

While commending Canada’s ongoing support of nuclear disarmament verification measures and efforts to launch negotiation of a treaty to control fissile materials;

Given the limited membership (65 states) and abject failure of the Conference on Disarmament (CD) to effectively address these and all other aspects of nuclear disarmament:

The Canadian Network to Abolish Nuclear Weapons (CNANW) calls upon the Government of Canada to PLAY A GREATER LEADERSHIP ROLE IN THE ABOLITION OF NUCLEAR WEAPONS, by:

  1. Sponsoring a resolution in the 71st Session of the UN General Assembly that seeks a mandate to negotiate a comprehensive, legally binding Convention that prohibits nuclear weapons and requires their verifiable elimination;
  2. Seeking to undertake negotiations as a matter of urgency, as recommended by Mayors for Peace representing more than 7,000 cities worldwide, including Hiroshima and Nagasaki;
  3. Ensuring that treaty negotiations are conducted in a forum that is open to all UN member states, using democratic rules of procedure modelled upon those of the General Assembly; and
  4. Ensuring that participating states welcome and encourage the input and engagement of civil society.

Commentaire de Judy Berlyn

Date d’envoi :  3 juin 2016 13:19
À :  Douglas Roche
Cc : Pierre Jasmin

Dear Doug,

Thank you for your kind and encouraging words. My colleagues in this
undertaking are members of the Women’s Commission of the Liberal Party of
Canada’s Quebec wing (LPC(Q)), in particular Adele Hebert, who presented the
resolution « Canada and a Nuclear-Weapon-Free World » to workshop participants
at the LPC Convention, in Winnipeg, on May 27, 2016. The resolution’s
convention trajectory is described below:

The resolution was submitted to the Liberal Party of Canada (LPC)’s Biennial
Convention in Winnipeg (May 26-28, 2016) by the LPC’s Quebec wing (LPC(Q)).
Like all other resolutions submitted to the Convention, it was considered by
participants in a thematic workshop, who either accepted or rejected each
resolution presented to them. Each workshop then voted to prioritize two
resolutions to be forwarded to a plenary session. Only resolutions adopted
in plenary become official LPC policy. The Canada and a Nuclear-Weapon-Free
World resolution was accepted in workshop, but not prioritized, and
therefore not submitted to plenary.

ERGO, IT IS NOT [yet] PARTY POLICY

All best,
Judy

3 Commentaires

  1. pascale camirand pascale camirand
    26 mai 2016    

    J’appuie cet appel.

    Pascale Camirand, philosophe éthicienne féministe

  2. Izabella Marengo Izabella Marengo
    28 mai 2016    

    Je donne mon appui à cet appel.

  3. Pierre JASMIN Pierre JASMIN
    2 juin 2016    

    Jeudi 2 juin 2016 (Pierre J.)
    La motion suivante (see following English version), grâce à l’activisme pacifiste infatigable de Judith Berlyn (Alliance canadienne pour la paix), a été adoptée par la convention libérale de Winnipeg en fin de semaine dernière :
    TANDIS QU’il y a 17,000 armes nucléaires dans le monde, dont la présence constitue une menace sans précédent sur la vie sur Terre telle qu’on la connaît;
    TANDIS QUE les armes nucléaires sont les seules armes à destruction massive qui n’aient pas encore été bannies par une entente internationale;
    TANDIS QUE le Canada, en tant que membre du traité de non-prolifération (TNP – 1970), a une obligation de poursuivre des négociations en vue de l’élimination totale des armes nucléaires (TNP – Article VI);
    TANDIS QUE la Cour Internationale de Justice a statué le 8 juillet 1996 1) que cet engagement du TNP est une obligation légale en vertu de la loi internationale 2) qu’il est généralement illégal d’utiliser l’arme nucléaire, ou même de menacer de les utiliser;
    QU’IL SOIT RÉSOLU que le Parti Libéral du Canada demande instamment au gouvernement du Canada :
    • de se plier, en vertu et du TNP et de la Cour Internationale de Justice, à son obligation internationale de jouer un rôle pro-actif en vue d’un monde libre d’armes nucléaires;
    • d’imiter le processus d’Ottawa qui bannit les mines anti-personnel (1999) en appelant une convention internationale qui débute des négociations pour une Convention Nucléaire en vue de bannir les armes nucléaires – semblable à la Convention sur les Armes Biologiques (1975) et à celle sur les Armes Chimiques (1997).
    _________________________________________
    Due in large measure to the tireless efforts of Judith (Judy) Berlyn, long-time peace activist and member of the Quebec wing of the Liberal Party of Canada, an extremely progressive resolution calling for Canada to take a leadership role in advancing global efforts toward nuclear disarmament was adopted at the recent federal Liberal policy convention in Winnipeg.
    The Resolution reads as follows:
    WHEREAS there are still at least 17,000 nuclear weapons in the world, whose very existence constitutes an unprecedented threat to the continuation of life on Earth as we know it;

    WHEREAS nuclear weapons are the only weapons of mass destruction not yet banned by international agreement;
    WHEREAS as a member of the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons (NPT)(1970), Canada has an international treaty obligation “to pursue negotiations” for the total elimination of nuclear weapons (NPT, Article VI);
    WHEREAS the International Court of Justice ruled on July 8, 1996: i) that this NPT commitment is a legal obligation under international law, and ii) that it is generally illegal to use nuclear weapons, or even threaten to use them;
    BE IT RESOLVED that the Liberal Party of Canada urge the Government of Canada to:
    • comply more fully both with its international treaty obligations under the nuclear Non-Proliferation Treaty, and with the International Court of Justice ruling of July 8, 1996, by playing a pro-active role in achieving a nuclear-weapon-free world;
    • emulate the Ottawa Process (which led to the banning of land mines) by convening an international conference to commence negotiations for a Nuclear Weapons Convention that would ban nuclear weapons — akin to the Biological Weapons Convention (1975) and the Chemical Weapons Convention (1997).
    To date the Trudeau government has simply been parroting the same stale positions on nuclear disarmament mouthed by the former Harper regime. Let us fervently hope that the clear wishes of the Liberal Party rank and file, not to mention of Canadians more generally, for a new approach by our new government will soon be acted upon.
    – See more at: http://www.ceasefire.ca/?p=23705#sthash.88nf4cfe.dpuf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets