Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Émile Bilodeau grandeur nature

bilodeau-nature

Dans la nature d’Orford en Estrie le 16 octobre, Émile Bilodeau offrait un récital attendu et fort applaudi organisé par ce qui s’appelle pompeusement le Comité des jeunes philanthropes d’Orford Musique, heureusement présenté par une jeune femme sympathique sans prétention. Ceci explique pourquoi Bilodeau était curieusement précédé de deux musiciens classiques, la harpiste Valérie Milot et le violoncelliste Stéphane Tétreault qui ont offert une formidable interprétation fusionnelle de deux œuvres de compositeurs contemporains d’Ontario, l’un inspiré par la musique klezmer. Entrée surréelle, voire incongrue, jusqu’au moment où le jeune Tétreault est revenu sur scène afin d’accompagner Émile de façon convaincante dans Métamorphose, sa très belle chanson inspirée de la théorie (r)évolutionnaire de Darwin : la rencontre folk-classique reflétait superbement ses paroles je veux changer pour mieux me ressembler.

emile-bilodeau

Auteur-compositeur-interprète libre dans la plus belle acception du terme, habillé de son t-shirt vert, de pantalons noirs et d’une paire de running shoes qui avaient dû être blancs dans une lointaine vie antérieure, Émile Bilodeau a ouvert son récital avec sa chanson J’en ai plein mon casque, de la guerre et de toutes les autres affaires… et poursuivi sur une veine inspirée par l’écume des jours et d’autres œuvres musicales iconoclastes de Boris Vian : l’exploitation de ses nombreux registres de voix, servis par une diction et une projection remarquables, semble un hommage vibrant à ce précurseur, alors que sa fougue écologiste De De De… dénonciateur des pipelines de marde de transition de Justin Trudeau et de réseaux sociaux peuplés d’homophobes, de racistes, de sexistes et de tous ceux qui passent leur vie plate à nous diviser, ressemble, pour notre bonheur trop longtemps laissé orphelin, à l’amère générosité de Dédé Fortin des Colocs.

Ses chansons j’suis pas vraiment croyant, j’préfère écouter la voix de la raison et m’arranger où il ressuscite Raymond Lévesque artiste pour la paix hommage 2011, puis surtout, reprise en chœur par tous les jeunes de la salle Non, j’vais marcher qui pourrait bien devenir un hymne à cette époque où nos médias ferment la gueule à tous ces jeunes désespérés ou au contraire remplis d’espoir qui marchent de Gatineau à Québec pour sauver nos arbres et nos forêts ou qui redémarrent la Marche Mondiale des Femmes dimanche le 17 octobre, sans écho de nos éditorialistes endormis dans le confort et l’indifférence.

Et le récital de Bilodeau, où mon fils m’accompagnait avec enthousiasme, se termina en évoquant George Floyd mort sous le genou d’un policier fasciste dont l’indifférence faisait froid dans le dos et Joyce Echaquan morte sous les sarcasmes d’une infirmière écrasée de fatigue et de responsabilités injustes à porter, mais pas assez pour ne pas être raciste.

Pour ceux et celles que l’amour éperdu de la culture et de la vie anime encore, Émile Bilodeau qu’il ne faudra pas laisser se sacrifier comme Dédé l’avait fait, perte irrémédiable, ouvrira au Centre Bell le 25 novembre la soirée des Cowboys Fringants : à ne rater sous aucun prétexte, notre survie au Québec en dépend !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets