Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Le Nobel de la Paix au Programme alimentaire mondial

helicoptere_pam

Un hélicoptère du Programme alimentaire mondial livre des fournitures indispensables à la population d’Udier, au Sud-Soudan, le 4 mai 2018. Photo : UNICEF/Peter Martell

Le Prix Nobel de la Paix 2020 a été attribué au Programme alimentaire mondial de l’ONU vendredi matin, en reconnaissance de « ses efforts pour combattre la faim, ses contributions à l’amélioration des conditions de paix en zones de conflits, et pour son rôle prédominant dans la lutte à l’instrumentalisation de la faim comme arme de guerre ».

Le directeur exécutif du Programme, M. David Beasley, a souligné le lien de cause à effet entre la sécurité alimentaire et la perspective d’un monde en paix. « Là où il y a conflit, il y a la faim. Et où il y a la faim, il y a souvent conflit. En ce jour, souvenons-nous que la sécurité alimentaire, la paix et la stabilité marchent ensemble. Sans la paix, jamais nous n’atteindrons notre objectif de faim-zéro à l’échelle globale; et tant que subsistera la faim, nous ne verrons pas un monde en paix. Il y a 690 millions de personnes affamées, chacune d’elles a le droit de vivre en paix et à l’abri de la famine. Aujourd’hui, le Comité Nobel met en lumière les conséquences dévastatrices des conflits. Les chocs climatiques et les pressions économiques les ont amplifiées. Et maintenant, la pandémie mondiale, avec son impact brutal sur les économies locales, pousse des millions de personnes de plus vers la famine  ».

Selon le Comité Nobel,  « le monde risque de connaître une crise alimentaire d’une ampleur sans précédent si le Programme alimentaire mondial est privé des ressources financières qu’il a demandé. C’est un cercle vicieux : les guerres et les conflits créent la famine et l’insécurité alimentaire, tout comme la famine et l’insécurité alimentaire favorisent l’éclosion de conflits et le recours à la violence ».

M. Beasley a précisé que le Programme collabore avec les gouvernements, les communautés locales et la société civile pour remplir sa mission – ainsi, le Prix rejaillit sur de nombreuses organisations.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    10 octobre 2020    

    Le premier ministre Justin Trudeau a aussi annoncé une aide financière supplémentaire de 100 millions pour les banques alimentaires du Canada alors qu’elles font face à une forte hausse de la demande en raison de la pandémie de la COVID-19. En avril dernier, le gouvernement fédéral avait versé la même somme à des organismes travaillant en sécurité alimentaire. La nouvelle somme est plus que bienvenue avant les repas traditionnels de l’Action de grâces et de Noël

    Intéressant que cette annonce survienne presque simultanément avec l’annonce du prix Nobel de la Paix 2020 accordé au Programme alimentaire mondial de l’ONU : « le PAM est récompensé pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre », a dit la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. Radio-Canada écrit « le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, du Yémen à la Corée du Nord, nourrit des dizaines de millions de bouches dans un monde où la faim est redoutable. Opérant aussi bien par hélicoptère qu’à dos d’éléphant ou de chameau, le PAM se présente comme la plus grande organisation humanitaire, une nécessité, puisque, selon ses estimations, 690 millions de personnes, soit une sur 11, souffraient de sous-alimentation chronique en 2019. Et sans doute davantage cette année en raison de la pandémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets