Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Nous, écolos, avons fait économiser 9 milliards de $ au Québec

On oppose trop souvent l’écologie à l’économie. Nous vous présentons ici un dossier qui a permis au Québec d’économiser plus de 9 milliards de $ grâce à l’action désintéressée des écologistes. La fermeture de la seule centrale nucléaire québécoise, Gentilly-2 en décembre 2012, a fait sauver au Québec plus de 6 G$. Dans son rapport d’octobre 2012, Hydro-Québec (H-Q) avait écrit : «Il en ressort qu’un deuxième cycle de vie pour la centrale coûterait 6,3 G$ en plus des coûts d’opération.» H-Q ajoutait que le coût de l’électricité produite aurait été à 12 cents le kilowattheure alors que le prix de vente aux États-Unis et en Ontario est d’environ 5 cents/kWh.

Ces ventes auraient donc été à perte. De plus H-Q fait face dans la présente décennie à des surplus d’électricité qu’elle doit écouler souvent à bas prix. H-Q n’avait aucun besoin d’une centrale nucléaire reconstruite à grands frais. En plus, additionnée à l’annulation de l’achat de Point Lepreau par Hydro-Québec en mars 2010, suite à une pétition des Artistes pour la Paix mise par Amir Khadir sur le site de l’Assemblée nationale qui a rallié quatre mille signataires, la fermeture de G-2 a fait éviter la décote qui serait venue de Moody’s à Wall Street. Le Nouveau Brunswick l’a subie à partir de 2009, principalement à cause des problèmes de délais et dépassements de coûts pour la réfection de la centrale nucléaire Point Lepreau qu’Hydro-Québec s’est vue éviter d’assumer. Avec la décote sur les nouveaux emprunts, c’est donc au moins 9 G$ que le Québec a sauvés.

Par leurs analyses, leurs écrits, leurs films et leurs interventions dans tous les médias, ainsi que lors de tribunes publiques gouvernementales, de nombreux intervenants écologistes ont réussi à démontrer au public et aux élus l’énorme risque économique et sanitaire des réacteurs CANDU. Nous rendons un grand hommage aux groupes et personnes écologistes qui ont contribué de différentes façons à la décision courageuse du parti québécois de fermer la centrale nucléaire Gentilly-2 à Bécancour en décembre 2012.

En plus des 400 résolutions municipales qui ont appuyé le Mouvement sortons le Québec du nucléaire (MSQN), les organismes écologistes impliqués ont été représentés entre autres par les près de deux cents personnes suivantes : Abbott Matt, Adair Leticia, Archambault Sylvain, Auger Pierre, Back Frédéric, Beaulieu Lorraine, Beaulieu Renée, Beauregard Anne-Marie, Béland Nicole, Bélisle André, Bergeron Mylène, Berthelot Lucie, Bertrand Louis, Bois Sébastien, Boisclair Nicolas, Bombardier Yvan, Bonin Patrick, Bonneau Eugénie C, Bouchard Philippe H., Boucher Jacques, Boudreault Nathalie, Bourke Philippe, Bouthillier André, Bouthillette Nadia, Breton André, Breton Daniel, Brulemans Marc, Bruneau Mario, Buckthought Mike, Burcombe John, Cardinal Éric, Cardinal Hélène, Champagne Dominic, Charbonneau Simon, Chatillon Jean, Chénier Marc, Chirgwin Juan-Carlos, Coburn Stéphanie, Connors Hélène, Coon David, Cornelissen Kim, Cornwell Steve, Côté Véronique, Cyr Jean-Claude, Dagenais Jacques, Darier Eric, De Halleux Alain, Del Tredici Robert, Denault Jacinthe, Deschênes Miguel, Dion Jean-Luc, Dion Johanne, Duchesne Robert, Duguay Mary, Duguay Raôul, Dufresne Diane, Dumas Alain, Dworkind Michael, Edwards Gordon, Ennis Dan, Fairlie Ian, Fafard Marc, Ferland Éric, Fitzgerald Gretchen, Foisy Pierre, Fugère Michel, Gagnon Rose-Anne, Gaillard Henri, Gauthier Jean-François, Gauthier Raymond, Gauthier Yves, Gingras Daniel, Gingras Isabelle, Goudreau Michel, Green Daniel, Guilbeault Steven, Harley Mary Lou, Hart Phyllis, Hart Ramsey, Harvey  Caroline, Hébert Élaine, Hébert-Houle Émilie, Heuff Romey, Imbeault Bruno, Iwaasa Raymond Stone, Jacob Henri, Jasmin Jean, Jetté Marcel, Joncas Hugo, Julien Pierre-André, Karon Alain, Kennedy Joy, L’Homme Denis, Lachapelle François A., Lack Larry, Lacoursière Estelle,  Lair Richard, Laliberté Brigitte, Lambert Pierre, Lamothe Hélène, Lange Nancy, Lanouette Diane, Lapalme Jean, Lapierre François, Lapointe Ugo, Larose Gérald,  Lauzon JiCi, Lavoie Dave, Leblanc Jacinthe, Leblanc Nathalie, Lebel Gaëtan, LeBel Geneviève, Leclerc Michel, Legendre Sophie-Anne, Le Hir Richard, Lemieux Julie, Levasseur Jacques, Lévesque Louise, Lussier Claude, McClenaghan Theresa A., Mclaughlin Beth, MacDougall Jack, Mainguy André, Marchand Manon, Maroist Guylaine, Massé Bruno, Mathis Marianne, Mayrand Karel, Meis Jean-Marc, Mélançon Carmen, Ménard Jean-Sébastien, Meunier Monique, Miyow Jr Stuart, Moll Marita, Monette Hélène, Mongeau Serge, Mousseau Normand, Murphy Sharon, Noël Réal, Nolan Willi, Normand Jérôme, Notebaert Éric, Noury Diane, Obedkoff Vicki, Pâquet Sylvie, Patenaude Michael, Patenaude Robert, Pelletier Jean-Marc, Pelletier Pol, Piché Claudette, Pradès José, Primeau Daniel-Jean, Pronovost Sonia, Proulx Jean-Yves, Prudhomme Maude,  Rasmussen Patrick, Reddin Tony, Reid Réal, Rheault Donald, Robichaud Dawn, Rouse Chris, Roussy Johanne, Roy Annie, Roy Julie, Ruel Éric, Ruest Gaëtan, Saladzius Alain, Sauvé Lucie, Seguin Michel, Simard Christian, Simard Serge, St-Cerny Anne-Marie, St-Pierre Carolane, Stensil Shawn-Patrick, Tessier Berthe, Thériault Jean, Thompson David, Tippett Paula, Vaillancourt Jean-Guy, Vakil Cathy, Van Brabant Sylvie, Vandelac Louise, Veilleux Jean-François, Véronneau Pierre, Vigneault Réal, Ward Lee Ann, Waridel Laure, Welt Thomas.

Auteurs : Michel Duguay, Philippe Giroul et Pierre Jasmin

Notre lettre (sa version première) a été publiée sur:

http://www.lautjournal.info

http://gaiapresse.ca/nouvelles/lettre-ouverte-la-fermeture-de-gentilly-2-plus-de-9-milliards-deconomie-39315.html

http://www.vigile.net/La-fermeture-de-Gentilly-2-plus-de

http://www.journaldemontreal.com/2014/10/08/gentilly-2-plus-de-9-milliards-deconomie

http://www.apehl.ca/index.php/nucleaire

http://www.journaldequebec.com/2014/10/08/gentilly-2-plus-de-9-milliards-deconomie

A summary by Gordon Edwards:   October 6, 2014
On December 28, 2012, Quebec shut down its only operating nuclear reactor, Gentilly-2. This was done despite a previously announced decision by the government-owned utility, Hydro-Quebec, to spend $1.9 billion to « refurbish » the geriatric reactor — that is, to rebuild the primary cooling system of the reactor by replacing more than a thousand radioactive pipes inside and adjacent to the core.  
The Gentilly-2 reactor had already received a licence from the Canadian Nuclear Safety Commission to proceed with the refurbishment, as had already been done in New Brusnwick with the Point Lepreau reactor — a « twin » of the Gentilly-2 reactor.  
But the citizens of Quebec organized in an unprecedented way to deliver a strong message to the political leadership of Quebec, and the government decided to phase out of nuclear power by shutting down Gentilly-2 rather than proceeding with the refurbishment.
The reasons that entered into this decision were many:
(1) the Point Lepreau refurbishment was more than a billion dollars over budget and three years late;
(2) Ontario Hydro had decided not to refurbish its four Pickering B reactors for economic and safety reasons;
(3) since 1978, the Government of Quebec had supported a moratorium on any new reactors in Quebec;
(4) the National Assembly had voted never to accept high level wastes into Quebec for permanent storage;
(5) the business case for refurbishing the Gentilly-2 reactor was utterly compromised by careful analysis;
(6) routine emissions of radioactivity, especially tritium, were strongly suspected of damaging health of citizens;
(7) the reactor and especially the spent fuel pool were clearly vulnerable to terrorists or other acts of malice;
(8) a major reactor accident would cripple the St-Lawrence Seaway and contaminate agricultural lands.
Above all, the citizens of Quebec — municipalities, First Nations, medical doctors, artists and musicians, environmentalists and academics, scientists and other intellectuals — had made it clear that nuclear power had no future in Quebec.  
The shutdown of Gentilly-2: more than 9 G$ saved 
by Michel Duguay, Philippe Giroul and Pierre Jasmin
Ecology and the economy are too often set in opposition. We give here an example where Québec saved more than 9 billion dollars thanks to ecologist citizen groups.The shutdown of the Gentilly-2 nuclear power plant has saved Québec more than 6 billion dollars (G$). In its 2 October 2012 report Hydro-Québec (HQ) wrote: « This means that a second life cycle for the power plant would have cost 6.3 G$ in addition to operating costs. » HQ added that the cost of electricity from Gentilly-2 (G-2) would have been 12 cents per kilowatt hour, while the selling price in the United States and Ontario is about 5 cents / kWh. These sales would have been at a loss. Moreover, in this decade HQ is dealing with excess electricity that it must often sell at low prices. Clearly, HQ did not need a nuclear power plant rebuilt at great expense. Furthermore, the shutdown of G-2, added to the cancellation of Hydro-Québec’s proposed purchase of the Point Lepreau nuclear reactor, following a petition si
gned by 4000 persons on the web site of the Assemblée Nationale, avoided a credit rating downgrade that would have come from Moody’s on Wall Street. That’s what New Brunswick experienced in 2009 mainly because of massive delays and cost overruns with the refurbishment of Point Lepreau. With the avoided rating downgrade on new loans, it’s more than 9 G$ that Quebec has saved.
This open letter is intended as a special tribute to the environmentalist groups and individuals who contributed to the decision of the Parti Québécois to shut down the Gentilly-2 nuclear power plant in Bécancour in December 2012.Through their analyses, their writings, their films and interventions in all media, as well as in governmental public forumsmany environmentalist citizens were able to demonstrate to the public and  to  elected  officials the enormous economic and health risks of the CANDU nuclear reactors. 

PS On trouve en gras des corrections en faveur desquelles je n’ai pas eu le temps de persuader mes camarades (qui ont fait le gros du travail de cette lettre), tout occupé à co-rédiger et à gérer la pétition contre les bombardements. J’aimerais dédier notre article à la mémoire de Marcel Jetté, mort hélas quelques jours avant de voir son rêve de fermeture de la centrale qu’il accusait d’avoir volé sa santé à cause des réparations dangereuses qu’on lui avait confiées. Le 13 avril 2011, il comparaissait à Bécancour devant la Commission canadienne de sûreté nucléaire, juste avant moi, et je l’avais encouragé, par une accolade, à continuer calmement son témoignage essentiel alors que trop bouleversé et malade, il s’apprêtait à y renoncer.

Marcel Jetté, 1939-2012

Marcel Jetté, photo prise quelques mois avant sa mort

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    6 octobre 2014    

    François A. Lachapelle qui a beaucoup travaillé à nos côtés a écrit dans Vigile.net:

    D’entrée de texte, je précise que je fais partie des 183 personnes mentionnées dans le texte de MM Duguay, Giroul et Jasmin.
    J’ajouterai quelques informations collatérales à l’économie globale de 9 milliards $ estimée par les signataires.

    1. Le 19 décembre 2013, Hydro-Québec émettait un communiqué de presse dans lequel elle précise le nombre d’emplois requis pour la poursuite des activités du déclassement de la centrale Gentilly-2.
    Voici un extrait de ce communiqué de presse :  » Les activités prévues pour la prochaine année concernent, entre autres, le drainage et l’entreposage sécuritaire de l’eau lourde des circuits du caloporteur et du modérateur. Ces activités requerront l’expertise et la contribution d’environ 300 employés en 2014. »

    2. Ce nombre d’employés m’a été confirmé par un employé de la centrale au cours de l’été 2014. De plus, ces employés sont informés que leur emploi peut durer encore cinq années. On est loin des cris des Chambres de commerce et des représentants syndicaux (FTQ) qui faisaient retentir d’une seule voix :  » fermer Gentilly-2 signifie la perte de 800 emplois ».

    3. Le même communiqué du 19 décembre 2013 d’H.-Q. écrit :  » Au début de l’année 2013, il y avait environ 600 employés en poste à la centrale. Au terme de l’année 2013, 307 employés se sont trouvé un autre emploi au sein de l’entreprise, ont pris leur retraite ou ont quitté Hydro-Québec pour un autre employeur. De ce nombre, environ la moitié est restée dans la région de la Mauricie – Centre-du-Québec. »
    Donc, il n’y aurait presqu’aucun employé permanent ou temporaire qui aurait perdu son emploi avec la fermeture de Gentilly-2 : 600 et non 800 moins 307 = 293 emplois requis pour le déclassement de Gentilly-2.

    4. Finalement, ayant eu accès aux chiffres de production de la centrale Gentilly-2 depuis sa mise en service le 1er octobre 1983, presqu’aucun bénéfice brut d’exploitation n’a été dégagé durant les 351 semaines qui se sont écoulées jusqu’à sa fermeture le 28 décembre 2012 pour une production nette de 123 térawattheures.
    En dollars 2012, au total, le bénéfice brut est de 484 millions $ pour la valeur de l’électricité nette produite et livrée à la centrale alors que pour la même période ou presque, la valeur des immobilisations additionnelles annuelles est presque équivalente au 484 M$ de bénéfices bruts, pour un solde NUL.

    5. Et nous n’avons pas comptabilisé les coûts de construction, les coûts de démantèlement en cours jusqu’à « pré-vert » et les coûts de gestion et du retrait des déchets nucléaires qui sont de 3 catégories : légèrement, moyennement et hautement contaminés.

    6. Conclusion : durant près de 29 années, les retombées économiques dont ont joui les régions limitrophes qui en dollars 2008 pouvaient représenter environ 100 millions de dollars, partagées 25-75 entre la Rive Sud et la Rive Nord, étaient du bien-être social déguisé, payé par tous les Québécois. On comprend mieux maintenant les cris de « merlan frit » des enfants gâtés salariés de Gentilly-2, appuyés par les néo-libéraux des Chambres de commerce dont la devise est : privatisons les profits et socialisons les pertes.

    Encore aujourd’hui, le choeur de chant dirigé par Philippe Couillard nous répète que le Québec est dans le rouge. C’était vrai avec Gentilly-2 et il y a encore des Gentilly-2 avec les minières qui s’emparent de nos richesses naturelles et c’est encore vrai avec les compagnies et les particuliers qui délocalisent leurs bénéfices ailleurs qu’au Québec pour payer moins d’impôts.

    Si le Gouvernement Couillard s’attaquait aussi aux fuites des bénéfices vers des paradis fiscaux, s’il coupait les privilèges aux 300 religions reconnues ne payant pas d’impôts étant reconnues OSBL, organismes sans buts lucratifs, s’ils faisaient des campagnes d’éducation pour éviter le sur-endettement des ménages pris ensuite à la gorge par les huissiers en contrôlant les publicités excessives encourageant les achats à crédit, le Québec ne serait plus dans le rouge. Et le neuro-chirurgien Couillard connaît ce qu’il faut faire pour limiter les hémorragies, à moins qu’il laisse faire.

    Jean Claude Pomerleau ajoute à cet excellent texte de François:
    Il faut ajouter à cette contribution des environnementalistes pour la défense des intérêts du Québec la lutte contre la centrale au gaz le Suroît.
    C’était l’époque où Charest avait privatisé la filière gaz de Hydro Québec, il avait 12 centrales dans ses cartons. Le mouvement écologiste a fait dérailler ces projets. Une seule a passé : la centrale de Bécancour.
    Cette centrale de Bécancour qui appartient à TCE de Calgary a produit pendant un an. Depuis, Hydro Québec a payé 1 milliard 600 millions en pénalités (au privé) pour ne pas que cette centrale produise ! Imaginez si les 12 centrales (privées) avaient été construites.
    Ce qu’on doit aux environnementalistes (et à Daniel Breton, en particulier), ce sont des milliards de sauvés pour Hydro Québec, et le respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets