Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Pendant ce temps, à Ottawa…

Pierre Jasmin (APLP et Pugwash Canada), Debbie Grisdale (Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire) et Steven Staples (Institut Rideau et ceasefire.ca) encadrent l’ambassadrice Elayne Whyte du Costa Rica, le 25 septembre 2017, à Ottawa.

Pierre Jasmin (APLP et Pugwash Canada), Debbie Grisdale (Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire) et Steven Staples (Institut Rideau et ceasefire.ca) encadrent l’ambassadrice Elayne Whyte du Costa Rica, le 25 septembre 2017, à Ottawa.

Le Ministère des Affaires étrangères m’invite pour la troisième année à participer le 28 mars à l’édifice Lester B. Pearson (Ottawa) au Forum d’affaires mondiales Canada sur la non-prolifération, le contrôle des armements et le désarmement. On utilise trois mots pour masquer l’incompétence du ministère de madame Freeland à saisir la gravité du retrait par Donald Trump de l’accord sur le nucléaire iranien, sous l’influence vociférante de Benyamin Nétanyahou : l’an dernier, j’avais dû, dans les vingt dernières minutes de la réunion, imposer ce sujet qu’on avait omis de mettre à l’ordre du jour !

On nous fera discutailler « en prévision de la conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 2020 », alors que ses dernières réunions de 2010 et 2015 se sont soldées par deux échecs retentissants et surtout, alors qu’est sur la table le Traité d’éradication des armes nucléaires (voir ICAN.org) de notre amie Elayne Whyte-Gomes du Costa-Rica : incidemment, un reportage à Radio-Canada s’émerveillait ce matin de la capacité unique de ce pays de rencontrer les objectifs environnementaux de la COP21 en énergie écologique, sans mentionner que ce pays était SANS ARMÉE !

Aura-t-on enfin une réponse cohérente à notre lettre du 9 octobre à la ministre russophobe l’enjoignant à « porter attention aux soucis que nous partageons concernant le Traité sur les Armes Nucléaires Intermédiaires », bien sûr déchiré par Donald Trump le 2 février avec l’appui de ladite russophobe ministre Freeland ? Cette lettre était signée par les membres exécutifs du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire Rob Acheson, Dr. Adèle Buckley, Dr. Nancy Covington, Bev Tollefson Delong, Dr. Jonathan Down, Cesar Jaramillo, Pierre Jasmin et Earl Turcotte, ce dernier devenu entretemps président. La lettre était appuyée par L’Honorable Douglas Roche O.C., président émérite de l’Initiative des Puissances Moyennes, Mme Peggy Mason et M. Paul Meyer, tous trois ex-Ambassadeurs canadiens pour le Désarmement, ainsi que par M. Ernie Regher de l’Université de Waterloo. Les groupes membres suivants avaient exprimé leur appui: l’Alliance canadienne pour la paix, les Artistes pour la paix, l’Association des Nations-unies – Canada, Canadian Disarmament Information Service (CANDIS), Canadian Federation of University Women, Canadian Voice of Women for Peace/Voix des Femmes, Canadian Pugwash Group, Centre de Ressources sur la Non-Violence, le Groupe des 78, L’Institut Rideau, la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté-Canada, le Mouvement Fédéraliste Mondial, le Mouvement Québécois pour la Paix, les Professionnels de la santé pour la survie mondiale, Project Ploughshares, le Regroupement canadien pour la surveillance du nucléaire, Religions et Paix Canada, Science pour la Paix, Vancouver Island Peace and Disarmament Network. On s’interroge tous à savoir si on gaspille notre énergie à se prêter à un exercice de moins en moins démocratique avec un déplacement à nos frais… une décision sera prise incessamment.

Enfin, Pugwash Canada organisera le 26 septembre à l’Université d’Ottawa une journée sur le thème de « l’accélération vers l’abîme : la course actuelle à l’armement/la sécurité globale », tandis que les éditeurs de Black Rose Books comptent organiser à Montréal une conférence sur l’arme nucléaire, à deux semaines de l’échéance électorale fédérale pour forcer les tiers-partis à prendre position sur cet enjeu à nos yeux crucial.

4 Commentaires

  1. Jean-Marie Balard Jean-Marie Balard
    5 mars 2019    

    Le ton de ce texte n’est pas digne d’un organisme voué à la paix. Je pense que cet écrit est assez condescendant et méprisant envers la ministre Freeland Il est possible que tout ne soit pas parfait chez madame Freeland, mais qu’elle soit ainsi traitée par les Artistes pour la Paix à cause de sa méfiance envers la dictature « poutino-russe », me laisse perplexe. Est ce vraiment l’opinion de l’organisme, de dénoncer les personnes qui ne font pas confiance à la dictature de l’ancien officier du KGB soviétique ? Qu’il est décevant que de telles formes de publications soient officiellement présentées sur ce site de paix… De paix, vraiment, en toute conscience ?

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    6 mars 2019    

    Trois groupes ont écrit à la ministre Freeland dans les quatre derniers mois sans réponse de sa part: « Le comité de direction du 1- Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire (CNANW dont je fais partie) appuie la lettre du 2- Comité de Coordination des Canadiens pour une Convention sur les Armes Nucléaires, groupe maintenant constitué de plus de 1000 récipiendaires de l’Ordre du Canada demandant au Canada d’appuyer le Traité d’éradication des armes nucléaires. 3- We, the undersigned, representing all 26 member denominations of The Canadian Council of Churches (y compris l’Église catholique à l’incitation du pape!), write to urge that the Government of Canada support the United Nations Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons : voir photo de l’article que tu commentes ainsi de façon légère avec l’ambassadrice du Costa Rica: la paix est devenue SUBVERSIVE ET CENSURÉE, et si on n’a pas le courage de la défendre, que fais-tu sur le nouveau C.A. des APLP??? D’autre part à propos du Venezuela, tu liras dans l’Aut’Journal l’article http://lautjournal.info/20190304/le-canada-et-le-venezuela-que-faire-pour-manifester-notre-dissension faisant état de manifs à venir pour la résolution pacifique de la crise au Venezuela, où la ministre a pris le parti de la guerre aux côtés de Trump, Pompeo et l’OTAN qui a forcé l’achat par le Canada de 18 avions de chasse F-18 et 60 milliards de $ de bateaux de guerre, alors que nos traversiers peinent à réunir la Côte-Nord avec Matane ou Rivière-du-Loup. Incidemment, 60 milliards de $ c’est le budget total de la Défense de la Russie qui est au moins 20 fois inférieur à celui de l’OTAN (chiffres du SIPRI).

    • Jean-Marie Balard Jean-Marie Balard
      6 mars 2019    

      Monsieur Jasmin, vos idées ne sont pas remises en cause, dans mon propos. Simplement votre façon suffisante et méprisante de vous exprimer au sujet des personnes (décideurs, lecteurs etc) qui osent (diantre, quelle audace!) émettre une réserve, ne serait ce que « légère », à vos interventions, n’a absolument rien de respectueux ni de pacifiant! L’Aut-Journal, en plus, extraordinaire référence, un peu de sérieux, monsieur Jasmin ! Cessez vos jugements de valeur et vos procès d’intention vis à vis de notre communauté! Si c’est là, la règle des Artistes pour la Paix, alors, cela va dans le sens totalement contraire à leur mission. Reprenez vous avec calme, mr. Jasmin, et retrouvez une certaine modestie pacifiste… Cela vous rendra une crédibilité respectable.

  3. Pascale Pascale
    8 mars 2019    

    Merci Pierre pour ces informations en matière de désarmement nucléaire. Elles ont tout à fait leur place ici. J’espère que les Artistes pour la paix ne tomberont pas dans un fédéralisme servile comme cela peut sembler le cas dans les commentaires précédents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets