Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

75 ans de l’ONU: tiers-état en action et COVID-19

onu_75_ans_fr

 

Les Artistes pour la Paix souligneront avec vigueur le 24 octobre qui marque officiellement le 75e anniversaire de l’entrée en vigueur de la charte des Nations-Unies. Les objectifs premiers de l’organisation sont le maintien de la paix et la sécurité internationale ; pour les accomplir, elle promeut la protection des droits de l’homme, la fourniture de l’aide humanitaire, le développement durable et la garantie du droit international.

La démocratisation de l’ONU

Le 19 octobre, Tatiana Carayannis et Thomas G. Weiss annonçaient leur publication à venir The Third United Nations: How a Knowledge Ecology Helps the UN Think (Oxford University Press, 2021). Ils y expliquent combien ce 75e anniversaire tombe à un moment critique du besoin d’interdépendance et de coopération globale, bref de ce multilatéralisme nié par les populistes Trump, Poutine, Erdogan, Modi, Bolsonaro, Duterte, Netanyahu, Sisi et Orban (auxquels ils associent à tort ? Xi et Maduro). Leur article se termine par une réflexion de John Maynard Keynes [1] à qui des dogmatiques reprochaient ses opinions changeantes et qui répondait: « Lorsque je reçois de nouvelles informations, je change mes vues. Vous, non ? »

En cette période de pandémie, Francis Fukuyama écrit «tandis que les chefs d’états activent le jeu nocif des blâmes, les savants et officiels de santé publique intensifient leurs réseaux de connexion ». Les organismes internationaux, au nombre de 213 en 1909 se comptent au nombre de 70 000 en 2020, et si plus de la moitié d’entre eux restent nord-américains et européens, l’Asie enregistre la plus grande croissance actuelle. Les ONGs constituent ce qu’on peut appeler le tiers-état de l’ONU, peuplé d’intellectuels, d’autorités scientifiques, de consultants, de think tanks, de philanthropistes, d’artistes et de médias qui échangent leurs idées et fondent une collaboration globale qui défie les statu quo étatiques…

Car la prolifération des gouvernements populistes n’est pas inéluctable comme l’annonce la bonne nouvelle du résultat d’élections en Bolivie qui vient de les chasser du pouvoir ! Dr. Joan Russow, fondatrice du Global Compliance Research Project, et Lori Johnston (Yamasi), qui présidait le Southeast Indigenous Peoples’ Center, font avancer leur opposition au sexisme et à la discrimination victimisant les nations moins favorisées.

En un article de Jean-Christophe Laurence (La Presse, 26 septembre), Louise Fréchette, vice-secrétaire générale des Nations unies de 1998 à 2006, défiée par Romuald Sciora, coauteur du livre Qui veut la mort de l’ONU [2], persiste dans sa vision optimiste que

« les Nations unies, c’est un ensemble d’institutions qui jouent une multitude de rôles. C’est un forum de débats, un endroit où on négocie des normes internationales, où on harmonise les actions des États, où on fait de la recherche et des statistiques qui font autorité. C’est une voix, c’est un symbole qui rappelle aux gens les valeurs sur lesquelles on s’est entendus. Un monde où il y a des règles communes sur le commerce, sur la pêche en haute mer, sur l’utilisation des armes, c’est (…) un ensemble de mesures agréées par tout le monde, qui font qu’il y a un peu d’ordre dans les contacts entre les États. Ce qui est extraordinaire, c’est que, depuis 75 ans, malgré toutes les défaillances, ça a tenu. Dans la grande majorité des cas, la grande majorité des pays se conforme aux règles communes qui ont été agréées au fil des ans. Soixante-quinze ans de paix, c’est grâce à ça…»

L’Agora des Habitants de la Terre et la COVID-19

Bien sûr, on déplore que l’ONU et son Secrétaire-Général Antonio Guterres perd des batailles menées par des organismes qui se déclarent internationaux sans en faire partie, comme le G-7, Davos et l’OMC. En rejetant vendredi le 16 octobre la proposition de suspension des brevets sur la thérapie anti-Covid-19, l’Organisation Mondiale du Commerce a grossièrement empiété sur le domaine de l’Organisation Mondiale de la Santé (ONU), sous l’influence des Big Pharma$ de l’Union européenne, des États-Unis, de la Suisse, du Japon, de la Norvège, du Royaume-Uni, de l’Australie, du Brésil et hélas, du Canada de Trudeau.

Le refus de l’OMC de suspendre certaines dispositions des Traités TRIPS concernant les brevets relatifs aux tests, les traitements médicaux et les vaccins contre la pandémie COVID-19 pour une période nécessaire permettant à la population mondiale d’accéder à la thérapie Covid-19 en égalité de droit, fait honte à notre appellation d’humanité.

Être acteurs du drame dans lequel nous jouons nous empêche sans doute de prendre le recul nécessaire pour ne pas y succomber. Mais cela ne devrait pas nous exempter du devoir inaliénable de tout mettre en œuvre pour le salut de notre civilisation, sous peine de porter la responsabilité de sa perte.

En prononçant ce refus, l’OMC devient l’organisation mondiale fossoyeuse du bien commun OMFBC, et par là, se rend responsable de la mort de milliers d’individus à qui elle nie l’accès aux soins.

La suspension des brevets sur les futurs vaccins anti-Covid-19, présentée par l’Inde, l’Afrique du Sud, le Kenya et l’Estawini, avait pourtant rapidement rassemblé le soutien du Bangladesh, du Sri Lanka, du Pakistan, du Népal, du Venezuela, du Nicaragua, de l’Égypte, de l’Indonésie, de l’Argentine, de la Tunisie, de l’île Maurice, du Mali et du Mozambique, ainsi que de l’Agora des Habitants de la Terre (Riccardo Petrella et au Québec, mes collègues Lucie Sauvé, Hélène Tremblay, Martine Chatelain, Jean-Yves Proulx, Jacques Brodeur et Philippe Giroul). Quatorze autres pays, dont la Chine, le Nigéria, les Philippines, la Turquie, la Thaïlande et l’Équateur avaient aussi appuyé cette suspension, tout en se disant ouverts à de nouvelles discussions sur les détails. »

Ce n’est qu’un épisode de la lutte pour la démocratisation de l’ONU, à laquelle les Artistes pour la Paix sont vivement attachés : merci de nous suivre.


[1] Lire Keynes et ses combats, éditions Albin Michel 2009, par mon regretté collègue à l’UQAM, Gilles Dostaler.

[2] http://www.artistespourlapaix.org/?p=15965

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    20 octobre 2020    

    Tout en nous envoyant l’article qui dresse de très sombres constats, Riccardo Petrella m’a envoyé ce gentil message: « Cher Pierre, tu as raison, il faut maintenir et nourrir l’espoir. Compliments pour l’article. Riccardo ».
    Dans son propre article, il rapporte que « Trump a acheté en mai dernier tout le stock disponible du médicament remdesivir de l’entreprise américaine Gilead Sciences, considéré efficace pour un prompt rétablissement contre le Covid-19 ». Mes propres informations scientifiques dénigrent, comme l’OMS, le remdesivir comme inefficace. Mais l’OMS n’est pas totalement infaillible, par exemple lorsqu’elle a averti que la COVID-19 allait ravager l’Afrique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets