Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Hiroshima : l’espoir après 70 ans

Commémorations à Montréal et Toronto

Montréal

Le 5 août 2015 à 19h 15 (heure correspondant au 6 août, 8h 15, heure de Hiroshima), une touchante cérémonie au Jardin Botanique de Montréal soulignait l’exact 70e anniversaire de l’explosion de la première bombe nucléaire sur la Ville de Hiroshima, pourtant exempte de cibles militaires : 140 000 civils furent tués instantanément ou agonisèrent dans d’atroces souffrances, faute de soins, sans compter les 70 000 morts à Nagasaki trois jours plus tard.

Le maire Coderre et le consul Kuromitsu font sonner la cloche d’Hiroshima

Le maire Coderre et le consul Kuromitsu font sonner la cloche d’Hiroshima

La cérémonie de Montréal fut sobrement animée par le maire Denis Coderre, un des 6600 Maires pour la Paix (voir leur déclaration plus bas), groupe fondé par l’ex-maire de Hiroshima, Dr. Tadatoshi Akiba, et le Consul du Japon, Hideaki Kuromitsu. Ils ont fait sonner la cloche commémorative, don de la Ville de Hiroshima jumelée à la Ville de Montréal à l’initiative du maire Pierre Bourque.

Guylaine Maroist et Judi Richards en ce 5 août 2015

Guylaine Maroist et Judi Richards en ce 5 août 2015

Guylaine Maroist, présidente et Judi Richards, vice-présidente représentaient les Artistes pour la Paix, toutes deux très fières de travailler avec Montréal pour que plus jamais on ne revive pareille catastrophe ayant marqué la paix mondiale d’un horrible sceau indélébile.

  • Étaient aussi présents :
  • l’artiste Robert Del Tredici, connu internationalement pour ses photos de Tchernobyl et autres catastrophes nucléaires
  • de même que le chercheur et infatigable militant anti-nucléaire,Gordon Edwards de la Coalition Canadienne pour la Responsabilité Nucléaire
  • l’APLP 1993 Armand Vaillancourt, sculpteur qui entreprend le 10 août à Longueuil sa monumentale sculpture à la mémoire de Michel Chartrand: consulter le site de La Force ouvrière [info@laforceouvriere.ca], dont se font champions les comédiens Geneviève Rioux et Luc Picard, APLP 2002

Les médias ont couvert l’événement sous l’angle de l’implication remarquable de l’Orchestre Symphonique de Montréal et de son chef Kent Nagano, qui débuta son hommage musical avec le Chœur des enfants de Montréal interprétant une création du compositeur Ichiro Nodaïra et un lied de Schubert retransmis par Radio-Canada à l’international, entre autres à Hiroshima. Notons que les musiciens de l’OSM avaient tous sans exception choisi d’être présents, et ce à titre bénévole.

Guylaine Maroist en discussion avec Armand Vaillancourt – 5 août 2015

Guylaine Maroist en discussion avec Armand Vaillancourt – 5 août 2015

L’HORRIBLE FAUSSE NOTE de cet ensemble pourtant si positif? Le concert était filmé depuis … l’Esplanade de la Financière SUN LIFE, la compagnie canadienne la plus impliquée dans la construction et la modernisation des bombes nucléaires américaines par sa participation de plusieurs milliards de $ depuis 2011 à Honeywell International, Lockheed Martin et Northrop Grumman. OUCH!!!

Remarquons que le cinéaste Philippe Falardeau présentait cinq jours plus tard son film Guibord-s’en-va-t‘en-guerre en inauguration du Festival de Locarno en Suisse ET au même endroit grossièrement inapproprié de Montréal : rappelons que SUN LIFE Financial finance aussi la construction des avions furtifs et hors de prix F-35 et des drones armés américains causant des milliers de morts au Pakistan, au Yémen, en Somalie et en Afghanistan. RE-OUCH!!

Cela montre hélas à quel point les artistes montréalais ignorent notre site qui a pourtant dénoncé sans relâche, courageusement relayé par L’AUT’JOURNAL, cette complicité de la SUN LIFE telle qu’exposée par ICAN.org sur son site international www.dontbankonthebomb.com.

Toronto

L’autre vice-président des Artistes pour la Paix, Pierre Jasmin, avait choisi d’être à Toronto le 6 août 2015, en l’Église de la Sainte-Trinité (Unitarian) du centre-ville. En la métropole du Canada, c’est un comité démocratique qui décide annuellement du contenu des cérémonies-souvenirs-de-Hiroshima : y siègent un représentant du Maire de Toronto, avec divers représentants d’églises de multiples confessions (bahaï, bouddhistes, catholiques, etc.) et d’ONG pour la paix tels que Physicians for global survival, le Centre culturel japonais, Voices of women, Science for Peace, Conscience canada, Canadian Pugwash, Raging Asian Women (RAW), Raging Grannies, Veterans against Nuclear arms, etc .

C’est le modèle que nous osons suggérer aujourd’hui à Dimitri Roussopoulos, proche du Maire de Montréal, pour éviter à l’avenir le genre de fausse note que nous aurions relevée. À Toronto, le programme musical fut plus modeste quoique réussi : des pièces vigoureuses sur tambours Taiko par l’ensemble féminin RAW, trois chants merveilleusement interprétés par le chœur Pax Christi fort d’une quarantaine de membres présents et plusieurs pièces méditatives pour flûte solo asiatique par l’artiste Ron Korb résonnèrent dans la belle acoustique de cette église aux structures de bois, une des plus vieilles de Toronto. Ils furent suivis par cinq chants dénonçant les armes nucléaires par les Raging Grannies dont Last night I had the strangest dream (Ed Mc Curdy), chant favori du fondateur de Pugwash, le physicien nucléaire Josef Rotblat.

Le tout était animé par la Pugwashite Phyllis Creighton dont l’humour bienveillant et les remarques bien dosées, émaillées de statistiques rassemblées par ICAN.org, étaient tirées d’un programme de huit pages sur papier glacé distribué à la foule remplissant l’église, ajoutant un élément didactique indispensable pertinemment intitulé « l’espoir après 70 ans! ».

Enfin, un long et brillant discours par le député d’Ottawa Paul Dewar, porte-parole du NPD pour les Affaires extérieures du Canada, relata sa douloureuse visite du Kazakhstan, pays meurtri par les conséquences des explosions nucléaires atmosphériques de l’URSS il y a quarante ans. Il développa ensuite une démonstration éloquente sur la nécessité que le monde se débarrasse de TOUTES SES ARMES NUCLÉAIRES. C’était l’élément vital inscrivant l’événement dans l’actualité politique, hélas absent des cérémonies de Montréal…


 

Un monde sans armes nucléaires : Notre bien commun

Déclaration des parlementaires, maires et responsables religieux pour commémorer le 70ème anniversaire du début de l’ère nucléaire et de la création de l’Organisation des Nations Unies, proposée par le néo-zélandais Alyn Ware, coordonnateur des Parlementaires pour la Non-Prolifération Nucléaire et le Désarmement. Nous le remercions pour son envoi.

Depuis les cendres de la Seconde Guerre mondiale et à la suite des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki, l’Organisation des Nations Unies a été créée avec une vision commune de mettre fin à la guerre et d’éliminer « toutes les armes permettant des destructions massives. »

70 ans plus tard, plus de 16 000 armes nucléaires demeurent dans les arsenaux du monde coûtant 100 milliards $ par an – des fonds qui pourraient être utilisés à la place pour lutter contre les changements climatiques, éliminer la pauvreté et répondre à d’autres besoins sociaux et économiques.

En tant que parlementaires, maires et responsables religieux, nous nous unissons pour mettre en évidence les risques persistants d’une catastrophe nucléaire – que celle-ci arrive par accident, par erreur de calcul ou par intention – et l’impératif moral et de sécurité à parvenir à l’abolition nucléaire.

Nous réaffirmons la description donnée par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à propos de l’abolition des armes nucléaires, qui serait « un des biens les plus précieux pour tous».

D’une certaine manière les maires sont responsables de protéger la sécurité et le bien-être de leurs citoyens comme de promouvoir les valeurs culturelles et de préserver l’environnement et le patrimoine; les parlementaires eux, sont responsables des politiques et des lois nationales pour l’intérêt des générations actuelles et futures ; et les responsables religieux sont responsables de promouvoir les principes moraux communs et le respect du bien-être de toutes les personnes, indépendamment de leur origine ethnique, de leur nationalité ou de leur religion.

Ensemble, maires, parlementaires et responsables religieux, nous soutenons l’intérêt commun de l’abolition des armes nucléaires. Nous rejetons les armes nucléaires qui menacent notre humanité, sont contraires à nos principes moraux, violent le droit international et entravent la sécurité et le bien-être des générations actuelles et futures.

Nous nous engageons à une action de principe pour promouvoir une sécurité partagée et le bien-être de tous, sur la base profondément ancrée des principes moraux largement partagés, la primauté du droit et un profond engagement pour la résolution pacifique des conflits.

Nous invitons les dirigeants mondiaux à s’engager pour faire progresser l’abolition des armes nucléaires et pour remplacer la dissuasion nucléaire par des approches de sécurité commune à l’égard des conflits. Nous exhortons donc les États à promouvoir une convention sur les armes nucléaires ou une série d’accords qui élimineraient les armes nucléaires.

Nous nous engageons à impliquer nos circonscriptions et à renforcer la coopération entre les responsables religieux, les parlementaires et les maires pour promouvoir cette mission vitale.

Cette déclaration adoptée à Hiroshima le 6 Août 2015 par les Maires pour la Paix sera présentée à l’Organisation des Nations Unies le 26 Septembre, Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires.

See more at http://www.pnnd.org/article/nuclear-weapon-free-world-our-common-good-legislators-and-religious-leaders-join-forces

 

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    12 août 2015    

    À Toronto, le maire s’est fait représenter par l’échevin d’origine chinoise Raymond Cho. Beau signe d’humble volonté pacifiste de sa part par son discours.
    Ceci me rappelle que le maire Gérard Tremblay avait décidé de dé-démocratiser la commémoration annuelle de Hiroshima, irrité par un discours des Artistes pour la Paix jugé perturbateur car trop politique: nous avions, lors d’une commémoration officielle, dénoncé l’indécence passée et même présente des armes nucléaires américaines,en tempérant cette dénonciation par le rappel du massacre de deux cent mille civils à Nankin en Chine par l’armée impériale japonaise en 1937…
    Ce rappel pourtant glissé entre parenthèses ne cadrait apparemment pas avec l’objectif de la mairie d’alors de faire du 6 août une soirée de solidarité canado-japonaise, avec présence de nombreux hommes d’affaires du Japon. Qui était trop politique selon vous??? Remarquons l’absence honteuse du gouvernement fédéral dans ces commémorations au cours des années…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets